Tag "1" sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF



 
Recherche de liens ?
Tu as l'idée parfaite d'un lien en tête
mais à la flemme de créer un scénario?
Le sujet de recherche de lien est pour toi !!!
C'est dans ce sujet que tu trouveras ton bonheur!
Scénario coup de ♥️

Rejoins-nous sur Discord

10 résultats trouvés pour 1

AuteurMessage
Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF 1533514866-nooonewSujet: Alayna ✧ We hunt those who hunt us ? Yes, It's me.
Alexander Woodbury

Réponses: 7
Vues: 206

Rechercher dans: Lets be frienemies   Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptySujet: Alayna ✧ We hunt those who hunt us ? Yes, It's me.    Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptyMer 4 Juil - 9:47
Coucou ♥️

Alors du coup, je viens avec mon armée :arf:

@Alexander Woodbury - Dis moi si tu as besoin d'explications sur le perso et je vais tenter de te faire un résumé, le plus complet possible.

@Mieczyslaw Stilinski - si tu as vu la série, pas besoin d'explication. Alors si tu n'as pas vu la série, dis le moi :superman:

@Bradley Davis Alors la, ma Bradley, elle est Kahina, créature que j'ai créer pour le forum. Elle voit les aura et surtout le mensonge. Donc, elle peut facilement reconnaitre n'importe quel type de créatures et savoir quand quelqu'un lui ment. Elle ne maitrise pas totalement, mais commence à comprendre. Elle peut également copier les "pouvoirs" des créatures en copiant leur aura. Elle est journaliste et étudie a l'université.

@Thomas Montgomery Il est Darach en route vers la rédemption. Il tente de se faire pardonner les erreurs du passé et surtout d'éradiquer les vilains de Beacon hills pour protéger sa famille et celle qu'il aime. @Allison Argent ♥️.  Il travail a la clinique vétérinaire avec Deaton

@Elliot M. Kane fait parti de la meute de Derek, il n'est pas béta puisqu'il est ours-garou, mais il est loyal à Derek puisque lorsque Derek n'était pas Alpha et qu'Elliot oui (ouais un druide a réussi a effacer ses dons d'Alpha) bah la situation était à l'inverse! Il est le parrain de @Davina S. Fraser DC De Vivi ci-dessus. Il est propriétaire d'une galerie d'art. Peinte/Photographe

@Daenerys C. Sloan Ma chasseuse, elle chasse pour les Skinwalker, mais pas vraiment parce qu'elle le souhaite plus par nécessité car les skinwalker ont son fils. Elle ne ressent pas la douleur car elle à une insensibilité congénital. Elle offre des cours d'autodéfense au lycée et dans un local privé.

@Adelaide W. Levinson Ma petite Nixe, elle peut influencer l'esprit des gens et les contrôler, mais ne le fait généralement pas. Elle est l'ennemi #1 de Slade Steel et est avocate. Elle n'aime pas se mêler aux histoires de la ville, mais c'est plus fort qu'elle, elle doit restaurer l'équilibre entre le monde surnaturel et le monde humain.

Voilà :pompom:
Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF 1533514866-nooonewSujet: Shinjae ! Fufufu... Bang !! [uc]
Invité

Réponses: 7
Vues: 299

Rechercher dans: Ancienne fiche de prez.   Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptySujet: Shinjae ! Fufufu... Bang !! [uc]    Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptyMar 30 Jan - 16:50

- On me surnomme beaucoup "Bakari" malgré que je me nomme "Akari", ça veut dire "idiote", ça doit être parce que je fais des blagues nulles ou que je suis vraiment conne sur certaines choses ; On me surnomme aussi "Aka" pour la couleur rouge qu'il m'arrive de porter. On me surnomme également "Onizakura" ... Le démon des fleurs de sakura. Parce que je porte parfois beaucoup de rose et j'agis comme un démon avec mes pouvoirs. Telle est la roublardise du renard qui m'emporte dans ses magouilles, mais surtout parce que je suis sauvage quand je me bat au corps à corps. C'est comme si j'étais plus trop humaine à ce moment-là.
- Mon comportement, mes tics, mes manies etc : Je suis de base une personne très casse-couille, mais aussi zen... J'aime mes contradictions et ma cool-attitude. Je suis une mère non-conformiste au discours moraliste et un langage fleuri d'insultes. Une femme tout le contraire de coquette, bon certes, je sais m'habiller de façon séduisante, mais quand je dis "non-coquette" c'est surtout que je sais me battre et que je n'hésite pas à lever la jambe pour l'envoyer dans les tronches. Donc rien que pour ça, les jupes et robes je n'en porte pas.
- Autre chose sur mon comportement : J'ai une batte de baseball sous mon lit, une derrière la porte d'entrée de chez moi, un double de mes clés toujours dans ma poche et un flingue dans la chambre de mon frère... Je suis quelqu'un d'extrême en ce qui concerne ma sécurité, celle de mon frère et celle de ma fille. Je suis surprotectrice et pour cause, je sais aussi me battre au karaté. * Ça, c'est quand je n'utilise pas mes pouvoirs.
- J'ai une moto ainsi qu'une voiture, j'utilise régulièrement les deux. La voiture quand j'ai ma fille avec moi, la moto quand je suis seule. Par contre, si vous n'aimez pas la vitesse ou la conduite sportive, je vous conseille de ne pas monter avec moi. Le moteur sur la voiture peut monter à 170km/h voir plus. Le moteur de la moto dépasse généralement les 190. Pourquoi ? Les rodéo, les chiken run et les courses sauvages de nuit.
- J'ai un frère qui est chef de la sécurité d'un casino à Los Angeles, il est réputé pour être un gros taré quand il s'y met. Kitsune lui aussi, lui se permet plutôt d'utiliser son flingue plutôt que ses pouvoirs. Heureusement, il laisse un flingue à la maison, car oui il crèche aussi chez moi, ça lui arrive de rentrer de temps en temps. Du coup, j'ai le droit d'utiliser son flingue si je me sens en danger, c'est lui qui me l'a autorisé.
- J'ai une fille, elle a sept ans. Cette gamine est assez fragile, elle fait de l'asthme. À mon avis, elle n'a rien de kitsune, mais je me méfie tout de même. Enfin, ce dont je me méfie le plus, c'est de son père. Depuis que j'ai découvert qu'il était un chasseur et que j'étais sa "nouvelle proie" puisqu'il sait pour mon côté renard, je l'ai aux trousses.

Akari Onizuka
  • Quel est ton sentiment au sujet de Beacon Hills ?
  • C'est mon refuge depuis que j'ai rompu avec le père de ma fille... Non je n'étais pas mariée, heureusement.

  • Tu te sers de tes pouvoirs? Si oui, tu en fais quoi?
  • Ça m'arrive oui... Je m'en sers surtout pour calmer les ardeurs de ceux qui cherchent la merde avec moi. Mais bien plus souvent, lorsque je sais qu'ils n'ont rien de "paranormal", j'utilise autre chose... * Dans anecdotes *

  • Que penses-tu de la situation actuelle ? Vas-tu agir contre un alpha et sa meute ou vas-tu t'allier à celui-ci?
  • Je préfère m'allier avec une meute plutôt que d'être l'ennemi de tous les loups.

  • Quel est ton opinion de Cade Lewis?
  • Neutre, sympathique, aucune animosité... Nan je blague, c'est un trou du cul. J'en sais pas plus mais déjà j'aime pas sa tête.

  • Âge
  • 28 ans

  • Lieu de naissance
  • L'os en gelée (Los Angeles)

  • Nationalité
  • Américaine

  • Travail/Études
  • Infirmière aux urgences et mi-temps en aide à domicile

  • Qualités
  • Généreuse, Protectrice, Douce

  • Défauts
  • Sauvage, Violente, Méfiante

  • Connais la vérité sur le surnaturel?
  • Oui

  • Groupe
  • Legends

  • Race
  • Kitsunyu de TERRE

  • Niveau de pouvoir
  • Lv. 1 / {#}1{/#} queue

  • Célébrité
  • Toda Erika

  • Autre
  • Écrire autres détails

  • Code de validation
  • Validé par Maliou

We are all puppeteers.

Ton pseudo/Prénom: Ici Ton âge: 28 ans
Comment as-tu connu le forum?: Google
As-tu déjà été sur le forum? Si oui, qui étais-tu?: Reboot de Mayu
Quest-ce qui t'as convaincu de t'inscrire sur Every monster?: Très bon forum.
Le mot de la fin ? : Ici

• Los Angeles.

Mon anniversaire était le 25 Janvier, j'ai eu 28 ans il n'y a pas longtemps mais ma vie a tourné au drame depuis. Mais pour ça il faut que je remonte à cette date précisément. Au matin, tout se passait bien. Je me suis levée, j'ai déjeuné, je suis partie m'habiller et j'ai vite préparé la petite pour l'amener chez la nourrice. Après quoi, je suis partie au boulot. Mon conjoint n'est pas rentré depuis quelques jours, il est en voyage d'affaire à ce qu'il m'a dit donc ça ne m'a pas plus inquiété que cela. J'ai donc passé ma journée à l'hôpital qui est mon boulot principal, je suis infirmière aux urgences et à temps partiels une aide à domicile pour les personnes malades et âgées. Bref, j'ai eu une journée chargée mais comme à mon habitude, j'ai survécu. J'ai été chercher la petite à l'école, et je suis rentrée crevée. Et là, mes amis et mon conjoint étaient tous là pour une fête surprise d'anniversaire. J'avais allumé la lumière et j'ai flippé des pétards et confettis. Néanmoins, c'était une bonne soirée jusqu'à ce que Cédric ne regarde les photos qu'il avait prise de moi. C'était le drame. L'homme pointait une arme dans ma direction, heureusement la tiote dormait alors elle n'a pas assisté à tout ça. J'ai appris avec stupéfaction qu'il était un chasseur de créature et aussitôt, je l'ai attaqué. Dans le combat pour le désarmer, je me suis prise une balle dans l'épaule. Pas le choix, il fallait que je me casse de là avec ma fille et j'ai aussitôt été la chercher dans sa chambre, après avoir assommé son père.

• Sur la route

Avant de sauter dans la voiture, j'ai eu le temps de prendre quelques vêtements pour elle et pour moi et j'ai longtemps roulé de nuit. Pourtant j'étais blessée et usée, et c'est d'ailleurs ce qui a failli causer notre mort lorsqu'en forêt je me suis assoupie deux secondes. De fait, j'ai attrapé mon téléphone et je appelé mon frère durant ma conduite. Lui qui avait un appart à Beacon Hills, c'était ma chance de nous mettre en sécurité chez lui mais il me fallait son aval pour squatter...

- Décroche bord-aaiie... L'autre main... Voilà c'est mieux.
- Allo ?
- Hayato, c'est moi. Gn... J'ai besoin de ton aide, ça urge.
- Qu'est-ce qui t'arrive Akari ?
- Mon mec était un chasseur... Il...
- Oï ! Ressaisis-toi. T'es où ?
- Je suis sur la route. J'suis claquée et ... et je suis blessée. Je peux squatter chez toi avec la môme ?
- Ouais bien sûr, t'as la clé au moins ?
- Toujours dans ma poche au moindre pépin, tu me connais non ?
- Bon, tu veux que je vienne te chercher ?
- Ça ira... Je devrais m'en sortir. Mais tu ... tu peux rester au tel ? J'ai besoin que tu me tiennes éveillée.
- Pas d'blem, attends j'sors fumer une clope. Et la tiote comment elle va ?
- Elle a pas assisté à ça. Elle dort, elle va bien.

Et on a continué à parler longtemps jusqu'à ce que j'atterrisse à Beacon Hills. Je connais son adresse par cœur. J'y ai déjà dormi plein de fois et je me demande comment j'ai fais pour pas venir m'installer ici en fait. C'est tellement plus calme que Los Angeles.

• Beacon Hills.

La nuit que j'ai passé chez mon frère s'est bien passée, j'avais de quoi soigner ma plaie, retirer la balle, panser mon épaule et me rhabiller... Le seul soucis, c'est que mon frère rentre très peu chez lui, il est chef de la sécurité dans un casino de LA. Cela fait de lui un homme prudent et armé de deux flingues dont un qu'il laisse chez lui. Heureusement pour moi, il m'autorise à m'en servir même si je préfère ses battes de Baseball qui traînent un peu partout chez lui. Mais bref. C'est pas le sujet, le seul problème quand Hayato ne rentre pas chez lui, c'est qu'il n'y a rien à manger. Pas même une boite de riz. De ce fait, j'étais obligée au petit matin, de me rendre à l'épicerie.

• Flashback

Pour le reste de mon histoire, ce Cédric en question, cela faisait 8 ans que j'étais sa compagne, j'espérais qu'on se marie ensemble lui et moi, et avec la jolie fille qu'il m'a fait et dont son nom est Sakura, j'espérais qu'on forme une très belle famille... Même si aujourd'hui, ce n'est plus du coup mon rêve, j'espère qu'il me foutra la paix. Sakura a 7 ans, elle a un asthme juvénile ... du moins j'espère qu'il ne sera que temporaire, mais la petite ne me semble pas être une kitsune pour le moment. Ce que Hayato et moi trouvons fort dommage. Lui aussi est un kitsune, mais il préfère qu'on vive de façon normale. Oh cela ne m'empêchera pas d'être une guerrière de la route la nuit, d'être une championne des bandages à l'hôpital ou chez mes patients et d'être la mère la plus casse-burne du monde.
Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF 1533514866-nooonewSujet: Phoenix (2/3)
Bad Wolf

Réponses: 3
Vues: 1235

Rechercher dans: We are legendary   Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptySujet: Phoenix (2/3)    Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptyLun 20 Mar - 13:59


Zachary "Seth Maxwell" Woodbury
❝ Let's them burn❞

  • Âge
  • 36 ans

  • Lieu de naissance
  • Beacon Hills

  • Nationalité
  • Américaine

  • Travail/Études
  • Detective privé

  • Connais le surnaturel?
  • Il y crois - n'en a pas les preuves. Même s'il fait partie intégrale de cet univers.

  • Groupe
  • We are legend

  • Niveau de pouvoir
  • #1

  • Célébrité
  • Chris Pine

  • Autre
  • Il n'utilise pas sa véritable identité.

Zachary Woodbury était un garçon comme les autres. Lui et ses frères vivaient à Beacon Hills avec leurs parents. La famille Woodbury était l'une des familles fondatrices de la ville et le patriarche, Alexander, vivait dans un très grand manoir dans la forêt qui borde la ville. Les gamins Woodbury l’adorait et le jour où le manoir fut incendié et qu’Alexander perdit la vie fut une expérience très traumatisante pour lui puisqu’il était sur le domaine lorsque la maison s’embrasa. Quelques semaines plus tard, la petite famille quitta Beacon Hills.

En vieillissant, il développa une obsession sur sa famille ainsi que sur un Alexander Woodbury qui vivait en nomade et qui étrangement avait les traits de son arrière-grand-père. C’était impossible, ça ne pouvait pas être le même homme, mais avec les années, Zachary devint de plus en plus suspicieux de l’homme qui lui, se faisait passé pour un cousin éloigné de la famille.

Un jour la mère de Zachary fut sauvagement tuée par un alpha ainsi que son frère aîné. C’est d’ailleurs cette journée que Zachary changea d’identité. Il fut pris dans un brasier et quelques temps plus tard il en ressortit indemne, sachant que ce n’était pas naturel, il disparut sans donner d’avertissement au reste de sa famille. Il changea de nom, se faisant désormais appeler Seth Maxwell, et prit la direction de Beacon Hills dans l’intention de rencontrer ce fameux Alexander Woodbury pour enfin avoir des réponses. Est-il vraiment celui qu’il croit ou alors est-il uniquement un cousin?
 


  • Patient
  • Arrogant
  • Astucieux

  • Impulsif
  • Charismatique
  • Vaillant
Friends forever Or not
  • Nom du lien
  • Sibel Montgomery

  • Lien
  • Amitié

  • Description
  • Seth fut engagé autrefois par Sibel pour retrouver Thomas son frère disparut. Le détective, par empathie pour l'aîné Montgomery, décida de ne pas dévoiler sa localisation à la Banshee, trouvant que leur situation était semblable. Dawn, le chien de Sibel et Bibiche la chienne de Seth, sont de bonnes copines. De ce fait, il leur arrive souvent d'aller se balader tout les quatre, et de fil en aiguille, des liens se sont tissés entre le Phoenix et la Banshee. Une fois Thomas retrouvé, Sibel pardonna à Seth de lui avoir mentit, car elle le considère comme un ami, mais aussi parce que des choses bien plus graves se préparent à Beacon Hills. Sibel ne cache plus ce qu'elle est devant Seth.

  • Nom du lien
  • Emmy Woodbury

  • Lien
  • Nièce

  • Description
  • Emmy est la fille de son frère aîné, celui qui a perdu la vie pendant cette nuit horrible où un Alpha les a attaqués, tout comme sa mère. Elle n'était encore qu'une enfant lorsque ce drame eut lieu, alors avant de partir, Zachary a laissé une lettre à la mère d'Emmy en lui assurant qu'il serait présent et qu'il saurait si sa nièce a besoin de lui. Seulement voilà, il n'a plus jamais donné de nouvelles depuis ce jour, et Emmy ne le connaissait que par le biais de Caleb, le deuxième frère qui prend soin d'elle depuis que la famille s'est divisée. Du moins, jusqu'à ce que la jeune fille retrouve cette fameuse lettre de Zachary ; depuis qu'elle est jeune, Emmy s'interroge énormément sur sa famille et le monde surnaturel, et elle est désormais persuadée que Zachary aura toutes les réponses à ses questions. C'est grâce à elle que Caleb et sa mère sont de retour à Beacon Hills, après les avoir difficilement convaincus de revenir sur les traces de la famille Woodbury. La voilà maintenant à la recherche de son oncle disparu, sans savoir que celui-ci a changé d'identité.


Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF 1533514866-nooonewSujet: a girl is a gun ≠ Isahel
Invité

Réponses: 10
Vues: 333

Rechercher dans: Ancienne fiche de prez.   Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptySujet: a girl is a gun ≠ Isahel    Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptyDim 27 Nov - 6:55

Oyé Oyé. J'ai vu le jour il y a maintenant vingt-sept années. Mes parents ont eu la brillante idée de me nommer Isahel Varsha. On me dit souvent que je suis extravertie mais charismatique ainsi que tempétueuse et chaleureuse. Ce sont probablement ces traits de personnalités qui ont fait en sorte que j'ai choisi d'être herboriste indépendante, vient d'ouvrir un salon de coiffure, parce que faire des mélanges pour que mémé dorme mieux ne paye pas le loyer. On dit que Beacon hills est une ville particulière et je crois aux rumeurs concernant l'existence du surnaturel. Je suis un druide de niveau {#}1{/#}. Validée par Saleem.  I love you

Isahel Doli Varsha
001. Isahel parle plusieurs langues -anglais, italien et allemand. Sa langue maternelle est le Farsi, mais elle s'en sert uniquement pour insulter les gens et les objets qui ne coopèrent pas. 002. Elle porte des lentilles, sans lesquelles elle est myope comme une taupe. 003. Malgré être née dans une famille très fermée, à la limite de l'extrémisme religieux, Isahel est très tolérante. Elle est du genre à pousser les gens à s'affirmer ; elle est même parfois envahissante, mais toujours avec de bonnes intentions. 004. Elle ne juge jamais personne et refuse de croire aux préjugés. 005. Elle a le rythme dans la peau et dès qu'elle peut, la druide se met à danser, remuer les hanches, avec ou sans musique. 006. Isahel adore coiffer, maquiller, dépenser de l'argent dans du maquillage de luxe hors de prix. 007. Quand on croise Isahel dans la rue, on la reconnait directement : la grande dame habillée un peu bizarrement, avec ses longues nattes et son parfum de roses et d'épices, c'est elle. 008. Elle est très sensible au sang ; elle s'est déjà évanouit ou est devenue malade en voyant son propre sang... Ce qui fait d'elle une druide un peu inutile, on peut le dire. 009. Sans aucune gêne, Isahel parle fort et fait de grands mouvements quand elle explique quelque chose. Elle est très excitée et ne tient pas en place malgré sa presque trentaine, elle doit encore souvent s'excuser en cognant des gens dans la rue parce qu'elle était trop prise dans une explication que pour faire attention à sa main qui part en arrière vivement. 010. Avec son visage qui fait plus jeune, Isahel adore traîner dans les soirées d'étudiants, pour y mettre une certaine ambiance et faire couler l'alcool à flot. C'est aussi la fille un peu bizarre qui propose aux autres filles de les remaquiller dans les toilettes. 011. Elle a cependant un côté très sensible, presque vulnérable qu'elle refuse de montrer ; elle est la première à pleurer devant les films tristes (ou devant les Disney), elle déteste parler d'elle, même quand elle en a franchement besoin, et préfère aider les autres, jusqu'à ce mettre dans des situations assez bancales financièrement.

We are all puppeteers.

Ton pseudo/Prénom: Amarélys/Marine ! Ton âge: 19 ans et la vieillesse :arf:
Comment as-tu connu le forum?: La pub récente sur FB !
As-tu déjà été sur le forum? Si oui, qui étais-tu?: Heuuu je crois, il y a facilement un an, donc je ne sais même plus qui j'étais :mdr:
Quest-ce qui t'as convaincu de t'inscrire sur Every monster?: L'envie de me remettre dans l'ambiance Teen Wolf (même si j'ai arrêté à la saison 4 et que je ne compte pas reprendre  :ange: ), et les membres qui ont l'air gentils :hihi:
Le mot de la fin ? :J'ai eu un peu peur de m'inscrire avec un avatar pareil, je sais qu'il est pas forcément connu/aimé/joué, et je suis du genre à prendre la mouche quand les bienvenues sont froids, mais bon, j'avais vraiment envie de vous rejoindre, je vous aime déjà un peu  :calin: (par contre, avec code forum, j'ai cru que j'étais une grosse cruche de la vie en le cherchant partout (même dans le flood roh) pour moi qui fait toujours mes fiches de présentation AVANT de m'inscrire :mdr: )


» Isahel Doli Varsha est née aux Etats-Unis, dans une famille très froide et extrêmement religieuse. Isahel n'a pas réellement eut le temps de souffrir de cette distance, cette intolérance, vu que ses parents sont morts quand elle avait neuf ans, tués par l'attaque d'un werewolf devenu fou. Elle a assisté au massacre, et malgré qu'elle ne s'en souvient pas réellement, cette peur du sang lui est restée. Aujourd'hui, Isahel soupçonne ses parents d'avoir été des chasseurs, mais honnêtement, elle ne cherche pas à en avoir la certitude, elle s'en fiche.
» Après un an à être trimbalée de familles d’accueil en familles d’accueil, Isahel a été finalement adopté par une famille de créatures. Malgré la mort encore fraiche de sa famille, la jeune fille a vite fait un choix : peut-être que les créatures étaient et sont dangereuses, mais elles restent parfois plus humaines que certains êtres humains. Elle a choisit la paix plutôt que la haine, et depuis qu'elle connait le rôle de druide, elle désire le devenir, pour éviter d'autres potentiels massacres.

» Isahel a grandit en gardant cet esprit, peut-être un peu idéaliste, mais rafraîchissant. Déterminée, sa famille lui a pourtant fait comprendre qu'elle devait d'abord terminer ses études avec brio avant de pouvoir apprendre à sauver le monde avec deux branches de bois et un pissenlit.
» Adolescente, elle est devenue la grande gamine que tout le monde adore. Isahel était cette belle ado extravertie, qui sortait tous les soirs et se faisait passer pour une idiote alors qu'au final, elle en avait dans le cerveau. Elle a terminé ses études en s'usant tellement les yeux qu'elle a rapidement du porter des lunettes.
» Seulement voilà, une fois sortie de cet enfer que sont les cours, Isahel avait envie de voyager, de voir le monde pour mieux le comprendre. Alors elle est parti ; un an en Italie, deux ans à Londres, six mois encore en Italie et un petit saut d'un an et demi en Allemagne. Isahel avait (et a toujours) ce charisme et ce sourire qui lui permettent de plaire aux gens et de facilement trouver du boulot. Elle s'est fait beaucoup d'ami(e)s avec qui elle a encore contacte. Elle a fait beaucoup de recherches sur les druides et les créatures alors qu'elle était en Europe ; a étudié les plantes médicinales alors qu'elle était à Berlin. Le monde surnaturel restant secret, elle n'a pas cherché plus loin, et ses envies de devenir une jolie druidesse sont passés un peu au second plan.

» Isahel est revenue aux Etats-Unis il y a deux ans, mais toujours en voyageant énormément. Elle s'est crée son petit réseau surnaturel, en grande partie grâce à sa famille. La jeune femme -de moins en moins jeune- cherchait une ville qui lui plairait réellement, qui serait plongée dans le surnaturel pour son plus grand plaisir. Une ville qui réveillerait en elle son envie de sauver le monde avec juste un mélange de salades.
» C'est grâce à ça qu'elle a découvert Beacon Hills. Isahel a longtemps hésité ; on lui parlait beaucoup des problèmes de cette ville (ou plutôt ce village paumé au milieu de nulle par, entre une forêt hantée et trois champs), des risques. Elle a hésité presque deux ans, et finalement, elle s'est décidé. Peut-être que Beacon Hills était risquée et potentiellement mortelle, mais vu son age, elle devait bien se poser à un moment ou à un autre. Isahel avait aussi envie de réaliser son rêve d'enfant ; devenir une Druide.
» Elle a déménagé il y a peut-être deux semaines. Elle a ouvert un salon de coiffure (elle avait profité de l'Italie pour apprendre), avec, dans le fond de la boutique, un petit coin d'herboristerie. Isahel est toute nouvelle ici, à Beacon Hills, mais désire apprendre et surtout, ce faire remarquer !
Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF 1533514866-nooonewSujet: I should be dead. But I'm not. [Médée]
Invité

Réponses: 18
Vues: 389

Rechercher dans: Ancienne fiche de prez.   Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptySujet: I should be dead. But I'm not. [Médée]    Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptySam 12 Nov - 12:48

Oyé Oyé. J'ai vu le jour il y a maintenant 30 années, je suis née le 28 Novembre 1986 à Sparte, en Grèce. Mes parents ont eu la brillante idée de me nommer Médée Antonopoulos, je me suis mariée et j'ai adopté le nom de Johansson. Je suis divorcée, d'où l'utilisation de mon nom de jeune fille. On me dit souvent que je suis solitaire et triste mais intelligente et clairevoyante ainsi que méchante et injuste, congruente, droite et indépendante. Ce sont probablement ces traits de personnalités qui ont fait en sorte que j'ai choisi d'être avocate en droit civil. On dit que Beacon hills est une ville particulière et je crois aux rumeurs concernant l'existence du surnaturel. Je suis une Nixerian de niveau/ayant {#}1{/#}. Validée par Saleem.  I love you

Médée Héléna Antonopoulos, mariée Johansson.
ϑ Médée parle le grec et l'anglais. Dans ses moments de folie, elle passe de l'un à l'autre sans ciller. Elle a un faible accent grec quand elle parle anglais.
ϑ Elle a beau avoir divorcé de son mari, elle garde encore son anneau d'or blanc à son annulaire gauche. C'est ce qui lui reste de plus cher au monde malgré les souffrances que ce qu'il représente a pu lui coûté.
ϑ Elle a beau en rêver toutes les nuits, elle ne se souvient plus de ses enfants. Elle a oublié leurs voix, leurs sourires, leurs visages. Tout ces beaux souvenirs ont été occultés par la douleur causée par leur perte. Elle veut les retrouver. Même si elle ne les reconnaît plus.
ϑ Médée est obsédée par les croquis mal réalisés qu'elle a fait de cet homme dans le noir. Elle ne sait pas qui il est, mais elle sait qu'il est lié au fait qu'elle est encore en vie. Elle sait que c'est lui qui l'a empêchée de mourir. C'est à cause de lui qu'elle est en vie et qu'elle en souffre. Même si elle n'a pas réessayer de mourir, de peur qu'elle revienne. Elle veut et craint sa présence.
ϑ Médée n'arrive plus à ressentir le bonheur. Elle est complètement perdue dans sa tristesse et sa haine et vit repliée sur elle même. Elle n'arrive plus à aimer, elle n'arrive plus à sourire ni à pleurer. Elle ne peut plus rien ressentir que de la tristesse se muant en haine.
We are all puppeteers.

Ton pseudo/Prénom: RM²/AtrophiedNeurons Ton âge: 17 ans.
Comment as-tu connu le forum?: Alors, c'est un troisième compte, mais si je suis arrivée par là, c'est à cause...heu grâce à Malia, même si je suis arrivée avant.
As-tu déjà été sur le forum? Si oui, qui étais-tu?: Elijared
Quest-ce qui t'as convaincu de t'inscrire sur Every monster?: Malia la moche ♥️
Le mot de la fin ? : Ce forum est cool. Vraiment. (ça fait plus d'un seul mot mais je suis une hors la loi)


On dit que nos prénoms ne nous destinent pas, que chacun est le maître de son destin, capitaine de son âme. Que peu importe notre naissance, il est possible de devenir qui nous voulons devenir, de faire ce que nous voulons faire. Des phrases bon marché nous disent que dans la vie tout est possible. Mais je crois que non. Dans la mythologie grecque, Médée est la fille d'un roi et d'une nymphe. Fille d'Eétès, roi de Colchide, actuelle Géorgie, au nord de la Grèce, et d'Idyie, une jeune Océanide, nymphe des océans. Ses parents lui donnent le nom de Médée, en souhaitant la prédestiner à une richesse intellectuelle immense. Comme sa tante Circée, Médée est une magicienne. Nous passerons sur les détails, mais la vie de Médée est faite de désastres. Tombée folle amoureuse d'un homme qui ne lui accorde qu'un seul pauvre regard, elle l'ensorcelle et se marie avec lui. Simplement, celui-ci finit par la tromper après lui avoir fait mettre au monde deux enfants. Deux enfants qu'elle tuera sous le coup de la tristesse et de la douleur profonde, avant de se suicider et de errer sans but dans le royaume de morts. Ainsi nait aussi le mythe de la dame blanche.

Médée pleure, elle a mal. Elle a mal mais elle continue d'appuyer. Elle ne veut pas qu'ils assistent à cela, ce monde est trop dur pour eux. Elle veut les protéger. Elle veut se protéger. Elle a trop mal, ce monde est trop dur pour elle. Elle ne veut pas que ce soit le cas. Elle préfère qu'ils ne le voient pas, qu'ils ne le vivent pas. Elle ne veut pas qu'ils souffrent. Elle ne veut pas qu'ils la voient dans cet état là. Cela faisait trop mal. Elle aussi elle devait quitter ce monde. Et il fallait qu'elle le fasse après ses fils. Le visage inondé de larmes brûlantes, amères et douloureuse, elle appuyait l'oreiller qui avait enlevé la vie de son premier fils sur le visage endormi et si beau de son deuxième fils. Ils étaient si beaux. Et ils le resteraient pour l'éternité. Ils resteraient dans leur insouciance, dans leur enfance et dans leur beauté juvénile pour les millions d'années à venir. Ils verront le monde, mais sans jamais en subir les conséquences. C'était la meilleure solution. Son deuxième fils finit par suffoquer. Médée les a endormis de force pour ne pas qu'ils se réveillent et qu'ils se débattent. Elle ne les ferait pas souffrir, sinon cela n'avait plus de valeur. En entendant le dernier battement de cœur, Médée hurle de douleur. C'est trop dur. C'est à son tour d'en finir. Elle passe ses mains sur son visage pour essayer de calmer ses larmes. Médée réussit seulement à se peindre de noir. Elle a trop mal, elle a trop mal. Il lui a fait trop de mal. Il l'a trahie. Elle n'a pas pu le garder. Son pouvoir n'a pas assez bien fonctionné. Elle regarde ses deux garçons paisiblement endormis. Ils ont l'air si calmes et si reposés devant leur mère morcelée. Livide, Médée monte à l'étage. Elle habite aux cinquième et au sixième appartement d'un immeuble.Elle ouvre la fenêtre. Il fait nuit mais des voitures continuent de passer à toute vitesse sous elle. Elle en finirait à tous les coups si elle se laissait choir de son piédestal. Elle laissa s'échapper un dernier sanglot, regarda derrière elle, c'était sa chambre, et celle de son mari. Elle regarda l'anneau qu'elle portait à l'annulaire gauche et se laissa basculer en avant. Et tout parut très long.

Médée voit cet homme. Il est beau. C'est un américain. Il est magnifique dans son costume gris. Sa cravate bleu nuit lui sied à merveille. Il a la mâchoire parfaite et le regard expressif. Mais il ne lui est pas destiné. Médée a un pincement au cœur. Et cette scène se déroule tous les jours au cabinet d'avocats jusqu'au jour où elle décide de se lancer et de lui parler. Mais non, elle ne l'intéresse pas. Il ne le dit pas, elle ne lui pose pas la question, mais elle le voit. Il ne la regarde pas, il regarde l'autre avocate. Sans rien laisser paraître, Médée tourne les talons. Le cœur plein de haine, elle connaît la solution. Il ne lui reste plus qu'à faire ça. Un soir, elle va le voir dans son bureau pour discuter d'un dossier très important. Mais ce n'est qu'une excuse. Un moment qu'elle croise son regard, elle finit par planter ses yeux dans les siens. Et elle fait marcher son charme. D'une voix posée et calme, un petit peu sensuelle et charmeuse elle lui parle. Elle lui parle d'elle, de lui, de leur relation qui allait commencer dans la minute. Il finit par l'embrasser, complètement sous l'emprise de Médée qui se sent comme la reine du monde, complètement transportée par cet accès de pouvoir et de contrôle. Elle lui rend son baiser et se laisse emporter par les envies de cet homme, crées par le charme de Médée. Elle avait réussi.

Médée n'a pas atteint le troisième étage que déjà ce chapitre de sa vie se clôt. Le monde est beau. Il semble défiler si vite alors que Médée tombe si lentement. Elle sen ses cheveux qui lui caresse doucement les joues, elle est bercée par sa chute, rafraîchie par l'air qui fuit ses courbes. Elle est bien. Le temps semble s'écouler différemment. Médée semble regarder de nouveau son alliance. Elle est si belle.

Médée avance doucement vers l'autel. Son père lui tient le bras droit. Lui aussi est un Nixerian. Il lui embrasse doucement la joue et la laisse à son futur mari. Médée le regarde droit dans les yeux, et avec le plus de conviction au monde, articule silencieusement le mot je t'aime. Il va l'épouser, et ils vivront pour toujours à deux. Ils fonderont une famille. L'homme lui passe lentement la bague au doigt, puis elle faite même avant de s'abandonner à ses lèvres sous les applaudissements de l'assemblée. Médée est sur un piédestal infini. Elle se sent omnipotente. Elle pourrait être capable de tout en ce moment précis. Rien ne pourrait venir obscurcir son règne. Plus tard, Médée Johansson et son mari ont deux enfants, avec un an d'intervalle. Tous les quatre s'installent dans un appartement à Athènes. Il fait bon y vivre. Mais son mari se fait de plus en plus rare à la maison. Médée pense au début que c'est pour le travail. Médée a beau être clairvoyante, elle est tout à fait aveugle quand il s'agit de son mari. Elle en oublie même de le charmer à nouveau de temps en temps. Mais ce n'est pas grave. Le temps est au beau fixe quand elle est avec lui. Il semble l'aimer, il sembler aimer leurs deux enfants.

Alors qu'elle pensait ne rien ressentir, Médée recommence à souffrir. Elle ne hurlera pas, elle le sait. Ses sanglots reprennent juste. Elle recommence à avoir peur, à avoir mal, à être triste, à souffrir. Elle ne survivra pas, tant mieux, c'est ce quelle veut. Elle ne veut pas la mort de son mari, elle veut la sienne. Elle ne pourra pas supporter de le voir mort. Même en le haïssant du plus profond de ses entrailles elle ne serait pas capable de le tuer. Elle l'aime trop. Elle l'aime trop. Elle l'aime trop. Elle l'aime trop. Des larmes coulent le long de ses joues, se perdant dans ses cheveux, dans ses oreilles, dans son cou. Elle a mal. Elle a très mal. Elle a trop mal. Elle a besoin d'une souffrance physique pour pallier à tout cela. Bientôt elle toucherait le sol et bientôt tout cela serait fini. Simplement, sa chute semble durer trop longtemps. Elle a mal et la voilà encore happée par ses souvenirs.

Il est sous la douche. Son téléphone sonne. Médée appuie sur le bouton rond. Et elle voit la notification. Un SMS. D'une femme. L'autre avocate. Médée croit vomir. Cela aurait pu être autre chose que ce qu'elle ne croyait. Mais non, elle voyait le début du message. Et elle allait vomir. Elle attendait sagement son amour de la manière la plus vulgaire qu'il soit dans l'hôtel le plus choc qu'il existe à Athènes. Son mari la trompait. Médée allait vomir. Son regard s'embua. Son charme ne marchait plus. Elle avait failli. Elle avait perdu l'amour de sa vie. L'amour de sa vie n'avait jamais voulu d'elle. Médée tombe violemment de son piédestal, elle a mal, elle a trop mal. Mais elle reste digne. Elle ne peut faire que cela. Son mari sort de la salle de bain. Il est si beau. Cruel. Il l'embrasse et lui dit qu'il l'aime. Il n'en sait rien. Il lui dit qu'il reviendrait plus tard, il a une affaire urgente au bureau. Médée est seule avec ses deux enfants. Elle les couche. Elle les charme pour qu'ils s'endorme. Elle prend un oreiller et le pose sur la tête de son premier fils. Elle appuie. Il doit mourir. Médée pleure, elle a mal. Elle a mal mais elle continue d'appuyer. Elle ne veut pas qu'ils assistent à cela, ce monde est trop dur pour eux. Elle veut les protéger. Elle veut se protéger. Elle a trop mal, ce monde est trop dur pour elle. Elle ne veut pas que ce soit le cas. Elle préfère qu'ils ne le voient pas, qu'ils ne le vivent pas. Elle ne veut pas qu'ils souffrent. Elle ne veut pas qu'ils la voient dans cet état là. Elle ne veut pas... Elle ne veut pas...  

Et Médée touche le sol doucement. Elle n'a pas mal. Une larme perle à chaque coin de ses yeux qu'elle ferme. Cela y était, elle allait mourir et elle allait rejoindre ses enfants au royaume des morts. Elle ne se sent pas partir. Elle ouvre les yeux. Elle était toujours à Athènes. Elle bouge le petit doigt. Elle peut bouger, elle se lève. Un vingtaine de mètres plus loint un homme la toise. Il la regarde avec un sourire satisfait puis tourne les talons et s'enfonce dans la nuit. Médée ne sait pas où elle est. Est elle morte ? Un homme passe. Elle bondit sur lui pour lui parler. Affolée elle demande.

-Είμαι νεκρός;
Suis-je morte ?

-Όχι. Είστε τρελοί, να πάει στο σπίτι.
Non. Vous êtes complètement folle, retournez chez vous.

Médée le regarde s'éloigner. Elle incline la tête, et le regard vide elle susurre.

-Αυτό δεν είναι το σπίτι μου ...
Je n'ai plus de chez moi...


Et elle s'en va. Elle fraude à son bureau pour divorcer seule et se faire déclarer morte. Médée profite de la pagaille actuelle pour faire passer cela doucement. Elle finit par y arriver et part de Athènes. Ses parents la pensent morte. Elle ne sait pas pourquoi elle arrive à Beacon Hills. Peut être parce que c'est là que le nectar de longévité est fabriqué. Médée n'a plus toute sa tête. Et pour la retrouver, pensant pouvoir retrouver toute sa vie d'antan, elle veut retourner en Grèce. C'était là bas la source de ses problèmes, la réponse à tout cela sera forcément quelque part là bas. Mais une chose étrange lui empêche de mettre un pied en dehors de cette foutue ville. Il faut qu'elle rentre chez elle ! Elle devient chaque jour plus folle... Chaque nuit elle revoit l'homme. Chaque nuit elle le revoit s'enfoncer dans l'obscurité. Chaque nuit elle se revoit tuer ses enfants. Chaque nuit elle revit sa chute. Elle n'est plus qu'une coque vide. Elle n'est plus qu'une dame blanche.

...

Aéroport de San Francisco
- Soïchiro Honda ?
- Mmh mmh...
- Ok vos quatre doigts là sur l'écran...le pouce, la rétine...bienvenue sur le territoire des Etats Unis monsieur Honda, en espérant que votre séjour se passe bien...
- Merci bien.

L'homme qui sors du sas prend son bagage et monte rapidement dans un taxi. Il doit se rendre à Beacon Hills. A l'arrière de la voiture il sort de son porte-monnaie une photo froissée d'une femme aux cheveux noirs et à la peau très blanche. Médée. Il sait qu'elle est arrivée à Beacon Hills il y a peu de temps. Il doit continuer à la surveiller. Son instinct lui dit qu'elle n'en a pas fini sur cette terre. Il l'a appris au fil des années. Depuis peut être trois cent cinquante ans qu'il parcourt cette planète il sait les reconnaître ceux pour qui la vie n'en a pas fini avec eux. Considéré comme le maître du temps par son daimyo, il pense en être encore plus digne. La voiture crisse des pneus et s'arrête devant une maison de ce qu'il y a de plus banal.

- 私が住んでする場所だから、これは...
C'est donc ici que je vais vivre...

Soïchiro pose ses valises dans le salon, déjà meublé. Il savait qu'un jour où l'autre il finirait ici. Il se déplace jusque dans la cuisine, se fait un thé vert puis sort contempler le jardin... C'était donc ici qu'avait échoué la coque vide ? Intéressant...
Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF 1533514866-nooonewSujet:  • I believe in those mistakes which makes life looking like a fairy tale ! ♫
Nila D. Richards

Réponses: 18
Vues: 436

Rechercher dans: Ancienne fiche de prez.   Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptySujet: • I believe in those mistakes which makes life looking like a fairy tale ! ♫    Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptySam 1 Oct - 15:30

Oyé Oyé. J'ai vu le jour il y a maintenant dix-neuf années. Mes parents ont eu la brillante idée de me nommer Nilaya Danaé Richards. On me dit souvent que je suis naturelle, passionnée, coquette, féminine, courageuse, intelligente, altruiste, avec un grand cœur, loyale, joyeuse, forte, débrouillarde, aimante, ambitieuse mais borné, parfois distraite, fêtarde, maladroite, bavarde, franche (parfois sans tact),  ainsi que curieuse et impatiente. Ce sont probablement ces traits de personnalités qui ont fait en sorte que j'ai pu être, sans vraiment d'efforts, étudiantes en médecine. On dit que Beacon hills est une ville particulière et je ne crois pas aux rumeurs concernant l'existence du surnaturel.  Je suis une banshee de niveau #1Validée par Saleem.  I love you

Nilaya Danaé Richards
« Nini, tu ne devineras jamais ce que je viens d'acheter ! Un magnifique coussin en forme de licorne ! Ne soit pas trop jalouse, je te trouverais le même pour ton anniversaire comme ça on aura le même ! ;)  »  
Ton meilleur ami Jared, envoyé sur whatsapp avec une photo.

« Je sais que tu ne veux plus que je t'envoies de messages, mais je ne peux pas résister, tu me manques trop... Puis pourquoi est-ce que tu passes à côté de moi avec un petit haut et un jean si sexy... C'est de la provocation là Ni' » 
Ton ex-petit ami, envoyé par sms lundi. 

« Nila ? Il y a l'autre con qui vient de m'envoyer un message très... sympathique... (tu vois ce que je veux dire). Il t'harcèle encore ou il s'est juste rabattu sur moi ? Parce que cette petite enflure va bientôt tâter de mes poings si il te lâche pas les baskets. C'est tout de même pas compliqué... Vous n'êtes plus ensembles, tu ne l'aimes plus, il t'a trompée, et ne te mérite pas... Il faut qu'il se l’insère dans sa petite tête sans cervelle. Tu en as parlé à tes frères ? Je sais que tu ne veux pas les inquiéter, mais bon... Bon... Au pire, tu sais quoi ? S'il te renvoie un message louche, j'enfonce sa porte... Enfin bref... J'espère que je ne te dérange pas ^^ Bises.»
Aedan, ami proche, envoyé par facebook mardi. 

« Nila, c’est maman, est-ce que tu as des nouvelles de tes frère ? Je n'arrive plus à les joindre et je commence à m'inquiéter... Si tu as des nouvelles, envoie moi un message ou appel moi... Au fait, on a reçut des colis pour toi, je crois que ce sont tes chaussettes Harry Potter et ton chapeau panda !»
Mère, envoyé par sms aujourd’hui. 

« Nila, où es-tu ? On devait ce rejoindre il y a déjà plus d'une demi-heure, qu'est-ce que tu fais? »
Elias, envoyée il y a 10 minutes. 

« Petite soeur, on commence vraiment à s'inquiéter là, rentres à la maison. S'il te plait, il fait déjà nuit et je t'ai déjà dit que je ne voulais pas que tu sois dehors à une heure si tardive, alors rentre maintenant...»
Alek, envoyée il y a 5 minutes. 
We are all puppeteers.

Ton pseudo/Prénom: Lya Ton âge: encore 17 ans pour quelques mois...
Comment as-tu connu le forum?: Toute seule :D puis j'ai ramené Eli' qui m'a ensuite faite venir :mdr:
As-tu déjà été sur le forum? Si oui, qui étais-tu?:  Maliounette ^-^
Quest-ce qui t'as convaincu de t'inscrire sur Every monster?: Je l'avais déjà vue il y a un an et je trouvais déjà le desing sublime, les annexes bien fait etc... Mais Eli' m'a convaincu lorsqu'elle a vue Malia libre ^^
Le mot de la fin ? : 
Ne pensez pas qu'Envy est une reine... La vrai reine, c'est moi ! Je vous aimes tous :coeur:



• Encore une fête. On m'invitait souvent à ce genre de fête au fond des bois où on passait la nuit au clair de lune à boire et à jouer de la musique. Je ne savais pas que cette fête me serait si nocive, qu'elle finirait si mal pour moi. J'aimais aller à ce genre de fêtes sans prise de tête et il le savait très bien. C'est peut-être pour cela qu'il m'y avait anonymement invitée et que j'y suis allée comme une idiote. J'ai passé un moment devant ma montagne de fringue à me demander ce que j'allai bien pouvoir mettre. J'ai finalement craqué pour une petite robe légère et fluide. Elle m'allait à ravir et elle était sacrément confortable ! J'ai fini de m'apprêter et je me dirige vers le lieu de rendez-vous. J'ai toujours été une fille sympa, celle qu'on aime bien et avec laquelle on a envie d'être ami. Je ne suis pas non plus de ces filles superficielles qui ne pense qu'à coucher et à l'alcool, bien au contraire, j'ai eu ma première relation à 18 ans et je suis resté avec ce gars jusqu'à ce que j'apprenne qu'il m'avait trompée. Je vous laisse imaginer ma réaction, j'étais triste comme je ne l'ai jamais été, même lorsque je voyais une dizaine de femme défiler dans les bras de mon père lorsque j'étais jeune. Car oui, c'est dans un climat chaleureux que j'ai grandit, mais pas dans le bon sens du terme. Mon père est un Don Juan (et il le sera toujours malheureusement) qui n'arrêtait pas de tromper ma mère sans vraiment chercher à le tromper. Petite, il me mettait dans la confidence alors que je ne comprenais pas tout à fait ce qui se passait. Puis j'ai surpris des brides de dispute tandis qu'un de mes frères montait dans ma chambre avec moi dans le but que je ne sache pas ce qui se passe au rez-de-chaussé. Mais je n'étais pas sotte et je savais pertinemment ce qui se passait: mon père n'était qu'un salaud qui abusait de la gentillesse de ma mère. Mais dans ma bonté, je n'ai jamais réellement pu en vouloir à mon père. J'avais un espoir, même infime... C'est en partie pour ça que j'ai attendu d'être majeur avant de faire réellement confiance à un homme même si j'ai toujours eu pas mal de succès chez la gente masculine. Enfin, un homme, je ne sais pas si on peut le définir ainsi puisqu'il m'a trompé, a été trop lâche pour me l'avouer et c'est un de ses amis qui a du m'annoncer la bonne nouvelle et notre rupture. Mais ce n'est pas le plus intéressant dans cette histoire, loin de là ! Cet ex est revenu vers mois quelques semaines plus tard et m'a harcelée de message parlant de mon physique, du manque que lui créait mon absence et j'en passe ! Alors j'espérais de tout mon cœur qu'il ne soit pas présent à cette soirée tandis que j'approchais du point de rendez-vous. Au fur et à mesure, je remarquai qu'il n'y avait pas personne, aucun bruit, pas une lumière et je commençai à paniquer une seule question à l'esprit: "que va-t'il m'arriver?" Mon téléphone n'avait plus de batterie et je pensais à mes frères et à ma mère qui devaient s'inquiéter pour moi. Il fallait que je rentre au plus vite. Je fis volte face afin de regagner ma voiture mais un lampe braqué en plein dans mes yeux m'aveugla. J'étais tombé dans un piège et je me retrouvais prise au pièges. Moi qui avait toujours été une fille très intelligente protégée par deux grands frères contre son gré (puisque oui, je sais me défendre même si je suis une femme) et je n'ai jamais eu de problèmes avec autrui. Mais là, lorsque je vis cette lumière avancer et des bruits de pas s'approcher, j'avais l'impression d'être dans de beaux draps. Ils s'approchèrent de plus en plus. Ils posèrent la lampe au sols. Ils étaient cinq. Ils m'encerclèrent. Un d'entre eux s'accroupit et m'attrapa les cheveux avant de me cracher au visage. Je reconnus mon ex qui ne semblait pas dans son état normal. J'avais peur tellement que j'étais tétanisée. Je tremblai, mais je ne me laissai pas démonter. Je le regardai droit dans les yeux et essuyai ma joue. Cette attitude ne lui plut guère et il devint plus violent en me jetant au sol. Là, ses amis et lui m'envoyèrent de nombreux coups de pieds. Mais je restais fière et tentais de me débattre tant bien que mal. L'un deux me maintenait au sol malgré tous mes efforts pour me sortir de là. Le reste fut trop rapide pour que je puisse tenter de discerner quelque chose. Un hurlement de loup, une ombre noir, une douleur lorsque ma tête heurta le sol et des cris. L'ombre s'approcha de moi, mais je ne pus la voir correctement. Je sentis une sorte de morsure qui me brûla et je perdis connaissance à cette instant précis.

• Je revis le fil de ma vie qui repassait sous mes yeux. Mes deux frères, Alek et Elias tous deux très différents et dont j'étais le parfait mélange. Ils étaient là alors que j'ouvris les yeux pour la première fois en cette douce matinée de février. Il y avait de la neige dehors, enfin c'est ce que ma mère m'avait raconté. Mon père n'était pas là (sans doute avec une de ses maîtresses), mais ma petite famille était heureuse de me voir pour la première fois. J'ai grandit avec cette petite famille pour m'aider à devenir quelqu’un. Elias m'aidait à apprendre à me défendre et à devenir plus forte tandis que Alek développait mon QI et ma culture. J'étais celle qui soigner Elias après ses combats clandestins et celle qui motivait Alex a s'accrocher encore plus à ses études. Je ne sais pas vraiment ce que j'aurais été sans mes deux grands frères, mais une chose est sûre, je n'aurais pas été celle que je suis maintenant. Il y a toujours eu une tension entre eux, une sorte de jalousie que je ne pouvais comprendre puisque pour moi, ils étaient tous aussi doué que l'autre à leur façon. Récemment, Alek était devenu plus protecteur, plus méfiant voir presque étouffant, mais je ne savais pas ce qui a changé chez lui depuis son retour de la forêt. Car oui, mon frère était ce jeune garçon qui avait fait une fugue (même si je n'y croyais pas) et qu'on avait retrouvé des jours après complètement nue et sans souvenir dans la forêt de Beacon Hills. Peut-être est-ce normal chez les jeunes hommes d'avoir des moments où ils sont plus étranges qu'à l'accoutumé, après tout, Elias aussi avait eu une période dans ce style... C'était amusant de voir à quel point mes frères pouvaient être à la fois si différents et si semblables. En soit, je n'ai pas eu une vie très palpitante, mais j'y tenais énormément. Soudain j'entendis des bruits qui m'extirpèrent de mes pensées et je sentis qu'on me faisait bouger de là où j'étais à un point B. Où m'amenait-on?

• Lorsque j'ouvris les yeux, j'étais à l'hôpital une trace de morsure et de nombreux bleus recouvrant mon corps. Les médecins m'expliquèrent que je m'étais faite agressée, mais je ne me souvenais de rien. Finalement, après quelques jours d'observations, il me laissèrent rentrer chez moi. Je suis restée enfermée pendant des jours ou des semaines, peut-être bien des mois, je ne sais pas vraiment car le temps passe étonnement lentement quand on reste enfermée. Peut à peu, une cohue de voix a fini pas m'envahir. Elles étaient fortes, mais je n'arrivais pas à comprendre ce qu'elles voulaient me dire ou que je fasse. J'avais envie de crier sans raison apparente, juste une envie d'hurler qui me prenait les tripes sans me laisser d'autres issues. Je me retenais, je ne voulais pas que le monde extérieur m'entende, qu'il sache où j'étais. J'avais peur, extrêmement peur que les événements de l'autre nuit recommencent. Alors je me suis retenue, et j'ai continué à rester enfermée dans ma chambre. Mon père n'a même pas remarqué mon absence tandis que mes frères n'arrêtaient pas de faire des allés-retours pour voir si mon état avait évolué. J'ai finis progressivement à parler à ma mère des voix que j'entendais, mais sans le faire exprès. Un soir, alors qu'elle rentrait du travail, elle m'a entendu leur demander de se taire et elle a bien cru que je devenais folle. Alors, j'ai finis par sortir pour aller voir une psy pour lui parler des voix dans ma tête. J'ai passé un entretiens où chaque question était plus stupide que la précédente. Elle me pensait folle et ça se voyait. Elle voulait me diagnostiquer, mettre un mot sur cette folie étrange qui me touchait. Mais elle n'en n'eu pas le temps. Les voix devinrent de plus en plus forte, de plus en plus étouffantes. J'entendais des bruits de pas, un souffle paniqué. Puis plus rien. Ce fut le silence total. Je regardais la psychologue qui me regardait comme si j'étais un fantôme. Autour de moi, toutes les vitres étaient éclatés et il y avait du verre partout dans la pièce. J'étais encore en train d'hurler. Je ne m'en étais pas rendue compte avant, mais un cri strident sortait de ma bouche tandis que j'essayais de comprendre ce qui se passait. 
Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF 1533514866-nooonewSujet: Demande de logement
Bad Wolf

Réponses: 5
Vues: 2102

Rechercher dans: Demandes & Suggestions   Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptySujet: Demande de logement    Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptyJeu 28 Juil - 22:17
Logement


Vous voulez que votre personnage ait un toit ? Un endroit où rp en famille sans se faire déranger par toutes sortes de créatures fantastique ? C'est ici que vous pouvez acheter votre maison. Mais avant tout, voici quelques règles à suivre :

1. Veuillez prioriser les résidences vacantes.
2. Un minimum de 5 lignes seront demandées pour les descriptions des logements.
3. Si vous désirez vivre dans notre populaire motel, la description des lieux n'est pas nécessaire puisqu'elle y figure déjà.
4. Lorsque vous faites une demande de logement, utilisez votre logique. Si vous êtes un étudiant, seul, n'allez pas faire une demande pour vivre dans un quartier aisé.
5. Pour les immeubles à logements, le numéro d'appartement concorde avec le nombre de case à cocher ci-dessous. Par exemple, s'il y a une case, il s'agit d'une maison. Les immeubles à logements ont deux cases et plus.
Code:
Nom du perso:
Colocataires ?! :
Si oui, qui ?!:
Adresse:
Description du lieu :


Dernière mise à jour : 18 août 2018




Cambridge Street

Situé à l'ouest de Crimson Avenue, le quartier résidentiel de Cambridge Street est principalement habité par des familles ayant un grand moyen. En d'autres mots, il s'agit du quartier aisé de Beacon Hills. Aussi, Cambridge Street est l’une des artères qui entourent l’hôpital de la ville.




Crimson Avenue

Cette artère est principalement desservie par plusieurs petites maisons unifamiliales et le bureau du Sheriff. Par contre, vous pouvez retrouver quelques immeubles à logements, au sud de l’intersection de Main Street et Crimson Avenue, car cette partie de la ville est touchée  le Campus de l’Université de Beacon Hills.




Irving Square

Les résidences unifamiliales d’Irving Square sont situées, contrairement aux autres quartiers résidentiels de Beacon Hills, à l’intérieur de deux carrefours distincts, entre Main Street et Cambridge Street. Il est, lui aussi, situé tout près de la forêt, derrière Pin Oak Drive.






Main Street

Artère principale de la ville de Beacon Hill. En plus des appartements et des quelques résidences unifamiliales, c’est le lieu de prédilection pour les commerçants de la petite ville californienne. L’université se trouve aussi sur cette rue. Vous le remarquerez par le nombre de jeunes étudiants qui errent sur Main Street, mais aussi aux alentours.




Mayfield Boulevard

Mayfield Boulevard est l’artère qui est le plus rapproché du quartier industriel de Beacon Hill. Généralement desservi par des immeubles à logements, vous pouvez y retrouver quelques maisons ici et là. C’est aux coins de Main Street et de Mayfield Boulevard que vous retrouverez la boîte de nuit de Monsieur Derek Hale, mais aussi son logement, qui est situé au-dessus du Triskellion.






Pin Oak Drive

Pin Oak Drive est l’artère qui délimite la ville et la forêt. Pour vous y rendre, vous pouvez prendre les différentes rues de la ville, telles que Williamson Road, Main Street et Cambridge Street. Les maisons unifamiliales de cette rue sont, pour la majorité, face à la forêt.






Williamson Road

Williamson Road est situé à l’extrémité sud-ouest de Beacon Hills, tout près de la forêt. De cette artère, vous pouvez apercevoir une partie de cimetière de la ville, dont l’entrée de ce dernier est située sur Main Street, non loin de l’embouchure de Williamson Road. Il s’agit aussi du lieu de résidence du shérif, mais n’allez pas le déranger, d’accord ?



Black Hill Motel


Liste des chambres

#1 - Vacant
#2 - Vacant
#3 - Vacant
#4 - Vacant
#5 - Vacant
#6 - Vacant
#7 - Vacant
#8 - Vacant
#9 - Vacant
#10 - Vacant

Dernière mise à jour : 18 août 2018
Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF 1533514866-nooonewSujet: Kaylann ♧ I've always wanted to do my best
Invité

Réponses: 21
Vues: 586

Rechercher dans: Ancienne fiche de prez.   Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptySujet: Kaylann ♧ I've always wanted to do my best    Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptyMer 27 Juil - 8:14

Bonjour ! J'ai vu le jour il y a maintenant 17 années, pourtant on dirait que j'ai 15 ans, si ce n'est moins. Mes parents ont eu la brillante idée de me nommer Kaylann Morino mais on me surnomme généralement Kay. On me dit souvent que je suis tête en l'air mais brillante ainsi que réservée et jalouse mais serviable et patiente. Ce sont probablement ces traits de personnalités qui ont fait en sorte que j'ai choisi d'être étudiante à l'université pour devenir médecin ainsi que serveuse dans un petit café. On dit que Beacon hills est une ville particulière et je crois aux rumeurs concernant l'existence du surnaturel. En effet, je suis une kitsune d'eau de niveau {#}1{/#}. Validée par Saleem.  I love you

Kaylann Morino
« Le génie est une forme de magie, et le propre de la magie, c'est qu'on ne peut l'expliquer. » Margot Fonteyn

♧ Elle est surdouée ♧ Elle a fini le lycée à 15 ans ♧ Elle a toujours un livre sur elle, adorant lire depuis qu'elle est enfant ♧ Elle lit de tout mais préfère les histoires fantastiques et les univers magiques qui parviennent à la faire rêver ♧ Depuis qu'elle sait être une kitsune, elle s'intéresse aussi aux légendes ainsi qu'à la mythologie ♧ C'est une passionnée de photographie ♧ Elle se prend souvent en photos dans différentes tenues excentriques, notamment parce qu'elle adore se déguiser ♧ Elle ne connaît pas la puissance de ses pouvoirs et leurs origines, et ils la terrifient ♧ Elle adore porter des colliers et surtout des bracelets de toutes les couleurs ♧ Elle joue avec ses cheveux ou avec son pendentif lorsqu'elle est anxieuse ♧ Elle apprécie énormément la tranquillité de la nature ♧ Elle essaie du mieux qu'elle le peut de s'adapter socialement aux autres malgré son intelligence ♧ Elle a une imagination aussi impressionnante que débordante ♧ Elle adore l'art sous toutes ses formes ♧ Elle a beaucoup d'imagination ♧ Elle écrit, peint et dessine à ses heures perdues ♧ Elle déteste quasiment tous les sports ♧ Elle a une excellente mémoire des dates et des noms ♧ La gourmandise est l'un de ses pires défauts ♧ Les éclairs au chocolat sont son péché mignon ♧ Elle a une très jolie voix mais est trop timide pour chanter devant d'autres personnes que sa mère ♧ Elle rêve de voyager dans différents pays du monde pour élargir sa culture ♧ Elle est incapable de faire la différence entre l'amour et l'amitié, ce qui peut conduire à des situations très embarrassantes, pour elle comme pour les autres ♧ Elle n'aime pas qu'on lui parle de son père qu'elle n'a qu'à peine connu ♧ Elle veut devenir médecin, en partie parce que sa mère est son modèle mais aussi parce qu'elle voudrait sauver des vies ♧ Elle doit quotidiennement faire passer sa mère pour sa sœur, ce qui a tendance à l'agacer ♧ Tout comme sa mère a besoin de café le matin, Kaylann a besoin de jus d'orange, sinon elle a énormément de mal à se réveiller ♧ Elle adore faire des grasses matinées ♧ Elle déteste se coucher tôt et fait souvent croire à sa mère qu'elle dort alors que ce n'est pas le cas ♧ Elle a tendance à se coucher très tard, soit parce qu'elle lit, écrit ou dessine, soit parce qu'elle reste sur son ordinateur à retoucher des photos durant des heures ♧ Abîmer son vernis à ongle fraîchement posé l'agace au plus haut point ♧ Elle a souvent la flemme de se maquiller ♧ Perfectionniste voire maniaque, sa chambre est toujours très bien rangée - exactement le contraire de son esprit ♧ Elle garde des objets extrêmement vieux qui semblent inutiles mais qui, à ses yeux, sont des souvenirs très importants ♧ Elle conserve à peu près tout et n'importe quoi, au grand damne de sa mère qui n'arrive pas à la convaincre d'arrêter cela - néanmoins, tout est parfaitement bien rangé, organisé, à sa place ♧ Elle aime tous les styles musicaux et écoute souvent du rock avec sa mère ♧ Elle a néanmoins une préférence pour les musiques classiques ♧ Elle rêve de savoir jouer du piano et de la guitare mais l'université et son travail à temps partiel lui prennent trop de temps pour qu'elle puisse prendre des cours ♧

« Le génie consiste à voir ce que tout le monde a vu et a pensé ce que personne n'a pensé. » Albert Einstein

Caractère de Kaylann :

Le problème lorsque l'on a une intelligence grandement supérieure à la moyenne, c'est qu'on a tendance à vouloir tout savoir. S'explique alors l'impressionnante curiosité de Kaylann qui se passionne pour énormément de choses. Elle touche à tout et semble tout aimer, quoiqu'à différents degrés tout de même. Ainsi, son esprit est constamment occupé par diverses pensées si nombreuses qu'il lui arrive de s'y perdre. Par conséquent, elle a souvent du mal à se concentrer, de multiples idées vagabondant sans cesse dans sa tête. De la même manière, elle peut s'avérer tête en l'air et il n'est pas rare qu'elle oublie certaines choses dont elle ne se rappellera que par connexions logiques - ses devoirs scolaires ou des tâches qu'elle aurait à faire chez elle par exemple. A cause de cela, on a tendance à croire qu'elle a mauvaise mémoire et qu'elle oublie tout, ce qui est totalement faux. La jeune femme possède en effet une très bonne mémoire et est capable de vous raconter en détails de vieux souvenirs datant de plusieurs années, en particulier ceux l'ayant marquée d'une manière ou d'une autre. Elle est simplement un peu étourdie, voilà tout. Ouverte d'esprit, Kaylann est une personne qui peut parler de tout. Elle adore les débats et fait preuve d'une patience et d'une détermination notables durant ces derniers. Cependant, elle déteste plus que tout perdre ou avoir tort. Têtue et mauvaise perdante, elle l'est sans aucun doute, et jouer au Monopoly avec elle n'est vraiment pas une bonne idée. Loin d'être méchante, elle n'aime cependant pas qu'on lui marche sur les pieds ou qu'on l'écrase, ce qui arrive malheureusement assez souvent de par son apparence juvénile. De plus, n'étant ni impulsive ni violente, il peut arriver qu'elle se laisse un peu trop faire, sa patience pouvant pousser à l'extrême son caractère pacifiste. Elle ne frappe personne et préfère répondre aux coups par des paroles, d'autant plus depuis que ses pouvoirs ont commencé à apparaître. A vrai dire, elle ne ferait pas de mal à une mouche, et cela pourrait lui porter préjudice un jour ou l'autre. Volontaire, active voire fougueuse, elle prend les choses très à cœur, quitte à finir blesser. Sans doute est-ce un défaut d'être aussi impliquée, mais que voulez-vous... Elle est comme ça et ne semble pas prête de changer.
Avec ses amis, Kaylann est une personne loyale capable d'emporter vos secrets dans sa tombe - ce qui n'est pas peu dire pour une kitsune. En effet, même si elle n'est pas exceptionnellement douée pour mentir, elle saura se murer dans un profond silence si elle ne doit rien dire. Elle est aussi une épaule sur laquelle s'appuyer et épancher sa tristesse, cependant elle n'est pas des plus habiles avec les mots. Elle essaiera de vous rassurer sans vraiment trop y parvenir, mais elle fera toujours de son mieux pour vous aider. Généreuse et serviable, elle n'hésite jamais à rendre service et aime faire plaisir aux autres. Néanmoins, elle s'avère assez possessive en ce qui concerne son entourage et peut vite se montrer jalouse si elle sent sa "place" menacer dans une relation. Ses amis sont très importants pour elle, malheureusement elle ne les choisit pas forcément bien. A vrai dire, ce petit génie a toujours eu du mal avec les relations sociales. Être surdouée n'est pas toujours un avantage, et la jeune femme en a fait les frais durant toute son adolescence. Elle a mis un temps fou à comprendre les nombreux sous-entendus qui peuplaient les paroles de tous ses camarades de classe, à vaincre sa timidité due à sa peur d'un rejet, à s'intégrer. Aujourd'hui, bien que moins réservée qu'autrefois, elle n'en reste pas moins une novice dans ce domaine. Comprenant sans doute mieux les livres que les humains - quoiqu'ils ne le sont pas toujours - l'entourant quotidiennement, on peut sans difficulté l'affirmer naïve puisqu'elle a énormément de mal à faire la différence entre l'amour et l'amitié, la haine et la rancœur, la déception et la tristesse... Elle va plus facilement vers les autres qu'auparavant mais est assez maladroite lorsqu'elle parle. Aussi, à cause des nombreuses pensées qui circulent constamment dans son esprit, il lui arrive de décrocher d'une conversation et de penser à autre chose, passant alors pour une rêveuse peu attentive, voire une personne qui se moque de ce qu'on lui dit. Cela vous arrivera sans doute avec elle, mais ne vous vexez pas : penser à des centaines de choses à la fois est loin d'être simple. De par la découverte récente de ses pouvoirs qu'elle ne comprend ni ne maîtrise, Kaylann est devenue plus angoissée qu'à l'accoutumée. Elle ne veut pas blesser quelqu'un par leur faute mais l'anxiété - sans qu'elle ne le sache - attise ses dons qu'elle ne contrôle pas le moins du monde. Ainsi, lorsqu'elle se sent mal, elle a besoin de s'isoler et part souvent dans un coin où seule la nature l'entoure. Sans doute la jeune kitsune a-t-elle besoin de cette tranquillité et de cette proximité avec l'environnement pour s'apaiser. Enfin, Kaylann est une jeune femme à l'imagination débordante qui a besoin de l'exprimer. Ainsi, elle écrit, dessine, peint toutes sortes de choses, et ce très régulièrement. Cependant, ses principales passions restent la lecture et la photographie, d'ailleurs elle a toujours un livre sur elle, ainsi que son téléphone voire un appareil photo.


Kaylann vit le jour à Atlanta il y a dix-sept années de cela, dans un foyer aimant, un foyer qui la désirait, un foyer qui l'aima dès sa naissance. Jolie bouille aux yeux noisettes, elle était le fruit d'un amour inconditionnel au bout de seulement deux années. Cependant, elle ignorait à l'époque ses origines. Sa mère, Paloma, était une kitsune, une créature de légende dont beaucoup doutent de l'existence, chose qu'ignorait complètement son père qui n'était qu'un simple humain nommé Alec. Néanmoins, le couple que formaient ses parents était incroyablement fusionnel, et elle était aimée. Ils formaient à eux trois une petite famille, un petit nid de bonheur qui semblait solide mais, puisque rien d'heureux ne semble fait pour durer, ce petit paradis fut bien vite brisé.

Son premier anniversaire avait été fêté quelques semaines avant le drame. Un diagnostic, un simple et maudit diagnostic qui détruisit tout. Tout s'effondra à cause d'une maladie. Son père avait un cancer. Le bébé qu'elle était ne pouvait pas comprendre ce que cela signifiait, ainsi elle voyait seulement sa mère pleurer et son père enchaîner les traitements en vain. Tout cela dura quatre mois. Quatre longs et douloureux mois durant lesquels ses parents tentèrent de garder le sourire tandis qu'elle, toute petite, grandissait sans comprendre ce qu'il se passait. Elle prononça ses premiers mots et fit ses premiers pas alors que ses géniteurs peinaient pour ne pas fondre en larmes en la voyant, parce qu'eux savaient, ils comprenaient. Quatre mois, puis il partit. Kaylann n'était pas plus haute que trois pommes, ce n'était qu'un bébé. Elle ne savait pas encore pourquoi, mais elle n'avait plus de père. Sa mère en fut anéantie. Elle n'avait plus que sa fille. Ainsi, elle la couva encore plus qu'avant, et leur vie devient bien moins joyeuse. Elles n'étaient plus que deux, et l'adulte devait se battre parce qu'elle n'avait pas le choix, parce qu'elle avait une petite fille dont elle devait s'occuper, parce qu'elle était seule à présent.

Deux années s'écoulèrent ainsi, puis Kaylann rentra à l'école maternelle. En somme, rien de très surprenant à cela pour une enfant de trois ans. A cause - ou grâce - à ses camarades, elle finit par comprendre que l'absence aussi longue de son géniteur n'était pas normale. Parce qu'elle voyait, à chaque fois que sa mère venait la récupérer à l'école, tous ces hommes venus pour leurs enfants. Parce que, lorsqu'ils lui demandaient où était son père, elle haussait les épaules et parlait d'autre chose. Parce qu'elle enviait les autres, d'une certaine manière, et qu'elle ne comprenait pas pourquoi elle n'avait pas leur chance.
« Dis Maman... Il est où Papa ?
-Papa est avec le reste de notre famille, de mon papa et ma maman.
-Et... il va revenir ?
-Il n’est jamais réellement parti, ma chérie. Il est toujours là, près de toi-même si tu ne le vois pas. Tu sais, ma maman m’a un jour dit que chaque petite étoile dans le ciel est le papa ou la maman de quelqu’un. Papa est là, lui aussi. Il veille sur nous et nous écoute.
-Pourquoi les autres enfants ont un papa ?
-Les autres enfants ont un papa car ils ne sont pas malades. Ton papa n’allait pas bien, mon ange. Il avait mal, il était triste et de le voir comme ça me faisait très mal au cœur. Maintenant, il va bien, il est heureux, là où il est, sur sa petite étoile, et il regarde sa fille qui grandit de jour en jour. »

Mises à part ces questions aux réponses douloureuses pour sa pauvre mère, les deux premières années de Kaylann à l'école se passèrent très bien, ainsi que celle qu'elle passa au jardin d'enfant. Néanmoins, l'un de ses instituteurs trouva étrange qu'elle sache lire un an avant tous les autres, et ce sans enseignement. Sans doute avait-elle appris d'elle-même à force d'écouter sa mère lui raconter des histoires lorsqu'elle n'était pas occupée avec son travail. Elle déchiffra bien vite les lettres, aidée de sa génitrice qui semblait ravie de la curiosité intellectuelle de sa fille, et y trouva une logique. Alors elle commença à lire, des petits livres aux pages peu nombreuses et constellées d'images, ceux que l'on lit aux enfants pour les endormir parce qu'ils leur plaisent tant. Elle les lisait seule, assise sur son lit, sur le canapé, sur une chaise, à elle-même ou, parfois, à sa mère qui ne voyait pas de mal à ce que sa fille ait un peu d'avance scolairement. Elle ne la forçait pas à le faire, loin de là même. Lire plaisait à la petite brune qui, très vite, y trouva une véritable passion, s'amusant à lire tout et n'importe quoi - notamment ce qui était noté sur l'emballage de son paquet de céréales.

L'école primaire fut bien plus difficile, notamment lorsqu'elle débuta sa troisième année. En effet, son institutrice de première année ayant remarqué ses étonnantes facilités avait décidé de lui faire sauter sa deuxième année. Ainsi, elle n'avait que sept ans lorsque sa troisième année débuta, tous les autres élèves de sa classe étant donc plus vieux qu'elle. L'un d'eux avait même deux ans de plus qu'elle, ayant redoublé, et il la terrifiait. Elle n'osait pas l'approcher, comme elle n'osait approcher aucun camarade. Elle restait seule, dans son coin, un livre dans les mains, le nez plongé dedans. Extrêmement timide, elle restait renfermée sur elle-même, incapable de faire le premier pas pour aller parler aux autres. Elle tentait simplement d'être invisible, du moins suffisamment discrète pour qu'on ne la remarque pas. Néanmoins, cela ne fonctionna pas, et elle fut la cible d'un petit groupe d'élèves peu sympathiques qui la prit en grippe pour ne plus la lâcher. Ils lui trouvaient des surnoms vexants, riaient dès qu'elle bégayait lorsqu'elle répondait à une question de leur instituteur, lui volaient son livre lors des récréations. Lui mener la vie dure semblait leur plaire plus que tout, et lorsqu'elle osait leur demander pourquoi ils agissaient ainsi, ils répondaient que cela ne servait à rien d'être intelligente si l'on était comme elle. Comme elle. Sans le savoir, ils brisèrent chez la petite fille l'espoir stupide qu'elle avait de s'intégrer.

Ainsi, elle s'isola encore plus, se cachant presque lors des récréations. Elle ne les approchait plus, ne parlait plus, ne vivait plus. Elle voulait disparaître sans y parvenir, continuant d'être la pauvre victime d'un harcèlement continuel. C'était si simple de s'en prendre à une petite fille timide et plus jeune qu'eux que cela dura deux années de plus. Alors qu'elle pensait que tout s'arrêterait lorsqu'elle changerait de classe, elle fut bien vite déçue. De nouveau, ils étaient dans sa classe. Ils recommencèrent et, comme s'ils voulaient s'améliorer, furent plus horribles encore que l'année précédente. Ils cachaient son sac, dérobaient ses affaires sans jamais lui rendre et, quand ça leur prenait, la poussait si fort qu'elle tombait par terre, la tête en avant, s'écorchant généralement les coudes et les genoux pour ne pas se cogner. Ils semblaient fiers, fiers d'avoir trouvé une enfant à persécuter, fiers de violenter une fillette plus jeune que. Elle n'en disait rien évidemment, elle se murait dans un profond silence qui inquiéta bien vite sa mère, d'autant plus que ses notes n'étaient plus aussi bonnes qu'avant. Comme si elle avait espoir que son supplice s'arrête ainsi, elle ne faisait pas les contrôles correctement, cachant son génie pour ne pas être malmenée plus qu'elle ne l'était déjà.

« Kaylann Morino, tu vas t’asseoir ici tout de suite et tu vas m’expliquer qu’est-ce qu’il se passe avec tes notes ! »
Telles furent les paroles qu'avait criées sa mère en voyant son bulletin de dernière année d'école primaire. Sachant qu'elle ne pouvait y échapper, elle la rejoignit malgré sa peur et tenta de se justifier vainement. Elle n'avait jamais été douée pour mentir.
« J'y arrive pas...
-Mais comment, tu n’y arrives pas ? Tu ne m’as jamais apporté de telles notes, et je sais que tu travailles dure. Explique-moi. Je ne te punis pas, ma chérie, je veux juste comprendre ce qui ne va pas. »
Elle n'y arrivait pas. Elle ne pouvait lui mentir, et l'incompréhension qu'elle lisait dans ses yeux lui faisait mal. Elle n'aimait pas décevoir sa mère, d'autant plus que celle-ci ne pouvait pas comprendre pourquoi elle agissait ainsi. Elle ne connaissait pas cette peur que ressentait tous les jours la fillette en allant à l'école, en voyant ses bourreaux se lever à l'autre bout de la cour, en s'asseyant sur sa chaise en classe. Alors elle finit par tout lui avouer, autant pour soulager sa conscience que pour trouver du réconfort auprès de sa mère.
« Ils n’ont pas peur de ton génie, ils ont peur de l’inconnu. Tu es unique, ils n’ont rien vu de tel. Alors prends avantage de ça, et épanouie-toi. Tu verras, tu accompliras de grandes choses, Kaylann.
-Je ne peux pas m'épanouir avec eux... » avait simplement répondu la fillette d'un air triste.

Même si Paloma aurait voulu la changer d'école pour qu'elle ne soit plus avec ses persécuteurs, sa fille termina sa cinquième année avec eux - tentant néanmoins de s'en éloigner le plus possible et de ne jamais les regarder. Grâce à sa mère, elle partit dans un collège différent du leur et put se débarrasser ainsi de ses bourreaux. En quelque sorte reconnaissante, la jeune fille âgée de dix ans ramena enfin d'excellents résultats chez elle, faisant plaisir à sa mère qui avait espoir que le traumatisme passe. Elle resta néanmoins très renfermée, si bien que, par peur d'être à nouveau harcelée, elle cachait ses notes à tout le monde, refusant que les professeurs disent les siennes à voix hautes, et ne montrait son intelligence que sur sa copie. Elle avait pour seuls amis ses livres, ne parlait à personne de ce qu'elle avait vécu, s'isolait constamment, sa timidité ne l'aidant pas. Elle profita néanmoins de cette période de répit où personne ne venait l'embêter, sans pour autant abandonner cette peur d'être à nouveau harcelée. De par ses copies, son intelligence grandement supérieure à la moyenne fut remarquée par ses enseignants qui lui firent à nouveau sauter une classe. Elle entra donc en troisième année de collège à onze ans au lieu de treize, chose très rare. Elle l'acheva brillamment, ramenant désormais d'excellentes notes à sa mère dont elle était la fierté. Néanmoins, l'école continuait de l'effrayer, et les vacances lui firent le plus grand bien.

Bientôt arriva sa rentrée dans un nouvel établissement, le lycée, rentrée qu'elle redoutait énormément de par sa différence d'âge avec les autres.
« Je suis obligée d'y aller ?
-Et pourquoi tu ne voudrais pas y aller ? C’est ta chance de pouvoir faire briller tes talents. »
Kaylann haussa simplement les épaules, peu convaincue par les paroles de sa mère. Non, vraiment, cette rentrée l'effrayait. Elle allait être la plus petite, la plus chétive, la plus fragile. A nouveau, elle serait la victime désignée, et honnêtement cette idée la terrorisait.
« Promets-moi que ça ne va pas recommencer. »
Elle ancra son regard dans celui de sa génitrice, comme pour être certaine qu'elle ne mentirait pas. A vrai dire, c'était assez étrange venant d'une jeune fille de treize ans, mais elle semblait beaucoup plus mature lorsqu'elle le souhaitait, malgré son visage juvénile.
« Cela ne recommencera pas si tu y vas la tête haute et prête à affronter les différents obstacles. Tu es une Morino, une femme forte, une femme pleine de surprises. Surprends-les, et laisse ta marque. »

Kaylann fit donc sa rentrée au lycée avec deux ans d'avance, ayant toujours l'impression d'être cette petite fille si jeune qu'elle se retrouvait exclue. Ainsi, malgré tous les espoirs de sa mère, la jeune fille avait toujours autant de mal à aller vers les autres. Elle ne parlait quasiment à personne, restait dans son coin et cachait son intelligence, acceptant mal les regards surpris qu'on lui lançait. Elle avait toujours fait plus jeune que son âge, et voir une adolescente de douze ans en première année de lycée n'était pas chose courante. Ainsi, elle commença à maudire à nouveau son intelligence, et les paroles de ses persécuteurs d'antan lui revinrent bien vite à l'esprit. Elle restait seule parce qu'à ses yeux son génie était un poison. Elle était différente des autres et ne voulait pas de ce cadeau empoisonné. Elle se découvrit durant cette période une passion pour le dessin et l'écriture, deux arts qui lui permettaient de s'évader de ce monde qui la rejetait. Elle aimait cela, énormément, et même s'il était certain à ses yeux qu'elle n'en vivrait pas, elle ne pouvait faire une croix dessus.

Tout bascula en deuxième année. Elle avait treize ans lorsqu'elle rencontra cette personne qui fit basculer sa vie toute entière. Une jolie blonde aux yeux bleus ayant deux ans de plus qu'elle qui ne semblait rien avoir en commun avec Kaylann. Ce fut elle qui fit le premier pas, la jeune fille brune en étant incapable, et elles devinrent vite amies. Meilleures amies. Elle lui apprit à considérer son intelligence comme un don et non une malédiction, puis à s'ouvrir au monde. Ne comprenant par pourquoi elle refusait de le faire, elle insista tant et si bien que son amie lui avoua tout. Depuis ce jour, elles n'eurent plus de secret l'une pour l'autre, et elles se promirent de s'aider à tout affronter. Petit à petit, elle réussit à être moins renfermée, moins timide, et même si elle était toujours effrayée par l'idée d'un cercle vicieux, elle le faisait. Parce qu'elle avait confiance en son amie, parce qu'elle ne voulait plus être sa gamine peureuse malgré ses années de différence avec les autres, parce qu'elle voulait être acceptée comme elle l'était, et ce même si elle n'avait jamais réussi avant. Alors elle se fit violence, s'intégrant petit à petit. Elle ne fut jamais la plus populaire de sa classe, loin de là, et beaucoup continuaient à la jalouser à cause de son intelligence, mais elle finit par s'y habituer sans doute puisqu'elle ne répondait pas. Il semblait que le harcèlement qu'elle avait subi enfant l'avait rendue purement et simplement pacifiste : elle était incapable de faire de mal à une mouche.

Durant cette même année, Paloma prit la décision de lui expliquer leurs origines surnaturelles dont elle n'avait même pas connaissance. La jeune fille fut bien vite plongée dans une terrible incompréhension le jour où sa mère la fit asseoir dans le salon pour discuter. Elle commença alors à parler longuement, lui détaillant l'histoire des kitsunes, créatures légendaires dont peu de personnes affirmaient l'existence - souvent sans raison d'ailleurs -, qui seraient en fait des esprits décrits comme des renards et cachés en certaines personnes - du moins c'était ce qu'elle comprit du haut de ses treize petites années de vie. Il en existerait sept genres, dont un maléfique, tous possédant différents pouvoirs car maîtrisant différents éléments. Sa mère affirmait être une kitsune de terre et prétendait que Kaylanna aussi était un être surnaturel. Par conséquent, elle affirmait que cette dernière développerait sous peu ses pouvoirs et qu'elle aurait besoin de temps pour les maîtriser. Perdue, l'adolescente hésita longuement à croire sa génitrice. Si celle-ci semblait infiniment sérieuse lorsqu'elle lui parlait, elle se demandait réellement si elle ne devenait pas folle tant cette histoire lui semblait tirée par les cheveux. Pourtant, face au discours très soutenu de sa mère, elle finit par décider d'y croire, comme si cela lui donnait un seul et unique espoir : un futur meilleur.
Ainsi, elle attendit pendant des mois l'arrivée de ses pouvoirs. Ne sachant quel type de kitsune elle était, elle ne savait même pas comment les aider à apparaître. Elle tenta - bêtement - de glisser son doigt dans la flamme d'une bougie mais le seul résultat fut une douloureuse brûlure accompagnée de quelques cris inquiets et furieux de sa génitrice. Ensuite, elle souhaita arrêter un ventilateur sans même le toucher, et ce pendant dix longues minutes qui furent tout simplement vaines. Puis elle essaya de respirer sous l'eau et but la tasse, écopant pour toute récompense une remarque moqueuse de son subconscient qui affirmait qu'elle était stupide - ce qui, dans une telle situation, semblait vrai. D'autres expériences toutes aussi idiotes les unes que les autres eurent lieu durant ce mois d'espoir, puis elle finit par simplement les attendre. Finalement, après plus d'une centaine de jours à regarder ses mains en espérant voir apparaître un quelconque phénomène surnaturel, elle abandonna. Peut-être sa mère était-elle folle, ou alors elle n'était simplement pas sa digne héritière. A vrai dire, elle se déçut elle-même, parce que c'était devenu très important à ses yeux, et surtout parce qu'elle savait que c'était important pour sa génitrice. Elle détestait la décevoir, et cette défaite lui fit mal.

Quoique Kaylann ne parla jamais à son amie de cela, les deux jeunes filles restèrent très proches les deux années qui suivirent, et ce même si elles ne furent pas dans la même classe. Elles se soutenaient à chaque mauvaise passe, s'entraidaient pour tout et n'importe quoi, révisaient ensemble en vue d'obtenir le plus de crédits possibles pour leur diplôme. Si la blonde était persuadée que Kaylann l'aurait, cela n'empêcha cette dernière de travailler du mieux qu'elle le pouvait pour obtenir la meilleure mention. Les résultats arrivèrent bien vite et elle obtint la mention A à sa Graduation à seulement 15 ans, faisant la fierté de sa mère. Elle lui offrit un appareil photo, faisant le bonheur de sa fille qui se fichait bien du fait qu'elles ne roulaient pas sur l'or. Elle était heureuse, heureuse parce qu'elle avait réussi, mais complètement perdue quant à la suite de ses études. Sa meilleure amie lui annonça alors qu'elle déménageait justement à cause de ses études, mais qu'elle reviendrait sans doute un jour. Déboussolée et peu apte à réfléchir à son orientation, Kaylann s'accorda une année sabbatique durant laquelle elle se consacra uniquement à l'art, et en particulier à la photographie.

Après cette année de repos, elle trouva enfin le domaine d'étude auquel elle voulait se consacrer : la médecine. Sans doute parce que sa mère était infirmière et parce que son père était mort d'un cancer, maudite maladie quasiment incurable, mais elle avait surtout envie d'aider les autres. Elle fêta ses dix-sept ans puis se mit à chercher des universités à Atlanta lorsque tout commença à dégénérer. Au début, elle crut à des hallucinations tant cela semblait irréelle. Elle voyait des images floues et confuses lorsqu'elle fermait les yeux, avec cette impression étrange d'être dans l'eau et d'entendre des voix inconnues. Elle avait vu de l'eau bouger dans les verres ou les bassines l'entourant lorsqu'elle s'énervait, à tel point que sa colère avait déjà brisé un verre sans qu'elle ne le touche, le liquide ayant débordé et entraîné son contenant. Et puis un jour, alors qu'elle rentrait chez elle, elle sentit de l'eau sur ses épaules. Là, de nul part, il pleuvait. Elle était à l'intérieur pourtant, mais il avait bien plus. Dans sa maison. Sur elle. Pendant à peine quelques secondes. Elle était trempée lorsqu'elle appela sa mère en hurlant presque.
« Maman ! »
Aussitôt sa génitrice était apparue dans l'encadrement de la porte que déjà la jeune femme commençait à crier.
« Maman, pou... pourquoi il pleut... dans une maison... à l'intérieur... sur moi... alors que dehors il fait grand soleil ?! » demanda-t-elle tout en semblant réfléchir, décontenancée.
Elle fixait sa mère, perdue, ne comprenant pas ce qu'il venait de se passer. L'air calme de cette dernière la surprit presque, comment pouvait-elle être aussi sereine après ce que lui avait dit sa fille ? Trouvait-elle cela normal ?
« Je crois qu’il est grand temps que je te parle un peu plus de notre famille. Viens t’asseoir dans le salon, je vais faire un peu de thé et on va discuter. »
Stupéfaite par ses paroles, Kaylann suivit sa mère jusqu'au salon et, après que cette dernière ait préparé, comme elle l'avait dit, du thé, elle commencèrent à parler. Elle lui expliqua non seulement les origines des kitsunes mais aussi un passé beaucoup plus compliqué que tout ce que la jeune femme aurait pu imaginé. A vrai dire, elle n'avait jamais vraiment cru à ce que sa mère lui avait dit concernant sa "race", tout simplement parce que ses pouvoirs ne s'étaient, à l'époque, jamais montrés. Pourtant, ce jour-là, tout lui sembla si vrai qu'elle en fut complètement bouche bée, et qu'elle écouta longuement sa mère lui expliquer tout ce qu'elle savait. C'était étrange, vraiment très étrange, et pourtant, quelque part, cela lui plaisait. Parce qu'elle se sentait différente mais meilleure, parce que son intelligence n'était plus sa seule différence, parce qu'elle avait des pouvoirs. De vrais pouvoirs. Elle n'en revenait pas, cela lui paraissait si irréel... c'était subjuguant.

Si tout paraissait fantastique dans le fait de posséder des pouvoirs, en réalité c'était loin d'être le cas. Kaylann, qui s'était tout d'abord réjoui en les découvrant, finit par les trouver effrayants. En effet, ne les maîtrisant absolument pas, elle avait toujours peur de faire mal à quelqu'un. Sa mère lui ayant expliqué que ses émotions pouvaient énormément influencer son contrôle sur eux, elle tentait toujours de rester calme, en présence de ses amis au moins. Mais elle ne maîtrisait rien, vraiment. Parfois, sans qu'elle ne le veuille, de la pluie se mettait à tomber dans sa chambre, et l'arrêter était vraiment trop compliqué pour elle. Alors elle attendait simplement que cela cesse, soupirant en voyant le sol de sa chambre trempé. Evidemment, elle devrait nettoyer, et cela ne l'enchantait guère. Lorsqu'elle voulait s'entraîner, elle prenait un verre et tentait de faire bouger l'eau qu'il contenait sans la toucher. Cela fonctionnait rarement d'ailleurs, et le plus souvent le liquide finissait sur la table, voire sur ses vêtements lorsqu'elle ne parvenait à rien. Et cela l'agaçait profondément.
Ce qui l'effrayait le plus finalement n'était pas le fait d'en avoir, mais le fait de ne pas les contrôler. Parce qu'à tout moment cela pouvait déraper. Parce qu'à tout moment elle pouvait perdre le contrôle. Parce qu'à tout moment ses amis pouvaient découvrir la vérité. Alors elle essayait de les cacher, du mieux qu'elle le pouvait, de ne jamais s'énerver, de ne pas être triste. C'était difficile, notamment pour une jeune femme aussi sensible qu'elle, et même si elle faisait de son mieux, elle craignait toujours d'être découverte. Elle ne voulait pas perdre ses amis, surtout pas. Ils étaient si précieux à ses yeux, elle ne pouvait s'imaginer loin d'eux.

« Beacon quoi ?!
-Beacon Hills.
-Mais pourquoi ? Maman, on est bien ici. C'est notre maison, notre ville, et notre vie est ici. Je veux pas m'en aller ! Et puis y a tous mes amis ici, et elle a dit qu'elle reviendrait bientôt.
-Je sais. Ça déchire mon cœur aussi, de partir. Mais tu sais qu’on est différentes, que je ne peux pas expliquer le fait que je ne vieillis pas. En plus, tes pouvoirs commencent à éclore et rien de mieux que d’avoir l’aide d’autres kitsunes. J’ai une amie à Beacon Hills qui saura mieux t’expliquer notre héritage.
-Mais qu'est-ce que ça peut me faire de mieux connaître notre héritage ?! » grogna alors Kaylann, franchement remontée contre sa mère.
Elle quitta alors la pièce et partit s'enfermer dans sa chambre, furieuse. Sa mère venait de lui annoncer qu'elles allaient bientôt partir d'Atlanta, la ville où elle était née et avait toujours vécu, pour aller dans cette ville qu'elle ne connaissait pas mais qu'elle détestait déjà. Elle ne voulait pas y aller. Comme elle l'avait dit à sa mère, sa vie était ici. Sa maison, ses souvenirs, ses amis étaient ici,  et puis l'université dans laquelle elle voulait aller, la bibliothèque qu'elle aimait tant, les parcs dans lesquels elle aimait rester avec ses amis, les champs dans lesquels elle s'isolait parfois, les forêts où elle dessinait... Tout était ici. Elle ne voulait pas partir.
Quelque part, elle en voulait à sa mère aussi. Parce qu'elles devaient déménager maintenant, alors qu'elle avait enfin réussi à s'intégrer, à avoir des amis, une vie. Fini le harcèlement, les coups, les insultes, à présent elle vivait. Elle n'était plus rejetée pour son intelligence, critiquée pour son apparence quelque peu juvénile, regardée de travers pour bien peu de choses. Elle avait une vie, elle savait ce qu'elle voulait devenir et sa meilleure amie allait revenir prochainement à Atlanta. Que demandait de plus ? Un déménagement ? Sûrement pas !

« J'en reviens pas que tu me fasses ça ! »
Quelques semaines plus tard, elles avaient déménagé dans cette fameuse ville qu'était Beacon Hills et que Kaylann décida immédiatement de détester. Parce que sa place n'était pas ici, parce qu'Atlanta lui manquait, parce qu'elle voulait retourner chez elle. Elle ne considérait pas cet endroit comme sa maison, refusant d'admettre qu'elles allaient vivre ici. Non, elle ne pouvait y croire, elle voulait rentrer. Ses amis, la bibliothèque, le parc, tout cela lui manquait. Elle voulait retourner dans cette magnifique forêt où elle prenait tant de photos, dans ces champs où elle s'allongeait pour se reposer loin de tout, dans cette chambre qui avait été la sienne pendant des années. Celle-là même dont les murs étaient remplis de centaines de photographies qu'elle avait prises, le bureau recouvert de dessins, de peintures et d'écrits inachevés mais très bien triés, le dressing plein à craquer de mille et un souvenirs auxquels elle tenait tant. Elle avait tout ramené ici, parce qu'elle refusait de s'en séparer, parce qu'elle aimait regarder ces images avec nostalgie, parce que cela lui manquait. Elle voulait retourner chez elle. Rentrer à la maison malgré les protestations de sa mère, c'était ce dont elle rêvait. Parce qu'elle ne se sentait pas à sa place ici, et qu'elle ne rêvait que d'Atlanta. A ses yeux, ce déménagement était une énorme erreur, et quoiqu'en dise sa mère elle continuait de le lui répéter, infiniment têtue. Elle lui en voulait, oui, parce qu'elle voulait rentrer chez elle. Elle n'avait rien à faire ici, elle en était certaine.

Un mois s'était écoulé depuis le fameux déménagement, puis deux, et la jeune femme avait peu à peu changeait d'avis. Pas qu'elle était tombée amoureuse de Beacon Hills, ni même parce qu'elle avait oublié Atlanta, mais parce qu'elle avait sans doute fini par comprendre qu'elle allait devoir vivre ici. Dans cette ville, loin de ses amis, de sa meilleure amie, de ses souvenirs qui lui semblaient si loin que cela lui brisait parfois le cœur. Nombreuses étaient les fois où, nostalgique, elle contemplait des photos qu'elle avait prises avec ses amis qu'elle avait aperçues en rangeant sa chambre. Elle s'asseyait par terre et les observait, capable de faire cela des heures durant. Elle ne pouvait nier ce manque évident qu'elle ressentait au creux de sa poitrine, notamment celui de sa meilleure amie qu'elle n'avait pas vue depuis maintenant deux longues années. Cela lui faisait beaucoup plus mal que ce que l'on pourrait croire, et parfois elle pleurait devant ces souvenirs si importants à ses yeux. Elle lui manquait, Atlanta lui manquait, ses amis lui manquaient, pourtant elle était à Beacon Hills et commençait à s'y habituer. Sans doute parce qu'elle avait commencé à se faire quelques amis, chose qui l'effrayait plus que tout à son arrivée, parce qu'elle avait déjà arpentée mille et une fois la ville pour chercher de jolis endroits où prendre ses photos, parce qu'elle avait fini par se convaincre qu'elle devait faire des efforts. Elle en voulait moins à sa mère, commençant à comprendre et à accepter sa décision qu'elle avait à l'époque maudite des dizaines voire des centaines de fois. Parfois, la rancune refaisait surface et la colère parlait à la place de la jeune fille, mais généralement elle réussissait à trouver des bons côtés à ce déménagement. Elle ne voulait pas la blesser. Et puis, cette dernière disait faire cela pour son bien, et sans doute avait-elle raison quelque part. Mais c'était difficile pour la jeune femme d'être séparée de tout ce qu'elle avait connu pour tout recommencer à zéro, seule... ou presque.

A présent, cela fait plusieurs mois qu'elles ont emménagé à Beacon Hills. Evidemment, Kaylann ayant dix-sept ans et sa mère ayant cessé de vieillir - de par ses pouvoirs surnaturels - depuis ses vingt-six ans, elles se prétendent sœurs pour ne pas attirer l'attention. Ce n'est pas toujours facile mais il est évident qu'elles y sont contraintes, sous peine d'être prises pour deux folles qu'il faut envoyer dans un hôpital de toute urgence. Tout comme sa mère a trouvé un hôpital où elle peut travailler en tant qu'infirmière, la jeune femme a finalement trouvé une université qui lui convenait dans la petite ville où elle commence en session d'hiver. Il ne fait aucun doute qu'elle attire énormément l'attention puisque, bien qu'elle n'ait qu'une année de moins que les autres élèves de sa classe, savoir qu'elle aurait pu y entrer à seulement quinze ans en surprend plus d'un, d'autant plus que son apparence excessivement juvénile fait que la plupart des personnes qu'elle croise lui donnent cet âge-là. Devenue une jeune étudiante qui tente de vivre comme tous les autres malgré sa vraie nature, elle veut devenir un peu plus indépendante, et c'est pour cela qu'elle est à temps partiel serveuse dans un café de Beacon Hills - notamment parce qu'elle adore faire des cadeaux à ses amis mais surtout à sa mère. Toujours passionnée par l'art sous toutes ses formes, elle n'a jamais cessé d'écrire, de peindre et de dessiner, même si elle passe la plupart de son temps avec un appareil photo ou le nez plongé dans un livre aux personnages surnaturelles. Combien de nuits a-t-elle passé à retoucher des photographies qui ne lui convenaient pas, à parcourir de ses yeux de nombreuses lignes trépidantes, à terminer un dessin ? Enfin, sa mère lui ayant promis qu'elle rencontrerait sous peu son amie kitsune ainsi que sa fille plus âgée que Kaylann de deux ans, elle espère bien s'entendre avec elle, en particulier parce que l'arrivée de ses pouvoirs l'effraie de plus en plus, et ce quoiqu'elle en dise. Elle voit la belle Yukimura comme un modèle qui a appris à maîtriser son don et qui a - entre autre - réussi à se construire une vie dans cette ville où elle n'est pas née.

« Je ne veux pas regarder le temps s'écouler comme l'eau de toutes ces rivières que nous voulons contrôler sans raison. »
Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF Eqb7
« Je veux profiter de chaque journée comme si c'était la dernière, je veux contempler indéfiniment chacun des magnifiques recoins de notre monde, je veux savourer le moindre instant passé bien entourée... Je voudrais vivre comme une personne normale même si je suis immortelle, tout simplement. »

 
Parle moi de toi:
 
Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF 1533514866-nooonewSujet: Banshee (2/3)
Bad Wolf

Réponses: 3
Vues: 1472

Rechercher dans: We are mythical   Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptySujet: Banshee (2/3)    Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptyDim 17 Jan - 14:19


Lydia Martin
❝I can see the dead❞

  • Âge
  • 20 ans

  • Lieu de naissance
  • Beacon Hills

  • Nationalité
  • Américaine

  • Travail/Études
  • Étudiante

  • Connais le surnaturel?
  • Oui

  • Groupe
  • We are myths

  • Niveau de pouvoir
  • N/A

  • Célébrité
  • Holland Roden

  • Autre
  • N/A.

J'ai passé ma vie à Beacon Hill et comme n'importe qu'elle jeune fille, mon but ultime au secondaire était de me faire accepter. C'est probablement pour cette raison que je camouflai mon Q.I de génie et agis comme une petite fille à papa les deux premières années. Le jour, ou je découvris le monde surnaturel changea à tout jamais ma vision de la vie et de la manière dont elle devrait être vécue. Le pire pour moi fut les moments d'incompréhension en découvrant un mort. Le moment ou on confirma que j'étais une Banshee, tout parut plus clair et plus sombre à la fois. Qu'est ce qu'une Banshee avait de particulier mis à part hurlé lorsqu'une mort approchait? Comparé à Scott, Kira et même Allison qui n'avait aucun pouvoir, j'étais inutile. Stiles à toujours eu confiance en moi et c'est a cette époque que je le remarquai et que nous développions une amitié. Depuis la mort d'Allison, je me sens coupable, comme tout le monde, mais je dois apprendre à vivre avec cette perte et regarder devant moi. A l'université, fini la jeune femme stupide, je vais laissé place à la Lydia qui pourrait gagner un prix Nobel.
Si j’avais su que ma première année d’université allait être un enfer, j’aurais suivi mon instinct et j’aurais été dans l’une des écoles prestigieuses qui m’avaient accepté plutôt que de rester avec mes amis. J’ai été kidnappé par un cinglé avec Stiles et Parrish (Voir intrigue #1) ensuite ce sont nos amis qui ont connu le même sors et puis lorsque nous avons été les sauvés quelques semaines plus tard, je suis tombé face à face avec fantôme… Allison Argent n’était apparemment pas six pieds sous terre. Mais qu’est-ce qui se passait ? Quelques jours plus tard, j’avouai finalement à Stiles que je l’aimais et depuis nous sommes ensemble. Ensuite, les Dread doctors sont débarqué à Beacon hills (voir intrigue #2) mais, le plus dangereux fut Théo Raeken, l’une de leurs créations. Il divisa la meute et Stiles et mois décidèrent de ne rien dire aux autres pour notre couple. Ce n’est qu’un an plus tard, lorsqu’un dôme étrange apparut qu’on annonça la nouvelle à nos amis. Plus question d’être divisés, on devait être unis pour vaincre notre nouvel ennemi. (voir intrigue #3)


  • Émotive
  • Prudente
  • Coquette

  • Courageuse
  • Attachante
  • Génie
Friends forever Or not
  • Nom du lien
  • Stiles Stilinsky

  • Lien
  • Amoureux

  • Description
  • Stiles et Lydia, c'est écrit dans les étoiles. Mais aucun des deux ne les regarde en même temps! C'est un amour certain, qui ne semble pas vouloir se produire. Mais les deux tourtereaux ont finalement réalisé leurs sentiments l'un pour l'autre et peut-être...peut-être que les astres sont de leur côté.

  • Nom du lien
  • Kira Yukimura

  • Lien
  • Comme une soeur

  • Description
  • Kira et Lydia sont devenues amies alors que Stiles était possédé du Nogitsunes. Les circonstances ont fait qu'elles se sont rapprochées davantage suite au décès d'Allison.

  • Nom du lien
  • Skyla Grey

  • Lien
  • Amie

  • Description
  • Skyla est tout comme Lydia une Banshee. C'est un poids de moins sur les épaules de la jeune femme, sachant qu'elles pourront en découvrir d'avantage sur leurs origines ensemble.



Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF 1533514866-nooonewSujet: Demande de Logement !
Bad Wolf

Réponses: 10
Vues: 1666

Rechercher dans: Sujets Terminés   Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptySujet: Demande de Logement !    Tag 1 sur EVERY MONSTER - TEEN WOLF EmptyLun 15 Sep - 5:44
Logement


Vous voulez que votre personnage ait un toit ?! Un endroit où rp en famille sans se faire déranger par toutes sortes que créatures fantastique ?! C'est ici que vous pouvez acheter votre maison ! Mais avant tout, voici quelques règles à suivre :

1. Veuillez prioriser les résidences vacantes.
2. Un minimum de 5 lignes seront demandées, à compter de maintenant, pour les descriptions des logements.
3. Si vous désirez vivre dans notre populaire motel, la description des lieux n'est pas nécessaire puisqu'elle y figure déjà.

Code:
Nom du perso:
Colocataires ?! :
Si oui, qui ?!:
Adresse:
Description du lieu :



Liste des logements


Lincoln Street (principalement des maisons, mais quelques appartements)

07 - Derek Hale
10 - Skye T. Connors
26 - Les Martin
28 - Résidence vacante
100 - Théo Raeken
102 - Résidence vacante
110 - Saleem R. Warren
112 - Les McCall et Stilinski
113 - Chris Argent et Isaac Lahey
116 - Tracy Stewart
118 - Liloo K. Hayles
121 - Résidence vacante

Pin Oak Drive (principalement des maisons, mais quelques appartements)

01 - Résidence vacante
12 - Les Jenkins
15 - Skyla Grey
23 - Les Montgomery
31 - Kinley Barkov
57 - Les Worthington

Main Street (principalement des appartements, mais quelques maisons)

15 - Alec Stilinski (appartement 23)
32 - Peter Hale
33 - Emrys McKinley et Clarke Ortiz
52 - Allison Argent et Thomas Montgomery
66 - Dante Tujillo (appartement 15)

Hoover Avenue (appartements, lofts et penthouses seulement)

02 - Giullia Monroe
03 - Résidence vacante
07 - Mei Amarante
08 - Les Sullivan
13 - Résidence vacante
17 - Cora Hale (appartement 4)
19 - Gaëlle Chevalier (appartement 13)
21 - Bradley Davis et Andrew Greenberg
158 - Aindreas Fitzgerald

Dernière mise à jour : 17 mars 2016


Liste des chambres


Black Hill Motel

#1 - Vacant
#2 - Vacant
#3 - Vacant
#4 - Vacant
#5 - Vacant
#6 - Vacant
#7 - Vacant
#8 - Vacant
#9 - Vacant
#10 - Vacant

Dernière mise à jour : 17 mars 2016
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sauter vers: