Help & Protect [Stiles & Malia]



 
Recherche de liens ?
Tu as l'idée parfaite d'un lien en tête
mais à la flemme de créer un scénario?
Le sujet de recherche de lien est pour toi !!!
C'est dans ce sujet que tu trouveras ton bonheur!
Scénario coup de ♥️

Rejoins-nous sur Discord
Ouverture de groupe !!!
En avril c'est fête !! Le groupe des phoenix tout comme le groupe des banshee est ouvert !! À qui la chance ??

Help & Protect [Stiles & Malia]

 ::  :: Home Sweet Home :: Pin Oak Drive :: Les Tate Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
were-coyote
avatar
Messages : 396
Sam 29 Avr - 5:56
Help & Protect
EXORDIUM.
Tout est normal, étrangement normal. Tellement normal, que j'en ai la chair de poule. Nous sommes tous redevenus des créatures surnaturelles. Les druides et d'autres personnes ont réussis à nous sortir de là. Je me souviens encore du timbre de la voix de cet étrange homme charismatique, son intonation, la froideur et la dureté de ces paroles. Cet homme n'était pas notre ami, loin de là. Il était puissant mais plusieurs habitants de Beacon Hills (ou non) avaient réussis à nous en libérer. Durant cette période, notre vie à tous était de nouveau comme lorsque nous étions totalement humains. Enfin, je ne m'en souviens pas vraiment, mais je suppose que si j'avais grandi normalement avec les autres enfants de la ville, j'aurais menée cette vie depuis mon plus jeune âge et ma famille n'aurait pas été détruite par le meurtre que j'ai commis. J'étais pleine de remord, mais mon père me montrait tous les jours à quel point nous étions une famille unie. Et puis le petit Milo nous avait rejoint, alors je me sentais bien malgré tout. C'était peut-être en partie ça le but de ce dôme, nous montrer qu'à force de trop compter sur nos capacités, nous ne sommes rien sans elle ou alors que nous sommes tous des monstres. J'avais bien perçue ces deux aspects, plus la seconde que la première mais j'avais bien compris que je me reposer beaucoup sur le coyote en moi. Cependant, comment faire autrement en ayant grandi avec lui ?

Je suis assise à mon bureau perdue dans mes pensées mais initialement en train de bosser mes cours de socio pour nos examens qui se rapprochent de plus en plus. Le crayon dans la bouche, je retiens un grognement d’agacement. Quelqu'un pourrait m'expliquer pourquoi est-ce que j'ai choisi cette voie en fait ? J'ai envie d'en apprendre plus sur le comportement d'autrui, c'est vrai et même si je comprends de mieux en mieux les agissements de ceux qui m'entourent, j'avoue être parfois perdue sur certains points. Un bruit venant de l'extérieur me fait sursauter. Je lève la tête vers la fenêtre mais ne vois rien. En un long soupire, je pousse la chaise de mon bureau et me dirige vers la porte de ma chambre. Je ne pense pas que ce soit un réel danger, mais je préfère m'en assurer. Je descends l'escalier le plus discrètement possible et arrive rapidement devant la porte d'entrée. Il y a quelqu'un de l'autre côté, je le sens. J'entre-ouvre pour glisser un œil, et j'aperçois Stiles derrière. Que fait-il devant chez moi à cette heure-ci avec ce temps de chien ? Je sortis et m'approchai de lui, il avait l'air quelque peu endormis.

- Stiles? Que fais-tu là à une heure pareille ?Tu à l'air gelé, viens te mettre au chaud.

Stiles ne viens jamais chez moi sans raison, donc s'il est là, c'est que quelque chose était arrivé. Ce côté humain et chaleureux que Stiles a réussis à faire naître en moi resurgit et je lui fais signe d'entrer en souriant gentiment. Il n'a pas l'air très bien et je n'aime pas avoir cette impression. Il faut donc que j'agisse pour lui remonter le moral.



I really
WANNA SLAP YOU
IN YOUR WHOLE FACE

Revenir en haut Aller en bas
Stiles
avatar
Messages : 1654
Jeu 12 Oct - 15:43
Some saw the sun, some saw the smoke, some heard the guns, some bent the bow.  Sometimes the wire must tense for the note. Caught in the fire, say oh, we’re about to explode. Carry your world, I’ll carry your world. Some far away, some search for gold, some dragon to slay. Heaven we hope is just up the road. Show me the way, Lord because I'm about to explode. Carry your world and all your hurt.
Stalia

Rien ne va plus. Le dôme a maintenant disparu depuis un moment déjà et j’aurais cru que les cauchemars et le somnambulisme s’évaporeraient aussi. Je ne supportais plus de dormir seul puisque c’était généralement à ce moment que cette entité prenait le contrôle.  Une seule personne savait que quelque chose clochait et cette personne ignorait tout de mon passé – ignorait tout du moment où j’avais permis à un monstre de s’en prendre à mes amis. J’ignorais pourquoi je n’en avais toujours pas discuté avec Scott ou même avec Lydia, je ne voulais pas qu’ils me regardent en se demandant constamment si c’était bien moi – ou si c’était un monstre sournois qui avait finalement pris le contrôle de mon corps. Rien n’est normal, rien ne serait plus jamais normal.

Encore une fois, j’ouvre les yeux et réalise que je ne suis plus chez moi. La dernière chose dont je me souviens c’est d’avoir reçu un appel d’un numéro étranger, et puis plus rien.  Au moins cette fois je suis vêtu d’une manière un peu plus appropriée que la dernière fois. J’ai des souliers et des vêtements un peu plus chauds qu’uniquement un pyjama. Je suis un peu ébloui par la lumière, le soleil commençait à se coucher. Je fouillai dans mes poches pour me rendre compte que je n’avais pas mon portable, impossible de contacter qui que ce soit. Je regardai autour de moi pour tenter de voir ou j’étais. Alors déjà, je n’étais pas en forêt ou à la morgue de la ville en pleine nuit, c’était un point de positif dans toute cette histoire.

Je pris la direction de la ville – au moins, je savais par où aller en me fiant au soleil qui se couchait. Plus le soleil disparaissait à l’horizon, plus j’accélérai le pas, je ne voulais pas me retrouver face à une créature sans le moindre moyen de demander de l’aide.  Après environ ce qui me parut comme une éternité, j’arrivai enfin devant une maison familière, ou plutôt derrière la maison. J’hésitai un moment, je ne voulais pas déranger Malia et surtout je ne voulais pas être obligé de dévoiler mon secret.  Je voulais investiguer un peu plus la chose avant de tourmenter mes amis.

Je contournai la maison en m’éloignant le plus possible afin que Malia ne puisse pas sentir mon odeur. Il n’était pas question que je joue les victimes – j’étais amplement capable de me débrouiller seul, je commençai donc à m’éloigner et j’entendis des pas derrière moi et pensant que c’était la coyote, je m’étais retourné immédiatement dans la direction de ce bruit.. C’est à ce moment que je fus pris d’un nouveau malaise. Sans savoir comment ni pourquoi, je me trouvai s devant sa porte et elle me demanda ce que je faisais là. Pour être totalement honnêtement la dernière chose que mon esprit savait, c’était que j’avais décidé de rentrer chez moi – il ne me restait que quelques rues à faire pour pouvoir rejoindre mon lit. Je passais la main derrière ma tête, complètement pris par surprise par la tournure des événements. Je n’avais aucune raison d’aller chez Malia, pourquoi étais-je chez Malia?

« Hey… » Je souris faiblement alors qu’elle me faisait entrer chez elle. « Oh tu sais, Roscoe a rendu l’âme alors j’ai appelé le remorqueur et comme j’étais près de chez toi, j’en ai profité. »  J’étais rendu plutôt doué pour mentir. Cela faisait près d’un an et demi que j’avais recommencé à vivre avec des trous de mémoire. « Je t’aurais bien appelé, mais j’ai laissé mon portable dans le Jeep… »





En présence réduite du 23 avril au 18 mai
WHEN YOU & I ARE AT THE EDGE

The road is long with many a winding turn.That leads us to who knows where Who knows when But I'm strong Strong enough to carry him He ain't heavy, he's my brother©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
were-coyote
avatar
Messages : 396
Mar 7 Nov - 21:02
Help & Protect
EXORDIUM.
L’humain ne se fait pas prier et entre. Mon père ne dirait rien s’il voyait Stiles dans notre salon car il l’apprécie. Enfin je crois.. En tout cas Il ne risque pas de lui sortir le fusil. Stiles m’explique que son Jeep a rendu l’âme. Mais il ment. Il reste calme, mais je sais qu’il ment. Le coeur de Stiles ne bat pas comme ça habituellement et son odeur est légèrement différente. Il a une légère odeur de stresse en fait. Stiles semble un peu bizarre, presque perdu, il n’est pas comme ça habituellement, c’est étrange. Son est très froid ce qui prouve qu’il ne sort pas de son Jeep, mais que ça fait un moment qu’il est dehors dans le froid. J’attrape une couverture molletonnée posée sur le sofa et lui mets sur les épaules en espérant qu’il reprenne plus rapidement des couleurs.

- Tu seras mieux avec ça. Tu veux boire quelque chose de chaud ?

Personnellement, j’opte pour un café bien fort, je sens qu’il faudra que je reste éveillée pendant un moment puisque je compte attendre que la dépanneuse vienne récupérer le Jeep. Je m’éloigne donc le temps de le préparer tout ça et lorsque je reviens, une tasse de thé et une de café dans chaque main. Je lui tend sa tasse et je suis heureuse de constater qu’il n’est plus frigorifié. Je m’assied pas loin de lui et le regarde. Sans rien dire. Je suis plutôt de bonne humeur contrairement à cette après-midi où je n’ai pas arrêté de pester. Peut-être que c’est la présence de Stiles qui me détend autant. Peut-être est-ce parce que j’associe toujours Stiles à une sorte d’ancrage et de calme. C’est étrange après tout ce qu’il c’est passé entre nous… Théo. Ce prénom résume les raisons des conflits que j’ai avec mes amis. Mais ce prénom éveille aussi en moi des sentiments qui n’ont normalement pas leur place. Je remonte mes jambes et les entoure avec mes bras, ma tasse toujours entre les doigts.

- Stiles, tu es sûr que tout va bien? Et ne me mens pas cette fois...

Je trempe mes lèvres dans le liquide amer en attendant sa réponse. Il ne semble pas être réellement prêt à me parler de ce qu’il en est. Mais je ne dis rien, j’attends. Enfin, attendre et un bien grand mot comparé à ma patience très limité. Je m’impatiente vite et ajoute donc.

- Tu sais, je suis un were-voyote qui a tué sa soeur et sa mère. Je promets de ne pas te juger.

La façon dont j’ai tourné cette phrase me fait esquisser un sourire. Maintenant je suis plus ou moins capable de rire de ce que j’ai fait, mais au fond, je me sens toujours aussi coupable. Depuis que je sais que je partage le même sang que Peter Hale et que ma mère est une dangereuse psychopathe, je me demande si cette violence dont j’ai fait preuve lors de ma première transformation n’est pas lié à ça. Mais en fin de compte, je pense être plus seine d’esprit qu’eux deux réunis. Je ne peux même pas imaginer ce que ça a dû donner ces deux là lorsqu’ils étaient ensemble...


I really
WANNA SLAP YOU
IN YOUR WHOLE FACE

Revenir en haut Aller en bas
Stiles
avatar
Messages : 1654
Mar 27 Fév - 15:36
Some saw the sun, some saw the smoke, some heard the guns, some bent the bow.  Sometimes the wire must tense for the note. Caught in the fire, say oh, we’re about to explode. Carry your world, I’ll carry your world. Some far away, some search for gold, some dragon to slay. Heaven we hope is just up the road. Show me the way, Lord because I'm about to explode. Carry your world and all your hurt.
Stalia

Malia qui s’occupait de moi comme si j’étais en danger de mort était probablement la chose la plus adorable que j’avais vue. Certes, elle s’était déjà occupée de moi lorsque j’avais attrapé un vilain rhume lorsque nous étions ensemble – à cette époque commençait à peine à s’adapter au monde humain. Alors que je prenais place sur le canapé, elle m’entoura d’une couverture et me proposa quelque chose à boire. Je lui souris, tentant de la rassurer à mon sujet «Si tu as du thé, je ne dirais pas non» Alors qu’elle est dans la cuisine a préparé le tout, je regarde mes mains, tentant de comprendre ce qui se passait. Est-ce que c’était le nogitsune ? Est-ce que cette fois-ci, j’avais vraiment développé des symptômes de dégénérescence fronto-temporale ? Est-ce que j’étais tout simplement en train de devenir fou ? Je n’en avais aucune idée… Je relevai la tête lorsque Malia entra dans la pièce et un sourire toujours aux lèvres, je la remerciai pour le thé de« Stiles, tu es sûr que tout va bien? Et ne me mens pas cette fois... » J’aurais dû me douter qu’elle se rendrait compte de quelque chose – après tout, elle connaissait par cœur les battements de mon cœur et chaque odeur, peut-être même plus que Scott. Cela faisait des mois que je trainais avec moi ce secret et alors que j’allais lever les yeux vers elle, perdant mon sourire, elle ajouta qu’elle ne me jugerait pas, car elle avait tué sa sœur et sa mère. Pendant un instant, j’ai voulu rire, mais ce n’était définitivement pas le moment.

Déposant ma tasse, sans même avoir pris une goutte de thé – qui aurait probablement été trop chaud de toute manière, je me levai…Je me retenais pour ne pas faire les cent pas dans la pièce, cherchant une manière de lui expliquer que je pensais devenir fou, que je pensais être un danger pour mes amis. Je ne regardai pas la fenêtre pendant un moment – je n’avais pas besoin d’expliquer à Malia que je cherchais mes mots, elle le savait très certainement, mais je ne voulais pas qu’elle perde patience non plus. Me retournant vers elle, mes yeux se remplirent d’émotions – non je n’allais pas pleurer, mais l’anxiété cherchait un moyen de sortir. « Je n’arrive plus à dormir… » J’enroulai encore plus la couverture contre moi, comme si elle était une barrière psychologique qui me protégeait contre un ennemi imaginaire. « & les crises de somnambulisme sont de retour… Ça fait environs une dizaine de fois que je me réveil ailleurs que dans mon lit…Et parfois c’est au beau milieu de la journée…» C’était soulageant d’en parler, mais en même temps – j’avais l’impression que c’était un poids que j’ajoutais sur les épaules de Malia et je savais qu’elle n’en avait pas besoin. « Alors oui, je t’ai menti, c’est pas vraiment un truc que j’aime raconter – C’est probablement dû au stress. » Encore une fois, c’était la vérité, sans véritablement l’être. Oui, le stress pouvait en être une cause, mais j’avais peur que ce soit complètement autre chose. Quelque chose de relier au monde surnaturel…






En présence réduite du 23 avril au 18 mai
WHEN YOU & I ARE AT THE EDGE

The road is long with many a winding turn.That leads us to who knows where Who knows when But I'm strong Strong enough to carry him He ain't heavy, he's my brother©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
were-coyote
avatar
Messages : 396
Ven 30 Mar - 22:44
Help & Protect
EXORDIUM.
je sors rapidement de mes pensées (j'étais en train d'imaginer mes parents ensemblee) quand je sens l'anxiété de Stiles monter en flèche. Je ne suis pas habituée à un Stiles aussi émotif. Lorsque je pose mon regard sur lui il est debout et cherche ses mots. Stiles est d'une nature stressée mais rarementà ce point. Je commence à m'inquiéter. Je n'aimepas le voir comme ça et je commence à stresser un peu. Est-ce si grave pour qu'il n'ose pas me le dire et m'a menti ? Mon humain prend enfin la parole pour m'avouer qu'il n'arrive pas à dormir et que ses crises de somnembulismes sont fe nouveaux là. Quand il parle de se réveiller ailleurs que dans son lit, une question me vient à l'esprit. Puisqu'il m'a menti, ne serait-il pas là par accident? Je le regarde, il a l'air un petit lapin affolé. Je me lève et m'approche de lui avant de le prendre dans mes bras d'une étreinte se voulant réconfortante.

- Calme toi, ça va aller. Tu veux rester ici ce soir? je me recule un peu et lui lance un grand sourire Ça ne me dérange pas et vu comme tu es trempé tu ne dois pas être garé à côté.

J'attrape doucement (oui, pour une fois, la brutalité n'est pas au rendez-vous) sa main et l'entraîne sur le canapé et m'assieds à côté de lui. Je éerifie que sa couverture n'est pas trop mouillé et boies une gorgé de café. Je suis plus ou moins contente d'avoir cette occasion pour vraiment renouer avec Stiles. Il est très important à mes yeux et je m'en serais voulu de le laisser dans le pétrin. Stiles a été mon ancrage pendant un moment, sans le vouloir il m'a beaucoup aidé. À notre séparation, c'est la peur de blesser de nouveau de mes proches et ma volonté qui ont pris la place et qui m'ont permis de ne pas faire de bêtises. Malgré la façon dont ça s'est fini (où je me suis retrouvée plus que perdante, même si, pour leur bonheur je ne regrette pas) mon histoire avec Stiles a été une partie de ma vie assez importante, et je suis contente d'avoir pu vivre tout ça à ses côtés. Je sors une fois de plus de mes pensées et reprend la parole.

- Depuis quand tes crises sont-elles revenues? Est-ce qu'il y a eu un événement ou quelque chose d’inhabituelle? je pose ma tasse et pose ma main sur son épaule - Je comprends que tu n'aimes pas en parler, mais je suis là Stiles, je suis là pour t'aider. Je te l'ai dit, je ne te laisserais jamais tomber...



I really
WANNA SLAP YOU
IN YOUR WHOLE FACE

Revenir en haut Aller en bas
Stiles
avatar
Messages : 1654
Mar 3 Avr - 13:40
Some saw the sun, some saw the smoke, some heard the guns, some bent the bow.  Sometimes the wire must tense for the note. Caught in the fire, say oh, we’re about to explode. Carry your world, I’ll carry your world. Some far away, some search for gold, some dragon to slay. Heaven we hope is just up the road. Show me the way, Lord because I'm about to explode. Carry your world and all your hurt.
Stalia

J’avais cette boule qui me serra la gorge, j’avais cette envie de crier – je ne pouvais pas. J’étais pétrifié par la terreur, je ne voulais pas être de nouveau la cause des soucis de mes amis, je ne voulais pas les mettre en danger une fois de plus. Malia se retrouva en un instant près de moi et elle me serrait dans ses bras. Il me fallut quelque temps avant que mes bras se referment autour d’elle. C’était la première fois qu’on avait ce genre de contact depuis qu’elle m’avait laissé. Je fermai les yeux et inspira profondément – tentant de calmer le monstre d’anxiété qui était en moi. J’avais oublié à quel point j’aimais l’odeur de Malia et à quel point il me ramenait sur terre.  « Calme-toi, ça va aller » J’ouvris les yeux et réalisai que j’étais en train de rêvasser au passer et que ce parfum, bien que réconfortant, ne serait plus jamais ce qu’il avait déjà été.  « Tu veux rester ici ce soir? » Elle se recula et l’odeur de son shampooing n’était plus qu’un vague souvenir.  Je savais très bien que Melissa allait s’inquiéter – elle était de plus en plus maternelle depuis qu’elle était enceinte et je ne voulais pas la rendre anxieuse pour rien. « Oh, je ne voudrais pas déranger…» Elle marquait un point – j’étais probablement garé devant la maison et ils penseraient tous que je suis chez Lydia… Sa main me guida délicatement vers le canapé et je me laissai tomber dessus sans trop faire attention. J’attrape la tasse de thé et évite le regard de Malia tout en cherchant ce que je pouvais bien dire de plus – je sais que Malia connaissait mieux que quiconque les variations des battements de mon cœur, les différentes odeurs que pouvaient porter mes émotions alors je sais que même si je tente de lui cacher quelque chose, elle finira toujours pas le découvrir. Le simple fait qu’elle me connaisse mieux que quiconque me brisait, j’avais tout donner de moi à Malia – malgré des sentiments pour Lydia et aujourd’hui, elle était celle qui en connaissait plus sur moi – elle serait toujours celle qui me connait mieux que n’importe qui, mieux que Lydia….

J’ai à peine le temps d’ouvrir la bouche qu’elle me questionne déjà. « Depuis quand tes crises sont-elles revenues? Est-ce qu'il y a eu un événement ou quelque chose d'inhabituel? » Et bien là, j’avais honte… Mais en même temps, j’avais réussi à le cacher a tout le monde aussi longtemps – alors cela voulait certainement dire que je savais mentir – ou alors qu’ils avaient mieux à faire que de s’inquiéter pour Stiles. « Ça a commencé quelques mois avant le collectionneur »… Trois ans… Cela faisait trois ans que je vivais avec tout ça… De toute évidence, si quelques choses me contrôlaient, c’était dans la discrétion qu’il voulait que ça se fasse.  Parfois, c’était silencieux pendant des mois, d’autres fois j’avais des blackouts plus d’une fois dans la même semaine…elle dépose sa main sur mon épaule et je me force à poser les yeux sur elle. « Je comprends que tu n'aimes pas en parler, mais je suis là Stiles, je suis là pour t'aider. Je te l'ai dit, je ne te laisserais jamais tomber... » Chaque fois qu’elle prononce c’est mots, je suis transporté au lycée. Ils avaient toujours été liés à des moments positifs, mais je me souviendrai toujours du jour de notre rupture, jour où j’avais lâchement retourné ces mots contre elle. « Rien de particulier non. » La dernière fois que j’avais vécu ça, j’avais été électrocuté alors que je tentais de jouer les héros.  « Ça m’arrive à tout moment. Toute heure de la journée… » Je déviai une fois de plus le regard… « N’en parle surtout pas à Scott ou à Lydia…je vais m’occuper de la situation »



En présence réduite du 23 avril au 18 mai
WHEN YOU & I ARE AT THE EDGE

The road is long with many a winding turn.That leads us to who knows where Who knows when But I'm strong Strong enough to carry him He ain't heavy, he's my brother©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
were-coyote
avatar
Messages : 396
Lun 23 Avr - 16:12
Help & Protect
EXORDIUM.
Je n’aime pas voir Stiles dans cet état, le voir si perdue. Ca me rappèle un peu trop mon retour à la vie humaine. Heureusement que mes amis ont été là à ce moment là pour m’aider, enfin, après mon séjour à Eichen House. S’il n’avait pas été là, j’aurais sans doute perdu le contrôle et j’aurais fait d’autres victimes. Je suis bien contente d’être tombée sur Stiles et cette petite troupe alors c’est le minimum que je puisse faire que d’aider mon humain. Quelque mois avant le collectionneur ? Si je me souviens bien, ça date d’il y a bien quatre an tout ça… Je soupire. Stiles nous a donc caché quelque chose de si important pendant toutes ces années… Mais… J’ouvre un peu plus les yeux. L’époque du collectionneur correspond à un autre événement plus ou moins important pour nous deux… Est-ce que notre séparation pourrait avoir un lien dans tout ça ? Peut-être qu’il y a eu un choc entre ça et le collectionneur et un trop plein d’émotion. Je l’écoute me parler de ce qu’il arrive, de la fréquence de ses crises et étrangement ça me rappelle quelque chose.

- Tu as essayé de voir si ce n’était pas des terreurs nocturnes comme celle que fasait Tracy? Tu en as déjà fait il me semble non? Alors autant ne pas écarter cette hypothèse...

Je fronce un peu les sourcils quand il me demande de ne rien dire à Scott ou Lydia. Ils restent ces proches, il est normal qu’ils soient au courant… Mais si telle est sa volonté...

- Je ne leur dirais rien, mais tu devrais quand même en parler. Ton père est au courant ? Tu devrais au moins en parler avec lui au Mélissa pour trouver une sollution… S’il le faut, ça n’a rien à voir avec le surnaturel et c’est purement médical.



I really
WANNA SLAP YOU
IN YOUR WHOLE FACE

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ain't no sunshine when she's gone - malia
» Amitié perdue? [Stiles & Malia]
» Haiti and the Danger of the Responsibility to Protect
» Protect me from what I want (pv Mione)
» Poison + Rune protect + Repos = Poison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERY MONSTER - TEEN WOLF ::  :: Home Sweet Home :: Pin Oak Drive :: Les Tate-
Sauter vers: