Now we're here, let's skate? [Pv Malia]



 
Recherche de liens ?
Tu as l'idée parfaite d'un lien en tête
mais à la flemme de créer un scénario?
Le sujet de recherche de lien est pour toi !!!
C'est dans ce sujet que tu trouveras ton bonheur!
Scénario coup de ♥️

Rejoins-nous sur Discord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Now we're here, let's skate? [Pv Malia]
Invité
Anonymous
Lun 19 Oct - 17:48

Now we're here, so let's skate?
Quatre heures de l’après-midi. Alors que tout le monde passe son temps à gentiment faire du shopping, Aya passe de boutique en boutique. Shopping ? Courses ? Non. Et non. Entrant en vitesse dans la première boutique qu’elle repère, elle attrape une écharpe et un chapeau melon, disparaissant par la suite entre les rayons. Des rayons assez hauts, à son plus grand malheur. Même sur la pointe des pieds, elle peine à voir par-dessus ces derniers. Voilà la raison pour laquelle elle portait toujours des talons d’au moins dix centimètres. Du haut de son mètre cinquante-six, elle ne fait pas partie des plus petits mais est aussi loin des plus grands. Néanmoins, les baskets étaient de mise aujourd’hui. Rentrant dans la cabine d’essayage, elle ouvre discrètement le rideau mais ne repère rien. « C’est maintenant ou jamais ! » Déposant un billet de cent dollar sur le comptoir tout en faisant signe qu’elle ne souhaitait pas récupérer le reste, Aya sort  de la boutique, un manteau vert et une écharpe noir autour du cou. Ainsi qu’un chapeau en melon et des lunettes de soleil. Les dix premiers mètres, aucun problème. Jusqu’à ce que quelqu’un lui tienne le bras et que son regard se pose sur un officier de police. Visiblement, les lunettes font de trop. Une prise d’auto-défense plus tard et là revoilà en pleine course effrénée entre les shoppeurs et les sales mômes.

Après deux chutes, un  -presque- crêpage de chignon avec l’une ou l’autre pimbêche mal luné, elle se retrouve à l’extérieur du centre commercial et sans connaître les environs, elle se met à courir de toutes ses forces. Il faut dire que l’officier à ses trousses semble plutôt bien en forme. À New York, les flics ont plutôt la panse bien gonflée et la fainéantise d’une ville de criminels. Note to self, Beacon Hills a des officiers sérieux qui prennent leur job très à cœur. Trop, même. Cent ou deux-cent mètres plus loin et il ne l’a pas encore totalement lâché. Ce n’est qu’en tournant une rue et en se cachant entre deux véhicules qu’elle arrive à le duper. Il continue sa route alors qu’elle prend la rue suivante. Aya passe devant un bowling et hésite d’y rentrer. À quoi bon ? Se faire poursuivre par l’officier, l’assommer avec une boule de bowling et finir en prison ? Alors qu’une grimace s’installe sur son visage et qu’elle continue de marcher en se débarrassant de sa veste, -qu’elle donne à un passant-, elle croit enfin avoir la paix quand soudainement, comme sortit de nulle part, le revoilà. Comme l’aigle noir. Passons. Un cri lui échappe alors qu’elle lui balance son chapeau melon sur la tronche et qu’elle pense à le bousculer pour reprendre sa route. Du tout en tout, c’est une vue bien comique. Mais voilà, si elle finit derrière les barreaux ses parents seront au courant et ce n’est pas le but qu’ils soient embêtés par cela. Puis être enfermé dans une cage à tendance à la mettre à fleur de peau.

Alors qu’elle tourne un coin de rue, elle s’arrête et regarde discrètement derrière elle. L’officier semble encore l’avoir perdu, regardant même entre deux camionnettes avant qu’un passant ne semble lui indiquer le chemin à suivre. Aucune solidarité ! Aya est donc prête à reprendre sa course quand elle tombe nez à nez avec quelqu’un qu’elle venait de rencontrer quelques jours auparavant. « Malia !? » dit-elle surprise avant de se rendre compte qu’elle n’a vraiment pas le temps pour ça. Sauf que voilà, quand l’autre lourdaud tourne lui aussi le coin de la rue, il les voit ensemble. Pas besoin qu’il interroge l’autre jeune femme aussi. Et puis, par reflexe le plus absolu, Aya lui attrape le poignet pour l’entrainer avec elle. « Pose pas de questions, cours ! » lui hurle-t-elle presque alors qu’elle pousse une nouvelle fois quelques personnes de son chemin. Faut dire que quand elles se sont rencontrées, elles avaient toutes les deux données une raclée à une bande de mec lourds et sans manières. Bref, Malia ne devait pas ignorer qu’elle sait se défendre et de ce fait, elle espère donc que cette dernière se rende compte de la gravité de la situation. Visiblement oui, car Malia la suit. À moins que ce soit elle qui tire tellement sur le poignet de la pauvre jeune femme qu’elle n’a pas d’autre choix que de courir elle aussi, possible.

Après cinq, voir dix minutes de plus, Aya ne voit plus l’officier derrière elle et en profite donc pour attirer Malia dans un bâtiment. Et en s’enfonçant un peu plus dans la bâtisse, bousculant encore quelques personnes de plus, elles finissent par arriver à une caisse et un peu plus loin des casiers. Essoufflée, Aya lui fait mine d’attendre deux minutes d’un geste de la main. « Désolé.. Je..Ola j’en peux plus. » dit-elle entre chaque respiration. Courir est une chose, le tenir en distance en est une autre. Après trois bonnes minutes, elle se met à rire et se rend compte qu’elle n’a toujours pas lâché le poignet de l’autre jeune femme. « Je suis désolée, j’ai pas pensé à ce que je faisais et sur le coup il ne m’est pas venue de meilleure idée que de t’entrainer avec moi. J’espère que tu ne connais pas trop d’officiers de police parce que celui-là, je crois bien qu’il nous a bien repéré. » finit-elle en lui lâchant le poignet et en souriant, amusée et gênée par la même occasion de l’avoir mêlé à ses problèmes.
AVENGEDINCHAINS
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Lun 19 Oct - 20:35
Run baby run
Now we're here, let's skate?
Malia ✧ Aya
Depuis ma petite mésaventure avec le collectionneur j'ai tendance à être un peu parano. Enfin, plus qu'avant. Ce qui en sommes est un petit exploit. Je n'ai pas vraiment aimé d'être enfermé aussi longtemps alors forcément maintenant je me méfie de tout, juste pour être sûre que ça ne se reproduise pas. L'air de rien Beacon Hills est une ville assez dangereuse pour les être surnaturels. Allez savoir pourquoi on arrive toujours à trouver une menace ici. Pourtant en apparence la ville à l'air tranquille. En apparence seulement.

D'ailleurs aujourd'hui ne déroge pas à la règle. Alors que je suis simplement sortie faire quelques courses, je me fais embarquer dans une course folle. J'ai à peine le temps de reconnaître Aya. Une fille que je ne connaissais même pas il y a de ça une semaine; Pour dire. « Qu'est-ce qu... » je n'ai pas le temps de finir ma phrase qu'elle attrape mon poignet et se met à courir. C'est quoi ce bordel ? Je ne cherche pas à comprendre et me met à courir à la suite de la brune. Je n'ai pas vraiment le choix de toute façon étant donné qu'elle s'accroche carrément à moi et me tire vers l'avant. Je jette un regard vers l'arrière et voit un policier qui nous court après. Et merde. J'ai tendance à me mettre dans des situations pas possible moi aussi.

Grâce à mes gênes de coyote je n'ai aucun problème à courir sur des longs trajets et je suis plutôt facilement la jeune femme. On traverse des trucs que je ne reconnais même pas et on bouscule des gens qui se demandent ce qui nous arrive. À vrai dire moi aussi je me pose la question. On fini par arrêter notre course folle et je ne reconnais pas tout de suite le lieu dans lequel on est. Je sais juste qu'il y a beaucoup de monde et des odeurs bizarres. Si bien que je plise le nez, agressé par cette multitudes d'odeurs étranges. Je n'aime pas ça. >« Je suis sortie avec le fils du shérif...  » ouais, niveau discrétion avec les forces de l'ordre on a connu mieux. Je n'ai pas vu la tête du policier et je ne sais donc pas si je le connais ou pas. J'espère pas. Non, parce que je n'ai pas envie de me retrouver face à un John en colère. Surtout que je crains qu'il ne croit pas à la version du j'ai rien fait on m'a attrapé et mit à courir, j'ai suivis le mouvement. Non, il va croire que je me fiche de lui. >« Tu peux m'expliquer ce qu'il vient d'arriver ? Non, parce que je n'ai rien contre un peu d'exercices, mais j'aimerais bien savoir ce qu'il se passe.  »
© Starseed
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mar 20 Oct - 12:06

Now we're here, so let's skate?
Aya cherche à reprendre son souffle, observant un court instant le lieu où elles se retrouvent avant de poser son regard un court instant sur Malia. Visiblement, cette dernière possède une meilleure condition physique qu’elle. Peut-être qu’elle fait du jogging deux fois par jour et que le bout de chemin qu’elles avaient couru n’est rien comparé à c qu’elle fait quotidiennement. Et puis, Aya court depuis bien plus longtemps. Faut dire qu’elle a bien raté son coup et que maintenant, elle en paie un peu le prix. Demain, elle aura mal à la gorge et sans doute un rhume aussi. Malia lui dit être sorti avec le fils du shérif. Génial. La kitsune écarquille les yeux avant de mettre sa main sur la bouche en sortant l’une ou l’autre grossièreté. Non pas qu’elle risque de choquer Malia, non, mais les anciennes habitudes sont difficiles à perdre et dans ce milieu, un tel langage n’était pas accepté. Bien qu’elle n’est plus entouré de gosses de riches et de parents à la modestie inconnue, n’est-ce pas ? Posant ses mains sur ses hanches, elle reprend sur un ton un peu plus sérieux. « Bon, alors s’il t’a reconnu ou quoi, tu peux me dénoncer. Sauf s’il croit le fait que je t’ai juste entrainé au passage. » Aucun flic ne croirait ça, aucun.

Un rire nerveux lui échappe quand Malia lui pose the question. Innocemment, elle sort de la poche de son sweater un portefeuille. Et un deuxième, pas difficile d’imaginer qu’elle venait de voles ces derniers. « Bon, avant que tu t’imagines quelque chose, je compte les rendre. Je m’entraine et ça implique quelques dommages au passage mais ensuite je les rends ! » Dit-elle en tout sincérité. Ça pourrait paraître bizarre, oui. Ça l’est, en vérité. Chercher à comprendre Aya n’est sans doute loin d’être facile. « Je suis pas la plus douée et un type a crié au pickpocket. Bien sûr, avec la chance que je me paie il y avait un flic et… Enfin, j’en suis arrivé là et je t’ai entrainé avec moi. » Elle enfuit les portefeuilles dans son sweater et voir alors passer deux personnes, patins à la main. Ha. Patinoire. « Tant qu’on est là, autant en profité tu ne crois pas ? Je paie pour toi, je te dois bien ça. » Sans attendre la réponse de l’autre jeune femme, elle se dirige vers la caisse, y voyant l’affiche indiquant les prix. Elle sort alors un billet de vingt dollar et le pose sur le comptoir. « C’est pour deux personnes. » Parfois, les gens ont des têtes qui ne lui reviennent pas et le type derrière la caisse en avait une justement. Un petit sourire pour la clientèle c’était trop demandé. Après leur avoir demandé leurs pointures, il part dans une arrière-salle avant de revenir avec deux pairs de patins. Il leur donne d’ailleurs des clés de cassiers en leur disant de s’amuser. Aya prend sa paire de patin et une des deux clés, attendant d’arriver à un des bancs pour reprendre la discussion. « Je dois t’avouer que je n’en ai plus fait depuis longtemps, mais c’est comme le vélo ça ne s’oublie pas. Tu sais en faire ? » Question qui lui était sortie de l’esprit et dont elle ne s’est donc pas posée plus tôt.
AVENGEDINCHAINS
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Lun 26 Oct - 7:06
Run baby run
Now we're here, let's skate?
Malia ✧ Aya


Cette ville est folle, j'en suis certaine maintenant. C'est peut-être pour ça que je m'y sens bien en fait. Je me retrouve embarqué dans je ne sais quelle histoire alors que je suis sortie à peine quelques minutes pour prendre un peu l'air. On fini par s'arrêter et je me demande qu'est-ce qui m'a valu cette petite course. Je te fais remarquer que j'ai eu l'occasion de personnellement connaître le shérif et j'espère pas qu'on m'est reconnu. Non, parce que je ne sais pas ce que je vais pouvoir lui raconter. « On verra bien, avec un peu de chance il ne me connaîtra pas » croisons les doigts.

Tu finis par m'expliquer la raison de ta course. Alors comme ça tu voles. Ouais, je suppose que ce n'est pas une bonne chose. Enfin, si les gens sont assez bêtes pour se faire voler leurs affaires, ils ne peuvent pas allés se plaindre. « Pourquoi tu fais ça si c'est pour les rendre ? » j'essaie un peu de te comprendre. Si tu t'attendais à une morale de ma part, tu peux attendre longtemps. Il paraît que je n'ai pas le même sens moral que les gens normaux. Je regarde autour de moi pour observer les gens qui nous entoure. Tu m'as emmené loin l'air de rien.

Encore une fois tu m'embarques dans ton délire et je n'ai le temps de rien dire que tu es déjà parti payer pour nous deux. Non, mais attend. Du patin, c'est ça. Mais j'sais pas en faire moi. Tu m'diras en forêt on a pas vraiment l'occasion de faire ce genre d'activités. Je me mord la lèvre et hoche négativement la tête quand tu me demandes si je sais en faire. « Non, j'ai jamais fais ça avant. » ouais, j'vais encore passer pour une extraterrestre qui a passé son enfance dans une cave. Je risque aussi de me retrouver bien ridicule à être incapable de tenir sur ces instruments de malheurs. toutefois, je ne recule pas devant la difficulté et essaye les patins. Je soupire. Je ne sais pas comment je vais faire ça.  
© Starseed
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: