Forgive me - Scott and Allison



 
Recherche de liens ?
Tu as l'idée parfaite d'un lien en tête
mais à la flemme de créer un scénario?
Le sujet de recherche de lien est pour toi !!!
C'est dans ce sujet que tu trouveras ton bonheur!
Scénario coup de ♥️

Rejoins-nous sur Discord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Forgive me - Scott and Allison
avatar
Messages : 171
Jeu 26 Avr - 10:20



FORGIVE ME
The past is over now, please, forgive me.

Scott avait bien besoin d’un « Scottpuccino ». C’était comme ça qu’ils appelaient le cappuccino que Scott prenait toujours au Starbucks du centre, parce qu’il y avait très très peu de café et beaucoup des autres composantes de la boisson. Alors à chaque fois qu’il venait, les vendeurs savaient déjà quoi lui préparer. En plus il venait ici au moins une fois par semaine pour travailler ou juste pour se détendre. Cette fois ce serait simplement pour se détendre après une journée de cours intense. Puis il avait besoin de réfléchir à un plan d’attaque. Les Steel prenaient du terrain, on ne savait pas où était Cade, des choses se tramaient entre un groupe de créatures surnaturelles qu’il ne connaissait pas, la nouvelle maire ne lui plaisait pas… Il y avait beaucoup de choses à régler. Le problème était qu’il ne savait pas ce que les autres faisaient, si certains, autre que les membres de sa meute, agissaient… Ils étaient tous sur des terrains différents, en même temps. Scott avait dans l’idée de rassembler tout le monde pour au moins savoir qui agit, quand et où. Mais pour ça il allait devoir former des alliances et rassembler tout le monde. Il repensa aux Steel, surtout à sa rencontre avec le fameux Louis. Il fronça les sourcils. Ce dernier lui avait dit que les Argent n’étaient qu’une bande de chasseurs inutiles, en très gros. Mais peut-être que les Argent savaient quelque chose sur eux ? Il n’avait pas repris contact avec Chris depuis son retour, sans parler d’Allison qu’il n’avait toujours pas revu, plus par gêne que par manque de temps. Il ne savait pas s’il était prêt à lui faire face après tout ce qui c’était passé, surtout avec la culpabilité qu’il avait ressenti après sa mort. Mais il allait bien devoir la voir, lui parler. D’abord pour savoir comment elle allait et tout ce qui s’était passé depuis qu’il ne l’avait pas vue, puis surtout parce que plusieurs membres de la meute lui avaient recommandé de parler aux Argent pour en faire de nouveau leurs alliés. Scott soupira, oui, il allait devoir trouver Allison.

Ce qu’il ne savait pas, c’est que la brune était entrée. Oui, la chasseuse était dans le starbucks, en train de faire la queue, pendant que lui pensait, assis seul à sa table. Il finit cependant, enfin, par lever la tête. Il failli avaler de travers lorsqu’il la vit. Il n’avait même pas eu le temps de se préparer mentalement ! Que faire ? Aller la voir ? Faire comme ci il ne l’avait pas vue en priant pour qu’elle ne le voit pas ? Non ! Il devait prendre son courage à deux mains ! Mais… Il était scotché à sa chaise. Il n’arrivait pas à bouger. Son corps était comme paralysé à l’idée d’aller lui parler. Alors il se contenta de mener un combat intérieur en la fixant. Ce qu’il ne savait pas, c’est que même chez les humains, le regard pesant d’un Alpha se sentait encore plus fort. Alors elle finit par tourner le regard vers lui et là, il aurait pu tomber de sa chaise. Il n’avait pas l’air crétin comme ça ! Enfin, maintenant ils étaient là, à se fixer. Qui ferait le premier pas ?  

⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 766
Dim 29 Avr - 5:49

Lorsque j’avais accepté d’apprendre à Skyla ; une jeune Banshee de la meute de Scott à se battre et à manier une arme, elle m’avait posé une question. Une question qu’elle avait d’abord juger indiscrète, mais très intéressante. Elle voulait seulement savoir avec qui j’avais renouer des liens d’amitié, après mon passage dans le monde des Morts. La vérité, c’est que si j’avais revue Stiles plusieurs fois, ou même Derek. C’est seulement avec Lydia et Isaac que j’avais réellement parler. La première, parce qu’elle était ma meilleure amie et le deuxième, parce qu’il vivait avec mon père, alors forcément, je le voyais souvent. Mais je n’avais jamais trouvé la force de parler avec Scott, parce que j’avais peur. Pas de lui, mais parce que j’avais oublié beaucoup de chose, alors ce n’était pas forcément évident de me confronter à lui. Alors, je passais mon temps entre Thomas, mes cours à la faculté de biologie et mon père. Nous n’étions pas bien vu en ville, à cause de notre Code d’Honneur. Et le premier à nous mettre des bâtons dans les roues c’était mon grand-père. J’étais prête à mettre ma main à couper qu’il pensait comme les Steels. Et pourtant, tout le monde sait que nos deux familles sont ennemies. Enfin voilà, c’est difficile de faire changer une personne, pourtant, mon père l’a fait, lui. Je ne dis pas qu’il était comme son père ou sa sœur ; il a toujours fait du code sa priorité ; mais il avait du mal à accepter que sa fille unique puisse être amie avec les créatures qu’elle était supposé affronter. Enfin, inutile de revenir là-dessus. Je venais de passer l’après-midi entier à étudier à la bibliothèque du campus, et j’avais besoin d’un café car une tâche ennuyeuse m’attendait avant de rentrer chez moi : remplir le réfrigérateur. C’est quelque chose que je n’aime vraiment pas, mais il faut bien manger, hein ! Alors, je poussais la porte du Starbucks et me dirigeais directement vers la file d’attente, sans savoir que Scott se trouvait à une table. Comment aurais-je pu le deviner puisque je entrer sans regarder s’il y avait du monde ou pas ? Une première personne passa, alors j’avançais d’un pas, avant de reculer vivement, parce que le type de devant avait décider de faire demi-tour et avait manquer me rentrer dedans. Il ne s’excusa même pas, à la place, il me fusilla du regard, comme si c’était ma faute. Enfin bref. Au bout d’un moment, je senti plus que je ne vis, un regard peser sur moi. Vivant à Beacon Hills depuis pas mal de temps, et étant une chasseuse, les poils de mes bras se dressèrent, en alerte. J’étais en droit de me méfier, vu que les autres chasseurs ne nous appréciaient pas. Quelle ne fut donc pas ma surprise en découvrant que celui qui me regardait avec insistance n’était autre que Scott. Je fronçais les sourcils, incapable de savoir si je devais lui parler ou non. « Hey, t’avance, oui ? » me houspille le bonhomme derrière-moi. Sonnée, il me faut deux secondes pour comprendre que c’est mon tour, alors je commande mon café, en espérant que Scott ne sera pas reparti entre temps. Ça fait des mois que je repousse sans cesse le moment de lui parler, alors c’est maintenant ou jamais. Je paye, puis, mon café brûlant entre les mains, je quitte la file. Il est toujours là, alors je m’approche de lui, mal à l’aise. « Salut ! » lui dis-je, avec un sourire nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 171
Jeu 5 Juil - 16:13



FORGIVE ME
The past is over now, please, forgive me.

« Oh bordel… » avait-il pensé.

Elle était là, devant lui, debout. Il déglutit avant de la regarder, restant sans rien dire comme un sombre imbécile. Que dire ? Que faire ? Bonjour serait un bon début.

-Euh salut !

Il sourit, un peu trop nerveusement à son coup. Le malaise présent entre ces deux jeunes adultes pouvait se sentir à des kilomètres à la ronde. Il fallait dire que c’était un moment gênant. Scott se leva. Oui, vous avez bien lu. Scott s’était levé, de la même façon gênante qu’Harry se lève à l’arrivée de Ginny dans le sixième volet d’Harry Potter, la différence était que Scott n’était amoureux, plus amoureux. Non, le malaise ne venait pas de là, il venait d’ailleurs, de quelque chose de plus profond. Scott avait très mal vécu sa mort et il avait eu du mal à digérer son retour. Il avait eu si mal que lorsqu’il avait appris qu’elle était vivante, il avait été en colère parce qu’il avait souffert. Il ne pouvait pas la blâmer, elle n’y était pour rien. D’ailleurs il ne savait pas ce qu’elle avait vécu et il voulait bien croire que ça pouvait être terrifiant. Cependant c’est sans doute la raison pour laquelle il n’était pas revenu vers elle depuis des mois, de peur de ressentir de nouveau la souffrance qu’il avait ressenti. Mais maintenant qu’elle était là, il ne pouvait plus reculer. Alors il prit son courage à deux mains.

-Tu… Tu veux t’asseoir ? Je pense qu’on a… Pas mal de choses à se dire…

Et pour cause. Des choses à se raconter, ils en avaient. Il avait pleins de questions sans réponses, auxquelles elle répondrait peut-être enfin aujourd’hui. Il ne savait pas s’il appréhendait le moment ou s’il était pressé de savoir. Il avait un peu peur de ce qu’il pourrait entendre. En fait il savait qu’il se sentirait coupable et maintenant qu’il avait enfin réussi à surmonter sa culpabilité il n’était pas certain de vouloir retomber dedans.

La chasseuse avait fini par accepter de s’asseoir avec lui. Non pas qu’il ait douté du fait qu’elle veuille discuter avec lui, mais elle aurait quand même facilement pu vouloir s’enfuir en courant, c’est paut-être ce qu’il aurait fait à sa place. L’Alpha regarda son verre avant de regarder la table pour finalement poser son regard avec difficultés sur elle. Il avait du mal à la regarder dans les yeux. Il avait beaucoup d’hypothèses sur le pourquoi, mais ce n’était pas vraiment le moment de chercher à comprendre pourquoi son courage se faisait la male.

-Alors euh... Comment tu vas ?

C’était sans doute nul comme question, mais c’était déjà un début non ?


⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 766
Dim 8 Juil - 1:58
Ça faisait des mois et des mois que je repoussais ce moment, tout comme j’avais repoussé le moment de revoir mon père. Etonnamment, je n’avais eu aucune difficulté à parler avec Isaac, Stiles et Lydia. Même avec Derek. Mais j’avais longuement repoussé le moment de revoir mon père, par peur de ne plus être la fille qu’il avait perdu. J’avais repoussé ce moment des dizaines de fois jusqu’à ce que Thomas ne me téléporte devant chez lui. Et finalement, tout s’état bien passer, et j’avais eut tort d’appréhender autant cette rencontre. Et il en était de même avec Scott. Parce que, si je ne savais plus grand-chose de ma vie d’avant ; j’avais du tout réapprendrai ; je me souvenais du jour ou j’étais morte. De ce qui s’était passé, de ce que j’avais dit ou fais. Je n’avais rien oublier. C’est d’ailleurs là où tout s’était produit que j’avais renoué le contact avec Stiles. On avait longuement parlé tout les deux. J’avais crain que ça ne se passe pas bien, mais comme avec mon père, j’avais eu tort. Alors, peut être que j’avais tort aussi d’avoir si peur de parler avec Scott. Je me souvenais de ce que je lui avais dit, mais je ne me rappelais pas de l’avoir aimer. C’est sans doute l’une des raisons qui faisait que s’était si difficile pour moi de lui parler. Et voilà qu’il était là, à quelques mètres de moi. Je pouvais très bien faire comme si de rien n’était, comme si je ne l’avais pas vu. Comme si je ne savais pas qu’il me regardait, mais je voyais cette promiscuité comme le signe que c’était maintenant ou jamais, qu’après, il serait trop tard. Alors, j’avais pris mon courage à deux mains et je l’avais salué. Il m’avait répondu et l’instant d’après, mon café entre les mains, j’étais assise en face de lui. « C’est drôle, j’ai une impression de déjà vu ! » signalais-je, quand il indiqua avoir des choses à me dire et vice versa. J’étais plus que certaine qu’à un moment donné, une scène similaire avait dû se produire. Je ne m’en souvenais pas vraiment, mais je pense que c’était lier à ma condition de chasseuse. Peut-être que je venais de l’apprendre ou j’avais des soupçons sur quelque choses et j’avais été le trouver pour en parler. « Et tu m’avais planté chez toi pour suivre ta mère qui avait rendez-vous avec Peter ! » dis-je soudain, avant de me rendre compte que j’avais penser à voix. « Désolée, j’essayais juste de me souvenir de quelque chose ! » que je dis, confuse. La nervosité me faisait penser à voix haute, ce n’était pas gagner. Je me sentais cruche. Scott me demanda alors comment j’allais. « Plutôt bien, et toi ? » répondis-je. C’était un début. Et puis, c’est vrai, j’allais bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 171
Mar 21 Aoû - 9:56



FORGIVE ME
The past is over now, please, forgive me.

Il fronça les sourcils, sans trop savoir quoi répondre à ce qu'elle venait de dire. En fait c'était loin pour lui aussi et le deuil avait degradé pas mal de ses souvenirs, en fait il avait préféré ranger ça dans un coin de sa mémoire et ne plus y penser. Il se racla la gorge après avoir pris une inspiration en posant ses yeux sur sa tasse de café. Il entremêla ses doigts entre eux avant de lever les yeux vers elle quand elle lui indiqua qu'elle allait bien, préférant laisser les remarques précédentes sans réponse, c'était sans doute mieux ainsi.

-Ça va, y'a beaucoup de choses à gérer.

C'était peu dire. Entre Peter, Théo, les Steels, la mairesse et son drôle de pressentiment par rapport à certaines personnes, Scott était un peu débordé, surtout qu'il était également très concentré sur ses cours. On savait tous qu'il n'avait pas toujours été un élève assidu alors il faisait de son mieux pour essayer d'avoir de bonnes notes, au moins pour rassurer sa mère et ses professeurs. Il devait bien avouer que ce n'était pas toujours facile, mais il avait vu pire qu'une session d'examens.

Finalement, cela tombait bien qu'elle soit là, car il avait des tas de choses à lui dire et à lui demander, plus par rapport à ses idées d'alliances que par rapport à ce qui lui était arrivé. Oh bien-sûr il était tout de même curieux de savoir comment elle était revenue, mais après tout ce qu'il avait ressenti c'était comme si cette partie de sa vie était vide de sens à ses yeux, il n'avait plus vraiment envie d'en parler et de revenir dessus .

-Ecoutes euh, l'autre jour j'ai vu la meute et on m'a suggéré à plusieurs reprises de venir te voir. J'imagines que tu n'es pas sans savoir que des gens malhonnêtes rodent en ville, alors j'ai l'intention de réunir un groupe, de faire des alliances, à commencer par les gens qui ont toujours été là à mes côtés. Derek est avec nous, je pense avoir réussi à convaincre Cora. Alors voilà, toi et ton père vous faites partie de nos alliés très proche. D'ailleurs tu faisais partie de la meute, enfin tu en fais toujours partie d'ailleurs, mais c'est seulement si tu le souhaites. En fait c'est une des questions que je devais te poser. Je voulais t'inviter à la réunion l'autre jour mais comme tu n'as pas donné de nouvelles depuis ton retour je me suis dit que c'était sûrement parce que tu voulais qu'on te laisse tranquille... Mais maintenant que je te vois j'ai besoin de savoir si tu veux encore faire partie de la meute, ou au moins faire partie de mes alliés proches et si tu penses que ton père te suivra.

C'était assez maladroit, mais bon c'était Scott. Il n'avait jamais été très habile avec les mots et il avait toujours du mal à ordonner ses pensées pour former un discours concret quand il devait faire un monologue. Les cartes étaient posées, c'était à elle de jouer, de lui dire où elle en était par rapport au surnaturel, si elle avait trouvé une nouvelle meute, ce qu'elle voulait, ce qu'elle comptait faire. Il ne la forcerait à rien, si elle ne désirait plus faire partie de la meute, il ne lui en voudrait pas, il trouvait ça même assez normal après tout ce qui lui était arrivé à cause de lui. Si elle ne voulait pas faire partie de ses alliés, il comprendrait également, il ne comptait forcer personne. Il trouvait seulement ça plus pratique pour la communication et les opérations en ville. Si tout le monde agissait en même temps sur tout les fronts, cela risquait de créer de nouveaux problèmes, alors que des alliances permettraient d'agir ensembles, de coopérer et d'être organisé.

⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 766
Ven 24 Aoû - 6:05
J’avais longuement repoussé le jour où il me faudrait avoir une discussion avec Scott, simplement par peur de le vexer car mes souvenirs étaient flous, voir presque inexistants. Mais j’avais eu tort puisque rien ne se déroulait comme je l’avais imaginé. Je ne sais pas du tout à quoi est-ce que je m’attendais exactement, mais pas à ça. En fait, je pensais que ça serait déroulé comme Isaac, Lydia ou Stiles, qu’il ne serait pas question de surnaturel. Je n’appréciais pas plus que ça de parlé de moi ou de ce que je pouvais ressentir, j’ai toujours été plutôt discrète de ce côté-là, mais j’étais quand même un poil vexé qu’il ne choisisse de parlé qu’à la chasseuse et non pas à Allison. Même si l’une n’allait pas sans l’autre, j’étais plus que ça. Enfin, je n’allais pas en faire un fromage, c’était sans doute plus difficile pour lui que pour moi, étant donner les circonstances. Lorsque je le questionnais afin de savoir s’il allait bien ou pas, il me fit savoir qu’il y avait beaucoup de choses à gérer. J’étais malheureusement au courant, quoique, pas de tout. Seulement de ce que mon père voulait bien me parler. Il prenait un malin plaisir à me dissimulé certaines informations, ce qui me poussait à chercher toute seule. Et c’est en faisant cavalier seule, qu’il pouvait m’arriver des trucs pas chouettes. Je ne pense pas qu’il le faisait exprès, mais à trop vouloir me cacher les choses, je risquais de finir par faire une bêtise. Puis, le jeune enchaina sur quelque chose qui le tourmentait. La réunion de la meute. Ça aussi, j’en avais eu les échos, je crois que Lydia avait dû le mentionner. Je n’étais pas certaine. En tout cas, j’avais regretté de ne pas être des leurs, mais je n’avais rien dit. Et voilà que Scott évoquait le sujet. Il disait ne pas m’avoir convier à la réunion, parce que je n’avais pas donner de nouvelles, sauf, qu’il ne l’avait pas fait non plus. De plus, je suppose que Stiles, Lydia ou même Isaac avait dû mentionner qu’ils m’avaient vu à plusieurs reprises. Encore une fois, je ne fis pas de commentaires, me contentant d’écouter ce qu’il avait à dire jusqu’au bout. Après quoi, je pris la parole. « Justement, avec mon père nous avons fait nos propres recherches ! » que je dis alors. Finalement, c’était peut-être mieux comme ça. Etrange, un peu tendu, mais préférable. Je m’étais monté la tête pour rien. « Bien sûr que tu peux compter sur moi ! » finis-je par avouer. C’était ce qu’il attendait que je réponde, bien que la question ne se posait pas. C’était naturel et comme il l’avait dit, mon père et moi, faisions partis de ses alliés depuis des années. Oh, ça ne s’était pas fait facilement en ce qui concerne mon père, mais aujourd’hui, ça lui semblait tout aussi naturel que pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: