AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les Bottins  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  



 

Le forum est présentement en HIATUS
Il vous reviendra très bientôt!!
Les inscriptions sont pour l'instant fermées

Partagez | 
 

 Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Invité


MessageSujet: Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S   Mar 20 Déc - 7:33

Où tu es belle et moi la bête, et la belle n'est jamais sage.

D&S

Depuis quelques semaines, je profite de ma vie de célibataire. Jamison et moi, c'est fini ! Jamison s'est éloigné de moi et l'inévitable est arriver, nous ne sommes plus réellement ensemble. Nous sommes en pause, cela veut dire que je suis célibataire. Je suis peut-être malheureuse, j'ai peut-être fait des erreurs, mais en aucun cas, je vais attendre que monsieur décide de revenir vers moi. Je ne suis pas en pause, je suis célibataire et libre d'aller voir ailleurs, pour me reconstruire, reprendre le dessus et tant pis si je dois enchaîner les coups d'un soir. Et ce soir, j'ai décidé de sortir pour profiter de ma vie de célibataire, j'ai entendu parler d'une soirée non loin d'un motel.

Je me prépare donc à sortir, j'enfile un slim couleur noir accompagner d'une body rouge et une chemise noyer autour de la taille. Je me coiffe avec de belles boucles ambles, me maquille et descend les escaliers. Je sors mes talons de couleurs sombres et les enfile avant de sortir. J'avais appelé un taxi, je prends mon téléphone portable dans ma poche, rouge à lèvres dans l'autre poche. Je sors et me dirige vers le taxi prêt pour une soirée haute en couleur. Une fois arrivé là-bas, je paie le taxi et sors rejoindre la fête à laquelle l'ambiance y est pour de bon. J'entre dans la maison et pars chercher un verre d'alcool. C'est une fête clandestine donc personne ne regarde l'âge et tout le monde s'en fous de savoir si j'ai 21 ans ou 19 ans. Je bois le premier verre et m'ambiance sur la piste, oublier ma tristesse, oublier tout. Ce soir, je veux profiter, tant pis si je suis ivre au point d'aller dans un coma. C'est après trois heures, que je sors de la maison totalement ivre et me dirige vers le motel non loin. Je cherche dans ma poche quelques pièce pour téléphoner. Je mets la pièce dans le téléphone contre le mur, qui appeler ? Bradley, ma cousine, elle me tuerait, Jamison jamais au grand jamais, Scott mauvaise idée, il va me faire la morale, Stiles non plus ou bien Elijah mon frère, il me tuerait aussi... Le seul qui me reste, c'est Dayan, mon ex-copain, on s'est quitté pas très bien, on va dire que c'est soucis de justice m'a fait péter une durit. C'est machinalement que je tape son numéro de téléphone contre le téléphone. J'entends les tonalités et une voix que je reconnais entre milles, je lui explique que j'ai besoin de lui, que je suis devant ce qui semble être un motel. Je suis vraiment un boulet me crie ma conscience, le pire, c'est qu'il vient me chercher et surtout, je n'ai pas le droit de bouger du motel.  

Une fois que j'ai raccrochée que faire, fouillant ma poche arrière, je tombe sur un billet de 20 dollars malgré mon alcoolisme notoire, je repère de loin une supérette, je prend la direction. J'achète une bouteille de vodka en laissant la monnaie au caissier pour lui faire oublier ma carte d'identité. Je retourne au motel et m'assois sur le sol comme une âme en peine. J'ouvre ma bouteille et bois une gorgée, autant mourir bourrée hein... Je rigole toute seule et après je pleure, quand tu es bourrée, tu passes par énormément d'état émotionnel. J'attends patiemment avec ma bouteille, quand une voiture arrive à mon niveau, je ne suis pas une prostituée non, mais je vais bien lui faire comprendre si c'est un vieux pervers qui recherche de la compagnie.

- Si tu recherches une compagnie féminine, c'est plus loin sur la route ! Pervers !
Revenir en haut Aller en bas


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S   Mar 20 Déc - 18:38

Dayan Z. Greene & Saleem R. Warren
Au diable toi et tes apôtres, je m'en vais
Revenir à Beacon Hills avait été un choix compliqué à faire, plus compliqué qu'il ne l'aurait pensé même. Avant qu'il ne parte, il avait cette impression que plus rien ne le retenait dans cette ville où il avait grandi, où il avait pourtant tous ses repères. Les problèmes dans sa famille s'empiraient, son frère qui découvrait pour sa nature… et Saleem qui le quittait à cause de ses conneries. Ses très nombreuses conneries, d'ailleurs. Il avait été lâche, de partir ainsi – certainement, mais au final il avait sûrement fait ce qu'il fallait faire en s'en allant de Beacon Hills. En pensait faire mieux, il n'avait au final pas changé énormément de ses habitudes ; il avait simplement changé d'amis, se sentait plus libre, moins opressé. Certes, il avait très souvent fait pire qu'à Beacon Hills, sachant que plus rien ne l'interdisait réellement de faire ce qu'il avait toujours fait, mis à part la loi… mais il s'en foutait royalement, de la loi, que ce soit dans sa ville natale ou à l'autre bout du pays, alors à quoi bon. Tout ce qu'il avait pu retenir de ces deux ans loin de chez lui, c'est qu'il n'avait plus eu aucune responsabilité, plus aucun problème, plus aucun fardeau sur les épaules. Plus rien qui l'empêchait de vivre comme il l'avait toujours souhaité. Alors pendant deux ans, il avait disparu de la circulation, sûrement pour le bien de tout le monde, surtout le sien finalement.
Mais le moment était venu pour lui de rentrer. Après avoir fait n'importe quoi pendant deux ans, s'être défoulé dans les rues des plus grandes villes au volant de sa voiture, avoir fait les quatre cent coups avec une multitude de personnes, il y avait bel et bien un moment où on finissait par avoir cette certaine nostalgie, comme un manque au fond de soi – et c'est exactement ce qui était arrivé à Dayan. Il avait longtemps réfléchi, et puis au final il s'était décidé une bonne fois pour toute ; il revenait à Beacon Hills.

Au début, il était plus que réjoui de retrouver ses repères, ses racines, ayant cette bête impression d'être parti vingt ans tant certaines choses avaient changé. Ils avaient retrouvé certains de ses amis, Maddy et Eythan avaient grandi et étaient devenus encore plus formidables, sa mère l'avait pris dans ses bras, pleurant de joie. Mais cela n'avait pas duré longtemps. Comme une tornade, tout lui était revenu dans la gueule, littéralement. Doryan qui, lui, n'avait pas changé, et qui entretenait une haine encore plus ravageuse envers son frère aîné. Et Saleem. Sa jolie Saleem qui était partie dans les bras d'un… bref. Sûrement était-il mieux pour elle, moins voyou, moins con. Mais ça, Dayan n'avait jamais réussi à se l'avouer. Alors il avait tenté, vainement, de la reconquérir. Mais éjecter Jamison de son chemin s'était avéré être une affaire bien plus compliqué qu'il ne l'aurait cru – non pas à cause de Jamison en lui-même, mais à cause des conséquences. Il avait préféré lâcher l'affaire, certes à contre-coeur, plutôt que de se mettre Saleem et toute sa bande sur le dos. Bande qui comportait un Alpha, autant dire que ça n'aurait pas été intelligent de sa part de s'attirer les foudres de McCall pour si peu.
Pourtant, il avait plusieurs fois tenté de faire le premier pas vers elle. Il s'était excusé, ils s'étaient expliqués, ou du moins presque. Mais tout restait encore tendu entre eux, surtout suite à leur rupture quelque peu… directe, disons.
Alors jamais, ô grand jamais, Dayan n'aurait pensé recevoir un appel de Saleem ce soir-là. Il avait d'abord attrapé son portable sans vraiment de motivation, mais il avait retenu de justesse un bond devant le nom qui s'affichait sur son écran. Il fut un temps où il avait espéré le voir sur son portable, ce nom, avant d'abandonner l'affaire tel le lâche qu'il était. Une multitude de scénarios avaient directement traversé son esprit avant même qu'il ne réponde. Et c'était une Saleem complètement déchirée qu'il avait eu au bout du fil ; tout s'expliquait… elle ne pouvait être que défoncée pour l'appeler. Elle lui demanda donc, désespérément, de venir l'aider, lui expliquant qu'elle était devant une sorte de motel. Qu'est-ce qu'elle foutait là-bas à cette heure ? Et complètement bourrée en plus de ça. Ni une ni deux, Dayan lui assura qu'il venait la chercher, et qu'elle ne devait pas bouger de là. Quoi de pire qu'une fille seule et saoule devant un motel, sérieusement ?

Il attrapa donc ses clefs, sa veste, et sortit à toute vitesse pour rejoindre sa voiture. La route entre chez lui et le motel lui sembla être une éternité, si bien qu'il dut dépasser les limites de vitesse plus d'une fois – mais est-ce que c'était vraiment une surprise venant d'un type comme Dayan, ça ? Pas le moins du monde. Il était quelque peu inquiet, il devait bien l'avouer, mais il l'aurait été pour n'importe quelle fille à qui il tenait. Bien qu'il était évident que l'inquiétude était davantage accentuée en sachant que c'était Saleem.
Il arriva donc à destination bien plus tard – il ne saurait dire exactement, il était sorti avec tant de précipitation qu'il n'avait pas regardé l'heure –, devant le motel miteux de Beacon Hills, motel qui lui donnait la chair de poule à chaque fois qu'il le voyait, encore plus la nuit, il devait bien l'avouer. Il reconnut sans mal la silhouette féminine assise sur le bord du trottoir avec une bouteille à la main comme étant celle de Saleem, et alors qu'il s'en approchait prudemment avec sa voiture, il se demanda bien ce qui lui était passé par la tête pour finir dans un tel état. Et l'aggraver avec une bouteille de vodka en plus. Évidemment, elle ne le reconnut pas et le prit aussitôt pour un pervers – c'était bel et bien le mot qu'elle avait employé en plus… super, merci Saleem. Sans attendre, il coupa le moteur et descendit de sa voiture, la contourna pour enfin arriver à sa hauteur.
Qu'est-ce qui t'as pris Saleem, sérieusement ?
Il soupira, l'air aussi désespéré que désolé. Puis il s'accroupit et lui arracha presque la bouteille des mains – il la piqua surtout rapidement avant qu'elle ne proteste.
D'abord tu vas lâcher ça, lança t-il d'un air sérieux qui étrangement ne lui ressemblait pas.
Chose faite, il ôta sa veste qu'il lui mit rapidement sur les épaules – c'est pas qu'il faisait nuit et qu'il caillait… en fait si, c'était totalement ça, et elle n'avait absolument rien sur elle pour la réchauffer… mis à part la vodka, visiblement. Puis il ouvrit sa portière, passa une main autour de sa taille pour l'aider à se relever puisque mademoiselle n'arrivait même plus à tenir debout toute seule, avant de la déposer sur le siège passager.
Qu'est-ce que tu me ferais pas faire, hein, marmonna t-il, plus pour lui-même que pour elle finalement.
Et enfin, il contourna de nouveau la bagnole après avoir fermé sa portière pour reprendre sa place côté conducteur et démarrer la voiture, dans un silence complet. Simplement parce qu'il perdait les mots face à une telle situation.
You got me in chains for your love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Invité


MessageSujet: Re: Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S   Jeu 22 Déc - 12:37

Où tu es belle et moi la bête, et la belle n'est jamais sage.

D&S

Toujours assise sur mon trottoir avec ma bouteille de vodka, à attendre Dayan. Après avoir insulté le conducteur de la voiture de pervers, en même temps, je n'ai pas reconnu à qui appartenait le véhicule. Je remarque que le véhicule s'arrête à ma hauteur ça ier, je vais mourir enlever, assassiner et pour couronner le tout, on va me retrouver dans une décharge au milieu des ordures. Cool comme dernier endroit, j'entends la porte claquer et continue de boire dans ma bouteille, il faudrait mieux mourir bourré au point où j'en suis. Je suis en manque d'amour, célibataire et j'ai besoin d'un homme dans ma vie... Bref, je vais finir vieille fille avec mon chat comme seule compagne. Oh mon dieu, qu'elle horrible image, j'ai de ma vie future vaudrais mieux mourir avant que la vision se réalise et c'est quand j'ai voulu boire une nouvelle gorgée que la bouteille disparue. En fait, c'est l'inconnu enfin pas tellement qu'il m'a enlevé ma bouteille. Non, mais il est sérieux de me faire ça, quand j'ai voulu la reprendre, je reconnais Dayan.

- Ma bouteille ! Day ! Aller rend moi là !

J'ai voulu la récupérer en envoyant les mains, mais la dernière phrase de Dayan me cloua sur place. Il n'a jamais été sérieux comme cela, ce qui m'a fait me résigner et le laisser prendre ma bouteille sans même essayer de l'a récupéré. Ma conscience est elle-même choquée. Je n'ose même pas parler ni même réagir, il est peu changé, il a peut-être raison, il a réellement changé, il n'est plus ce petit idiot qu'il était avant. Je le voyais enlever sa veste pour me l'a mettre sur mes épaules, j'avoue, je me croyais un peu en été. Qu'elle idée de sortir si peu couverte, je vais attraper la mort. Dayan m'aide à me relever puis il m'installe sur le siège passager. Il doit se demander pourquoi j'ai fait ça, moi qui étais très sage, adorable et sans histoire. J'ai bien évolué tel un pokémon, mais de façon décadente, vive la vie remplie de débauches ! Une fois qu'il est dans la voiture et qu'il démarre puis qu'un silence de mort s'installe qu'au bout d'un certain moment, je décide de le briser. Je n'allais pas rester muette indéfiniment, puis j'avais besoin de parler même si l'alcool y est pour beaucoup. Je regarde par la fenêtre cette ville, je n'ai connu que celle-ci.

- Il m'a quitté... Bien fait pour moi, hein, je lui ai menti. Je n'avais pas le droit de lui mentir et surtout de lui cacher la vérité.

Je n'ai pas envie de rentrer chez moi, être seule dans ma chambre avec mon chat non pas ce soir. Je veux aller n'importe où, mais certainement pas chez moi. Je regarde Dayan, vraiment, il n'a pas changé enfin si un peu, il est beaucoup plus charmant, même si à l'époque, il était pas mal, mais il a un truc en plus qu'il n'avait pas la dernière fois. Il est un loup-garou certes, okay, on repassera pour la logique Saleem, l'alcool te fait pas réfléchir correctement. S'il me ramène chez moi, je risque de prendre ma voiture et partir ailleurs pour passer la nuit loin de tout, juste couper les ponts avec tous mes problèmes de jeune femme en manque d'amour.

- Tu me ramènes où ?

Je regardais toujours Dayan, pour plus le détailler dans ses moindres détails pour voir comment il réagirait. Je vais sans doute passer pour une folle furieuse, il doit avoir l'habitude avec le temps et à force de m'avoir côtoyé quand nous étions en couple tout deux.
Revenir en haut Aller en bas


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S   Mer 28 Déc - 15:08

Dayan Z. Greene & Saleem R. Warren
Au diable toi et tes apôtres, je m'en vais
Dayan était plus que perturbé. Des milliers de questions fusaient dans sa tête, des questions dont il n'avait aucunement les réponses, et c'est bien ça qui l'énervait au fond. Et visiblement ce n'était pas près de finir. Pourquoi l'avoir appelé lui et pas quelqu'un d'autre ? Son petit-ami, par exemple, ça lui semblait pourtant évident. Lorsqu'il avait reçu son appel, il n'avait, certes, pas hésité une seconde avant de sauter dans sa voiture pour aller récupérer la belle brune qui était visiblement dans un état pittoresque. Sauf que maintenant qu'il y réfléchissait bien, cela n'avait juste aucun sens. Pourquoi est-ce qu'elle était toute seule, même ? C'était peut-être étrange à dire, mais la jeune femme assise à ses côtés n'était guère la Saleem qu'il avait autrefois connu… autrefois aimé, aussi. Même si au fond c'était peut-être encore d'actualité. D'un côté, c'était bien normal, les gens finissaient par changer au fur et à mesure des années. Lui-même n'était plus le même Dayan qu'avant. Il restait certes l'idiot de service, le casse-cou qui faisait, de temps en temps, le voyou pour s'amuser. Mais il avait désormais des limites qu'il se forçait de ne pas franchir, il faisait preuve – parfois – de plus de maturité, comme en ce moment même avec Saleem. C'était étrange car c'est comme si ils avaient échangé les rôles. Elle qui avait toujours été raisonnable, optimiste, la joie dans l'âme, maintenant elle était tout le contraire. Car jamais il n'avait retrouvé Saleem bourrée, désespérée, sur un trottoir avec une bouteille de vodka à la main. C'était juste irréel à ses yeux. Peut-être que tout n'était qu'un rêve, qui sait ? Si c'était le cas, malgré tout, il espérait de ne pas se réveiller de si tôt.

Il avait donc démarré le moteur afin de partir le plus vite possible de cet endroit qu'il ne trouvait, encore une fois, pas du tout agréable. Malgré le silence qui s'était installé, Dayan mourrait d'envie de lui poser toutes les questions qu'il se posait depuis qu'il était venu la chercher. Pourtant, aucun mot ne sortait de sa bouche. C'est comme si sa simple présence l'avait rendu bêtement muet. Il se forçait même à ne pas la regarder, se concentrant le plus possible sur la route – cette fois-ci, il respectait soigneusement les limites de vitesse –, alors qu'il sentait sans problème les regards insistants de la jolie brune sur lui. Ce fut d'ailleurs elle qui brisa le silence, et il se demandait bien si il devait la remercier intérieurement ou non. Pourtant, sa remarque le surprit plus qu'il ne l'aurait cru. Il fit les grands yeux, puis fronça les sourcils, encore étonné, tournant quelques secondes la tête vers pour la regarder.
Jamison t'a quittée ?
Oui, ça aussi, ça lui paraissait improbable. Elle qui, plus d'une fois, lui avait démontré qu'ils filaient le parfait amour – Dieu qu'il avait eu envie de lui foutre une raclée en ce temps-là, à ce Jamison –, elle lui annonçait maintenant qu'ils n'étaient plus ensemble. Parce qu'elle lui avait «caché la vérité», selon elle. Dayan ne dit rien, l'air désormais perplexe. Il hésita une ou deux secondes, puis finit par sortir la question qui lui brûlait les lèvres depuis qu'elle avait parlé :
Cacher la vérité à propos de quoi ?
Il espérait qu'elle ne se braque pas, quoique, vu son état, elle n'avait peut-être même pas conscience de la discussion qu'ils avaient. Qu'importe.
Elle finit par lui demander où il l'emmenait – aussitôt, Dayan arqua un sourcil et jeta un coup d'oeil dans sa direction, croisant ainsi son regard plus qu'insistant, comme pour s'assurer qu'elle était sérieuse. Et elle était. Du moins, à peu près.
Chez toi, tiens. Ça lui paraissait pourtant évident. Où veux-tu que je te ramène ?
C'était plus une question rhétorique qu'une véritable question. Il n'avait pas réellement l'intention de l'emmener ailleurs, pour tout dire, elle était assez mal au point comme ça.
You got me in chains for your love


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Invité


MessageSujet: Re: Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S   Dim 1 Jan - 11:22

Où tu es belle et moi la bête, et la belle n'est jamais sage.

D&S

Est-ce qu'il a véritablement changé au point d'être devenue une personne mature ? Même sa façon de conduire en respectant les limitations de vitesse me choque. Mais où est donc Ornicar ? Je pense que l'esprit de Saleem débloque totalement signé sa conscience, bref revenons à nos moutons. Mais où est donc le Dayan que j'ai toujours connu ? Les extras terrestres ont fait quelques choses à ce jeune homme, ou alors le collectionneur lui a injecter de l'essence de maturités ? Autant de questions, auquel je n'ai aucune réponse et puis de toute façon, je suis trop bourrée pour les poser sérieusement et encore moins pour avoir un soupçon de logique. Mon esprit part dans tous les sens, je suis capable de rigoler rien qu'en imaginant un chien déguisé en diablotin. Allez savoir si c'est alcool qui me fait imaginer ça ou seulement mon esprit déranger. Je regarde encore Dayan qui tourne son visage vers moi, c'est assez marrant le fait qu'on est échangé les rôles.

- Nous sommes en pause... Enfin, c'est une façon totalement poétique pour dire qu'il est célibataire et moi aussi.

Je suis une druidesse, je lui ai jamais ouvertement dit que je connaissais tout ce qu'il a pu voir enfermer avec le collectionneur. J'ai toujours fait en sorte de l'éloigner de tous ses problèmes, mais à croire que protéger la personne qu'on aime, en lui cachant les choses n'est pas une bonne idée. Je ne sais même pas si Day est au courant pour mon statut, je sais qu'il est un loup-garou, les rumeurs puis on ne cache rien à Saleem la fouine ! Scott, me la dit lors d'une conversation musclée entre nous, Scott a peur que je souffre comme dans le passé et que je retombe dans les filets de Dayan. Comme si savoir que c'était un loup-garou allait me faire fuir, mon meilleur ami est un alpha est-ce que c'est pour cela que j'ai pris mes jambes à mon cou. Bien sûr que non ! Puis cela ne le regarde absolument pas avec qui je suis en couple... Je me suis efforcé de prouver à Dayan, qu'entre Jamison et moi cela était du sérieux tellement sérieux que je suis seule comme une vieille chaussette au fond d'un tiroir. Je continue de regarder Dayan qui a l'air perplexe.

- Je suis une druidesse, Day et il pense que je l'ai abandonnée à son sort face au collectionneur. Scott m'a demandé de ne pas m'en mêler, j'étais à deux doigts de passer dans le côté obscur de la chose. Tu vois Day, mon couple n'était pas tout rose comme j'ai pu te le montrer des milliers de fois...

Je tourne la tête pour regarder par la fenêtre le paysage, non mais je ne veux pas rentrer chez moi, je veux partir de cette maison. Mes parents sont assez cools, mais rien que de me retrouver seule dans ma chambre avec mon chat me déprime. Je vais faire une bêtise et ma conscience me hurle de ne pas tester la patience de Dayan, parce qu'elle sait pertinemment qu'il est peu patient. Je réfléchis puis je tourne mon visage vers Dayan, je sens que je vais passer un sale quart d'heure.

- Arrête la voiture Day ! Je préfère rentrer à pied... Où fait demi-tour, je préfère dormir dans un motel flippant que de rentrer chez moi.

Autant passer la nuit dans un motel flippant où les pires des horreurs se sont passés. Surement qu'il y a eu des scènes de films d'horreur de tourner dans ce motel. Retourner chez moi ou alors dormir dans un motel qui ressemble à un film d'horreur, pleuré dans ma chambre ou mourir dans un motel. J'ai fait mon choix, je préfère mourir dans un motel.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S   Lun 2 Jan - 15:32

Dayan Z. Greene & Saleem R. Warren
Au diable toi et tes apôtres, je m'en vais
Cette fois-ci, il commençait à mieux comprendre la situation dans laquelle Saleem se trouvait, ou du moins la raison pour laquelle elle était dans ladite situation. Étrangement, même en y réfléchissant bien, le fait que Jamison ait rompu avec elle ne fut pas la première option à laquelle Dayan avait pensé. De toute façon, il devait bien avouer une chose, c'est qu'ils avaient toujours eu l'air heureux ensemble. Si en revenant à Beacon Hills il n'avait pas hésité une seconde en voulant récupérer Saleem, les choses avaient quelque peu évolué, surtout plusieurs mois après son retour. C'était injuste de sa part de vouloir les séparer, après tout. Puis de toute manière, si il avait abandonné sa volonté de reconquérir le jolie brune c'était surtout parce que jamais il n'aurait réussi à l'arracher de Jamison, alors à quoi bon se prendre la tête, il avait bien fini par comprendre que c'était mort d'avancer. Ceci dit, Scott était quand même toujours méfiant envers lui, et il n'y avait aucun doute sur le fait que le jeune Greene le soit tout autant envers le True Alpha. Et puis, même si il avait lâché l'affaire, certes à contre-coeur mais il avait bien dû le faire un jour ou l'autre, rien ne disait qu'il ne voulait plus foutre une raclée à ce foutu Jamison. Peut-être qu'au fond, c'était devenu physique, et qu'il ne pouvait plus le supporter même en le sachant loin de Saleem, allez savoir.
Elle lui expliqua donc qu'ils étaient en pause, avant de prendre un air dramatique pour conclure qu'ils étaient en réalité bel et bien séparés. L'air dramatique, bien qu'il avait l'air quelque peu exagéré – sûrement à cause de l'alcool –, était néanmoins compréhensible. Même de son propre point de vue, Dayan comprenait – autant vous dire que cétait encore une fois un sacré exploit de la part du jeune homme, mais bref, passons.

Dayan ne répondit rien, le regard désormais rivé sur la route. Si il ne disait rien c'était surtout parce qu'il n'avait aucune idée de ce qu'il pouvait lui dire à ce moment-là. Il savait pertinemment que, même saoule, Saleem cernerait ses réels pensées sans aucune difficulté, quoi qu'il dise. Et puis de toute manière, n'importe qui saurait qu'un «je suis désolé d'entendre ça» venant de Dayan serait totalement faux, il ne fallait pas être un génie pour le deviner. Pourtant il était tout de même peiné pour elle, elle avait l'air énormément blessé par cette histoire, surtout vu l'état dans lequel elle était. Même si c'était ce qui l'avait forcé à l'appeler pour qu'il vienne la chercher… au fond, il aurait sûrement préféré qu'elle ne le contacte pas ce soir-là et qu'elle soit heureuse, comme autrefois.
Tandis qu'elle continuait de le fixer, elle se mit à expliquer, et tout redevint rapidement flou dans sa tête. Une druidresse ? Le collectionneur ? Il fronça les sourcils, entr'ouvrit la bouche comme si il s'apprêtait à parler, pourtant rien ne sortit. Il avait tellement de questions en si peu de temps qu'il ne savait même plus par où commencer. Il avait bien entendu parler de ce collectionneur, rapidement, puisqu'il avait apparemment fait des siennes à Beacon Hills lorsque Dayan était dans un tout autre état du pays. Mais Saleem, une druidresse ? Il savait ce que c'était, du moins vite fait, encore une fois il en avait juste entendu parler sans trop de détails. Alors il secoua légèrement la tête, l'air perturbé et toujours aussi perplexe.
Qu'est-ce qu'il lui est arrivé, chez le collectionneur ?
C'est vrai ça, aux dernières nouvelles Jamison n'était qu'un humain… du moins c'est ce qu'il pensait. Et il pensait aussi que le collectionneur n'avait capturé que des créatures ou des personnes liées au surnaturel, à croire que non. Il lui restait encore pas mal de choses à comprendre à propos de tout ce qu'il s'est passé pendant son absence, visiblement.

Finalement, le silence revient dans la voiture, et Dayan est plutôt étonné qu'elle ne dise rien lorsqu'il lui répond qu'il la ramène chez elle. De toute façon il n'avait aucune idée de l'endroit où il pouvait la ramener, et elle serait bien mieux chez elle. Qu'elle n'insiste pas ou qu'elle ne refuse pas le surprend tout de même, mais il ne releva pas et se concentra de nouveau sur la route, tentant d'éclaircir son esprit – tant d'informations en si peu de temps, ça ne lui convient vraiment pas – tandis que Saleem observait le paysage par la vitre. Il lui lança un bref regard de coin, puis se reprit et fixa la route éclairée par ses phares. Mais soudain, la jeune fille sembla bondir de son siège et elle tourna vivement la tête vers lui, lui ordonnant brusquement d'arrêter la voiture. En fait c'est plutôt lui qui fit un bond tant il fut surpris par Saleem, et sous la panique – et à l'entente de sa phrase, aussi – il appuya brusquement sur le frein. La voiture fut un léger dérapage, puis s'arrêta en plein milieu de la route – il avait bien de la chance pour le coup car, vu l'heure, il n'y avait personne qui circulait à par lui sur cette route. Il resta un moment abasourdi, puis il tourna à son tour la tête vers elle, la regardant avec incompréhension. Quoique, finalement, il n'était plus trop surpris de sa réaction puisqu'elle refusait bel et bien de rentrer chez elle comme il l'avait soupçonné.
Quoi ? Sérieusement Saleem… ! s'exclama t-il, l'air presque indigné.
Il soupira et s'enfonça dans son siège – visiblement, le fait de stationner en plein milieu d'une route ne semblait pas vraiment le déranger, même si il vérifiait quand même son rétroviseur de temps –, puis il se frotta les yeux en secouant la tête, sûrement en train de réfléchir.
Hors de question, je te laisse pas là-bas toute seule, finit-il par dire, reprenant son volant en main, prêt à repartir en direction de Beacon Hills.
You got me in chains for your love


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Invité


MessageSujet: Re: Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S   Dim 8 Jan - 6:57

Où tu es belle et moi la bête, et la belle n'est jamais sage.

D&S

Je n'en savais rien de ce qu'il lui était réellement arrivé avec ce malade. Il ne m'en a jamais réellement parlé, dès que j'aborde le sujet, il l'évite de me parler du collectionneur et puis ce n'est certainement pas la peine qu'on en parle puis que je ne pourrais pas comprendre ce qu'il a vécu. Je comprendrais très bien ce qu'il a vécu puis que ma vie tourne autour de ce monde. Ce monde auquel j'ai grandi, évolué et compris que je ne suis pas totalement différente que les autres créatures. Je ne suis simplement pas capable de sortir des griffes, de me transformer en louve ou d'utiliser ma voix pour me défendre. N'empêche que je comprenne très bien la situation de Jamison ce qu'il a vécu. J'aimerais répondre à cette question du mieux que j'aurais pu, mais impossible d'en dire plus à Dayan. Je ne comprends pas pourquoi il me pose la question, en même temps, j'ai le cerveau retourné à cause de l'alcool.

- Franchement, Dayan, je n'en sais rien de ce qui lui est arrivé. À chaque fois, que je lui en parlais, il évitait le sujet et voilà qu'il m'en veut. Tu veux que je te dise, c'est un idiot ! Il est égoïste et ne pense qu'à lui ! Il ne sait pas mis à ma place !

Je regarde Dayan faire un bond quand je lui demande d'arrêter la voiture, il a tellement freiner fort qu'il a fait un petit dérapage toujours en contrôlant la voiture. Dayan c'est un as du volant et tant mieux sinon on se serait planter en voiture. J'ai besoin d'une compagnie et la seule personne qui pourrait m'aider, me relever de cette épreuve est la personne dont on s'attend le moins. J'ai besoin de mes amis, de mon frère, oui maintenant j'ai Elijiah qui fait parti de ma vie tout en étant un chasseur, j'ai Scott, Stiles et tant d'autre personnes qui compte. Dayan me connait dans les moments les plus intimes et je sais que si je tombe, il m'aidera à me relever. Tel que je connais le jeune homme il va surement pas me laisser les clefs de ma voiture ni rien d'autre. Peut-être qu'il reste une bouteille d'alcool dans la maison.

- Sérieusement, Day... Si tu me laisses seul chez-moi, je prends ma voiture et je pars on ne sait où ! Je ne veux pas rester seul chez-moi avec mon chat à déprimer dans ma chambre. Comme une âme en peine... Je ne vais pas demander à mon frère de venir me supporter, j'ai un frère, tu le sais ?

Mon frère et ce qui me rapproche de mon pays natal, mon Israël natal et aussi, ce qui me rapproche de ma mère. Je n'ai pas réellement de souvenir de ma mère, mais Elijiah est mon sang, et même s'il me rend dingue, me fait du mal, il reste mon sang et une part de moi. Avant, j'avais Bradley ma cousine et maintenant, j'ai Elijiah qui veut tuer mes amis, je lui en empêcherais parce que c'est mon rôle, mais que personne ne touche à mon frère sinon je deviendrais très méchante. Je regarde Day qui ne sait plus réellement quoi faire. Il s'enfonce dans son siège et il a sa fameuse tête, je réfléchis à la situation. Je détourne le regard pour regard dehors, nous sommes arrêtés en plein milieu de la route.

- Tu restes avec moi cette nuit ?

Dayan redémarra la voiture et roula, il était très prudent ce qui change de d'habitude. Peut-être qui pourrait regarder ma voiture demain matin, elle fait un petit bruit qui m'inquiète un peu.
Revenir en haut Aller en bas


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S   Jeu 12 Jan - 17:18

Dayan Z. Greene & Saleem R. Warren
Au diable toi et tes apôtres, je m'en vais
À vrai dire, Dayan ne se rendait plus vraiment compte qu'il était en train de parler à une jeune fille dont l'esprit était totalement embrouillé par l'alcool. Une Saleem saoule quoi, ni plus ni moins. Depuis le début de leur discussion, il n'en prenait plus tellement compte, simplement parce qu'il y avait bien trop de questions qui le submergeaient et qu'il ne pouvait s'empêcher de lui poser. Il n'était pas toujours particulièrement curieux à ce point, mais il était évident de constater que Saleem avait vécu beaucoup d'événements dont il n'était pas encore au courant, et il n'en fallait pas plus pour l'intriguer. Car c'était exactement ça, elle l'intriguait de plus en plus, avec toutes ces informations qu'elle lui balançait au fur et à mesure – d'ailleurs, quand on y repensait bien, est-ce qu'elle lui aurait avoué toutes ces choses si elle était sobre et parfaitement lucide et consciente de ce qu'elle disait ? Bonne question. Dayan ne l'avait jamais connue comme étant malhonnête, que ce soit avec lui ou avec d'autres personnes – il se demandait encore comment ils avaient pu si bien s'entendre à l'époque, et comment il avait pu la mériter alors que lui et l'honnêteté, ça faisait deux –, ceci dit, il était peut-être probable que cette facette d'elle ne soit plus d'actualité… il avait la bête impression d'avoir raté tant de choses, pendant ces deux ans hors de Beacon Hills. Même encore maintenant, quelques mois après son retour, finalement, il avait toujours le même ressenti. On ne rattrapait pas les choses aussi facilement, apparemment.

Visiblement, après l'étape du désespoir et de la tristesse – ou du moins, ce qui s'en rapprochait le plus – vint le stade de la colère. Enfin, la colère selon Saleem. Elle se mit à insulter Jamison, lui reprochant de ne pas s'être mis à sa place. Il ne réussit pas à se l'avouer à lui-même et ne montra absolument rien, pourtant au fond de lui, Dayan était presque réjoui des paroles qu'elle débitait au propos de son ex. Ceci dit, ce n'est pas comme si il avait fait mieux avec elle, alors il éviterait de se la ramener.
Alors il ne répond rien, plissant seulement les sourcils d'un air penaud. Il semblerait que les garçons avaient un sérieux problème avec Saleem… ça lui faisait de la peine, vraiment. D'autant plus qu'il en faisait partie, de ces types. Il aurait donné n'importe quoi pour revenir en arrière et réparer ses erreurs.

Finalement, la brune insiste, elle ne veut clairement pas qu'il la ramène chez elle, prétextant cette fois-ci elle prendrait la voiture pour aller ailleurs, simplement parce qu'elle ne veut pas rester dans sa chambre «comme une âme en peine» comme elle le dit si bien. Le jeune homme garde encore une fois le silence, peu convaincu mais pourtant réfléchissant. Il ne voulait vraiment pas qu'elle prenne le volant alors qu'elle était déchirée, qui sait ce qui pourrait lui arriver ? Il prend une grande inspiration, s'apprêtant à prononcer quelque chose, mais elle continue son monologue et ses dernières paroles le stoppèrent. Dayan se tendit, roula des yeux, détournant le regard de la jeune fille. Forcément, faut qu'elle entame le sujet à propos de son frère, aussi connu sous le nom de… de beaucoup de noms qu'on évitera de dire ici. Dayan le détestait, se méfiait de lui plus que tout, c'était aussi simple que ça. Et il ne comprenait toujours pas comment ces deux-là pouvaient avoir un lien de parenté.
Encore heureux, que tu ne vas pas lui demander de te supporter.
Merde, il avait pensé tout haut. Il soupira, puis secoua la tête.
Ouais, ouais… je le sais, souffla t-il amèrement. Malheureusement.
Pourtant, elle ne semblait pas partager le même avis que lui, sûrement parce qu'elle croyait elle aussi en «Elijiah le charmant jeune homme». Est-ce qu'il était vraiment le seul à connaître son vrai visage ou quoi ? Mais il se retint de faire une quelconque remarque, songeant alors au fait qu'ils finiraient encore une fois par ne pas s'entendre à cause d'une personne – génial.

Finalement, la brune se contenta de lui demander si il resterait avec elle cette nuit ; il fronça les sourcils, et alors qu'il avait redémarré la voiture, il lui lança un regard furtif, comme pour s'assurer qu'elle était sérieuse dans ses propos. Est-ce que c'était l'alcool qui parlait ? Est-ce qu'elle le pensait vraiment ? Après tout, elle l'avait bien appelé pour venir la chercher… elle le surprenait de plus en plus, ce soir.
Si ça peut t'empêcher de faire n'importe quoi… fit-il remarquer en parlant doucement.
You got me in chains for your love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Invité


MessageSujet: Re: Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S   Dim 15 Jan - 13:20

Où tu es belle et moi la bête, et la belle n'est jamais sage.

D&S

Je tourne la tête vers Dayan, quand après avoir énoncé l'existence de mon frère. Il me sort une petite phrase qu'il me laisse sentir que Day connaît déjà Elijiah. Et d'après ses dires, Day et Eli ce n'est pas l'amour fou, j'avoue qu'au premier abord, je suis pareil, mais plus le temps passe plus je me rends compte que mon frère est capable de me faire les pires horreurs sans vraiment que je lui en veuille beaucoup. Je lui pardonne plus facilement que je pensais, à croire que les liens du sang sont aussi important que les liens du cœur. N'empêche que même si son projet, c'est de liquider la moitié de mes amis, je l'en empêcherais, mais que personne et je dis bien personne ne s'en prenne à lui. Sinon je suis capable de sortir les griffes, enfin, c'est une image, je suis ni louve, ni coyote, ni rien pour sortir les griffes. Après avoir été en colère, voilà que je suis triste de constater qu'Elijiah ne fait pas l'unanimité auprès des gens qui me sont chers. Oui, Dayan fait partie de ce petit groupe de personnes qui ont fait parti et qui ont comblé ma vie à un certain moment.

- Pourquoi tu n'aimes pas mon frère ? J'avoue qu'il n'est pas forcément très adorable et qu'il a des idéals pros anti-créatures, mais il peut être très gentil et protecteur. Raconte-moi comment tu l'as rencontré ?

J'aimerais bien comprendre, pourquoi Dayan n'aime pas mon frère. Il se peut que Day ait déjà eu affaire au fusil de mon frère ou simplement ne pas le voir en peinture, dommage parce que je pense qu'il se ressemble énormément les deux compères. Je tourne la tête pour regarder la radio, celle-ci était allumée, mais le son était tellement bas qu'il fallait que je me concentre pour entendre la musique. C'était une musique assez douce qui passait en ce moment, doux mais bien rythmé. Le genre de musique un peu dépressive en parole, mais en son tellement dansant. La musique peut soigner les maux du cœur, ce que certaines personnes n'arrivent pas à faire. J'ai le cœur qui saigne, tant pis la musique est le meilleur pansement du monde. Je remets mon attention sur Day, j'avais été sérieuse face à ma demande, je ne voulais pas rester seule et puis Day m'avait souvent servi de couverture dans le passé ou plutôt de chauffages.

- Je pourrais faire pleins de bêtises en ta présence, comme vidée le bar de mon père ou alors prendre des médicaments jusqu'à l'overdose... Mais, je ne le ferais pas parce que je veux une présence près de moi. Cela nous rappellera nos moments passés ensemble quand tu n'étais qu'un méchant garçon et moi une fille de bonne famille. Roméo et Juliette version Rock and Roll, sauf qu'aucun de nos deux mourra aux finales.

J'avais l'impression qu'on était en Chine tellement que la route était longue, peut-être que je n'avais pas évalué la longueur du trajet de ma fameuse fête. J'avais sans doute était inconsciente des risques, l'alcool m'a fait prendre trop de risques ce soir. Je jouais avec le bouton de la radio, à la recherche d'une musique, la fameuse musique qui me ferait oublier ma tristesse ambulante. L'alcool me fait passer par énormément de chamboulement. Je sens que demain, je vais regretter d'avoir autant bu. Je suis sure que demain, je vais avoir le droit à de l'aspirine pour le mal de tête.

- Je te prêterais des affaires de mon père vu que ceux de Jamie ont fini dans la cheminée... J'ai l'impression de faire le même schéma qu'avec tous mes ex petits copains. Brûler leur affaire pour me délivrer de cette haine...

Oui, j'ai cramer la moitié des affaires de mes ex petits copains pour montrer que je ne veux plus besoin d'eux dans ma vie.
Revenir en haut Aller en bas


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S   Jeu 16 Fév - 16:15

Dayan Z. Greene & Saleem R. Warren
Au diable toi et tes apôtres, je m'en vais
Dayan ne comprenait pas pourquoi Saleem apportait tant d'importance à ce type qui, semblerait-il, était son frère biologique. Du moins, elle en avait vraiment tout l'air, à entendre ses paroles – ses louanges même – à propos de lui. Le jeune homme avait dû se retenir mainte et mainte fois pour ne rien dire et ne faire aucune remarque cynique sur Elijiah, cependant il était clair qu'il n'en pensait pas moins, et la grimace au milieu de son visage voulait tout dire. Il espérait néanmoins que Saleem n'insiste pas à ce sujet ; non pas qu'il ne voulait pas en parler… en fait si, c'était exactement ça, il voulait clore le sujet «Elijiah» le plus vite possible avec elle. Parce qu'il avait déjà la bête impression de savoir où tout ça allait les mener. Est-ce que c'était encore l'alcool qui parlait ? Certainement… évidemment. Comment pouvait-on prendre la défense d'un type «pro anti-créatures», comme elle le disait si bien, face à un loup-garou ? Ça n'avait aucun sens. Qu'il soit gentil et protecteur ou non… même si Dayan savait pertinemment qu'il ne l'était pas vraiment, et que Saleem faisait malheureusement partie de ces gens qu'il avait réussi à berner. Le brun expira longuement, serra les mains autour de son volant, puis il secoua la tête, tentant de chasser ses pensées alors que la demoiselle attendait patiemment la réponse à sa question. Il ne devait pas s'engager sur ce chemin-là, pas maintenant. Il devait, une fois dans sa vie, réfléchir à ce qu'il ferait et dirait avant de faire ou dire quoi que ce soit.
C'est une longue histoire.
C'est une longue histoire ? Sérieusement Dayan, t'avais pas mieux ? Ledit Dayan soupira, presque excédé de lui-même. Il n'allait pas laisser Saleem sur ça, il savait mieux que quiconque qu'elle risquait d'insister.
On va dire qu'il a tenté de faire ami-ami. Il lui jeta un regard, presque hésitant. Mais disons qu'on est pas trop sur la même longueur d'onde.
Voilà, c'était assez clair mais pas trop non plus. Si Saleem connaissait un tant soit peu le tempérament de son frère, et visiblement c'était bel et bien le cas – et elle continuait de l'apprécier ? Il savait que les liens du sang étaient importants m'enfin tout de même… –, elle comprendrait sans trop de difficultés où il voulait en venir.

Vint ensuite le moment pendant lequel Saleem tentait désespérément de le convaincre de rester – c'était un peu l'image qu'elle lui donnait, et quand bien même ce n'était point déplaisant, il n'arrivait cependant pas à céder, comme hésitant, chose qui étrangement ne lui arrivait jamais, du moins pas autant qu'à ce moment. Néanmoins, il devait bien avouer que son argument quelque peu bancal et son allusion un peu étrange à Roméo et Juliette le firent sourire, simplement parce que c'était du Saleem tout craché. Roméo et Juliette façon Rock'n'Roll… elle était bien belle, celle-là, tiens. C'était très certainement la première fois qu'elle lui faisait.
Il haussa brièvement les épaules, sans vraiment savoir quoi dire. À vrai dire, et il ne saurait dire si c'était fait exprès, elle avait réussi à faire ressurgir des souvenirs d'eux qu'il avait pourtant tenté de garder cachés au fond de sa mémoire pour ne plus jamais y faire face. Parce que c'était plus simple comme ça, c'était plus facile de se cacher de ses conneries plutôt que d'y faire face. Autant dire qu'elle avait le don de le jeter dans le ravin sans aucun scrupule, Saleem.
La voiture s'arrêta enfin après que Dayan se soit garé juste devant la coquette maison des Warren. Il ne put s'empêcher de se pencher légèrement pour observer la façade de la maison, bien que plongée dans le noir. Ceci fait, il souffla et tourna la tête vers la brune qu'il regarda quelques secondes sans rien dire. Du moins, jusqu'à sa nouvelle remarque à laquelle il ne put s'empêcher de rire – un peu amèrement, mais il n'y avait guère de rancune.
Moi qui me demandais où était passée ma veste, dit-il ironiquement.
Puis il eut un petit sourire, et d'un geste furtif, il éteignit le contact de sa voiture.
Ça ira, t'inquiète.
You got me in chains for your love



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Invité


MessageSujet: Re: Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S   Mer 8 Mar - 11:43

Où tu es belle et moi la bête, et la belle n'est jamais sage.

D&S

Ce qui est marrant, c'est qu'Elijiah a vraiment voulu faire ami-ami avec mon ex-petit ami. Déjà, j'ai un peu de mal à m'imaginer mon frère avoir une vie sociale palpitante ce qui est un miracle pour moi. Je l'imagine bien astiquer son fusil... Euh son arme... Enfin vous voyait quoi ? Son truc pour tuer les créatures que d'aller faire ami-ami avec toute la ville. De toute façon, j'ai hérité de toutes la joie de notre famille, lui a hérité de tout le sérieux et croyez moi, il est vraiment très sérieux. On me dit caca-prout je rigole ce n'est pas son cas, mon frère me fait penser au gars des films qui rigole qu'au blague scientifique. Bref, je l'aime bien mon frère, mais il a vraiment un balai dans les fesses, mais moi, Saleem, je vais le rendre moins coincer ! Question, personne sans gêne, je pense qu'on peut vraiment dire que je suis la reine. Il faudrait s'occuper du petit Elijiah, commençons par son style vestimentaire de premier de la classe, un costume de clown pourrait lui aller à merveille. Perdu dans mes pensées perverti par l'alcool, j'éclate de rire imaginant mon frère faire cours en clown.

- Parce qu'il a appris, que tu t'étais tapé sa petite soeur ? Du coup, il veut ta mort ? J'espère que tu ne lui as pas dit que nous deux, on a été ensemble ? Enfin, tu peux lui dire, mais ne lui dis pas qu'on a couché déjà pas mal de fois ensemble, sinon tu signes ton arrêt de mort...  

Je regarde Dayan, j'ai à une époque, j'ai souhaité qu'il meure brûler vif, mais maintenant, je serais tellement malheureuse s'il été loin de moi. C'est peut-être l'alcool qui me fait ressentir ce genre de sentiments, mais j'aime bien Day et je peux avouer maintenant qu'il m'a manqué son sourire de mauvais garçon, ses manies tout m'a énormément manquer. Je passe d'un adorable garçon à un garçon qui va me malmener, me faire, souffrir et est-ce que l'espèce humaine est vraiment faîte pour être heureuse réellement. La situation simple serait que je reste seule, face à ma solitude, mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer. Je n'étais pas tellement désespéré... Je passe d'un adorable garçon à un garçon qui va me malmener, me faire, souffrir et est-ce que l'espèce humaine est vraiment faîte pour être heureuse réellement. Jusqu'à vendre mon âme avec Lucifer, mais je sais comment faire craquer le jeune homme. Je vois ma maison, j'espère qu'il me laissera pas seul ce soir, en tournant la tête vers Dayan. Je lui fais un petit sourire, il m'a rendu timide, nos visages n'étaient pas très éloignés, on est resté à se regarder quelques minutes sans rien dire seulement se regarder. Je baisse les yeux pour regarder mes mains quand je souris, sa fameuse veste qui est dans mon armoire alors qu'elle devrait se trouver dans une petite boîte au grenier accompagné de petits souvenirs, photos. Réellement, je ne brûle pas tout, je garde des trucs pour pleurer dessus et quand j'ai fait le deuil de la relation passé, je les monte au grenier. C'est un processus assez bizarre, mais j'en ai besoin et j'ai jamais mis sa veste dans le grenier.

- Ta veste... Je les toujours, elle me sert... Elle me sert à agrémenter une tenue. Quoi ? C'est un intemporel de la mode et puis j'aime bien la mettre avec un collant et des converses. Bref, elle me va mieux qu'à toi ! 

Elle me va mieux qu'à lui, c'est vrai et puis faut le reconnaître, je suis canon dans sa veste et je n'allais pas brûler une merveille pareille, faudrait être dingue. Je suis dingue, mais pas à ce point-là, okay, elle aurait été moche, je l'aurai brûlé sans remords, mais là les remords aller se faire sentir. Je vois Dayan éteindre le contact et j'essaie d'ouvrir la portière, mais je ne vois même pas où est la poignée tellement que l'alcool me monte au cerveau. Pourtant, je tapote contre la portière pour la trouver. Au finale, j'abandonne mes recherches et me tourne vers Dayan qui doit se dire que je suis vraiment une pauvre fille... Il a bien raison de penser cela me crie ma conscience.

- Day, je peux te dire un truc ? Bon, je m'en fous même si tu ne veux pas que je te le dise. Je crois que je suis totalement déchirée, parce que je ne trouve pas la poignée de la portière et que je ressemble à une pauvre fille, désespérée et qui a appeler son ex-petit copain pour l'aider. Pour finir, je suis tellement moche...

Vous vous souvenez tout à l'heure quand je disais que quand on est alcoolisé, on devient bipolaire ben, je pense qu'on est en plein dedans. Je viens t'éclater en sanglots réellement parce que je ne trouve pas une poignée de portières pour sortir et aussi parce que je suis tellement désespérée et moche que je pleure.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S   Dim 26 Mar - 11:48

Dayan Z. Greene & Saleem R. Warren
Au diable toi et tes apôtres, je m'en vais
Sans surprise pour personne, le jeune homme aurait vraiment souhaité que le sujet de conversation tourne sur autre chose que sur le cas de ce très cher Elijiah, cas à prendre avec des pincettes, surtout pour Dayan, encore plus lorsqu'il en discutait avec Saleem, sa propre sœur. Certes, il avait énormément de choses à dire sur ce type, tellement qu'il pourrait en écrire un roman complet, voire même une trilogie, c'est dire – et puis au moins, ça lui permettrait enfin de dévoiler la vérité à propos de ce taré, puisque visiblement, même Saleem n'était pas du tout au courant de la véritable nature que cachait méticuleusement son frère. Plus psychopathe, tu meurs… quoiqu'il ne serait clairement pas étonné de trouver pire qu'Elijiah dans cette ville, Beacon Hills étant réputée pour rameuter les créatures surnaturelles ainsi que les dérangés du ciboulot, m'enfin passons. Il se voyait mal dire tout ça à quelqu'un, Saleem qui plus est, surtout qu'elle était complètement bourrée – là voilà d'ailleurs qui riait sans qu'il ne comprenne pourquoi, mais soit, il n'allait pas poser de questions inutiles –, peut-être qu'elle ne se souviendrait même pas de ce qu'il lui aurait dire, alors à quoi bon se fatiguer pour rien. Il était préférable de ne rien raconter et de faire comme si tout allait bien, vraiment, surtout que pour le moment il ne se débrouillait pas trop mal. Quoi que, la discussion n'avait débuté que depuis quelques minutes à peine, il espérait donc qu'elle ne dure pas plus longtemps au risque de faire une boulette. Après tout, il avait beau paraître un peu plus mature et responsable et avoir réussi à déjouer les plans d'un machiavélique manipulateur, il restait Dayan.
La remarque de Saleem ne manqua pas de le faire grimacer. Certes, c'était un conseil à ne pas négliger de la part de la jeune fille, conseil qui laissait entendre que, finalement, elle le connaissait assez bien quand même, m'enfin… il s'en serait passé sans problème.
T'as pas à t'inquiéter là-dessus, je suis pas du genre à discuter de ma vie sexuelle avec des types comme lui, répondit-il, ironiquement, bien qu'avec une moue presque dégoûtée. Non parce que, vraiment, imaginer une telle conversation avec Elijiah ne le réjouissait pas des masses.

Arrivés ensuite devant chez elle, après avoir éteint le moteur de sa voiture et avoir observé d'un bref coup d'oeil à travers la vitre cette grande maison qu'il avait, jadis, bien connu, et qui maintenant lui donnait presque un sentiment d'incertitude et d'inconnu, Dayan posa son regard sur elle et haussa les sourcils, un bref sourire au coin des lèvres. Ni l'un ni l'autre ne parla, comme si ils étaient tous les deux plongés dans leurs pensées – ce qui était, en tout cas, le cas de Dayan. Les événements de ce soir, aussi improbables et inattendus qu'ils étaient, l'avaient tout bonnement empêché de se concentrer réellement sur la situation globale, ou du moins pas totalement. Mais Saleem aussi lui avait terriblement manqué. Et pas seulement en tant que petite-amie, juste… en tant que Saleem. Cette fille était vraiment importante pour lui, preuve en est que, lorsqu'elle avait décidé de tout arrêter, la seule solution qu'il avait trouvé était de partir loin d'ici. Elle avait été en quelque sorte la seule qui maintenant un équilibre dans sa misérable vie, et son simple départ avait entraîné l'effondrement de tout cet équilibre. Elle avait fait tant de choses pour lui, et voilà comment il l'avait remercié.
Encore une fois, rien qu'en songeant à ça, la culpabilité lui revient violemment en pleine figure et il soupira silencieusement. Il n'avait jamais été doué pour réfléchir à toutes ces choses compliquées de la vie, finalement.
Elle finit par briser leur contact visuel en baissant les yeux, souriant timidement, ce qui le fit sourire à son tour, presque inconsciemment. Il continua de la regarder, appréciant simplement le silence qui s'était installé, avant qu'elle ne relance le sujet à propos de sa veste.
Attends, sérieusement ? fit-il en riant, aussi étonné qu'amusé. Tu mets encore ma veste ?
Il haussa les épaules, faisant mine de réfléchir.
M'ouais, je sais pas comment le prendre… et puis elle m'allait très bien cette veste d'abord.

Alors qu'il retirait la clé de la voiture du contact et qu'il s'apprêtait à sortir de l'habitacle, il jeta un bref regard à Saleem qui venait de l'interpeller, l'obligeant à s'immobiliser sur son siège, la main déjà sur la poignée de la portière. Il la fixa, un sourcil arqué, l'air perplexe, puis remarqua qu'elle cherchait désespérément la poignée de son côté, sa main se baladant inutilement dans le vide sans qu'elle ne réussisse à attraper ce qu'elle voulait. C'est ce qu'elle lui expliqua d'ailleurs, et sans pouvoir s'en empêcher, le jeune homme eut un bref soupir amusé. Du moins, amusé, jusqu'à ce que la jolie brune éclate soudainement en sanglots. Cette fois-ci, Dayan resta un instant sans rien dire, véritablement surpris de la réaction soudaine de Saleem qui, il y a encore deux minutes, souriait gaiement comme si de rien n'était. Une seule raison ; l'alcool, ni plus ni moins. De ce fait, ce n'était plus vraiment surprenant.
Déchirée, je l'avoue, tu l'es un peu beaucoup, fit-il remarquer, sarcastique. Puis furtivement, il lui prit la main, et si il appréciait vraiment ce contact, sur le moment c'était surtout pour s'assurer qu'elle l'écoute attentivement. Mais crois-moi, t'es loin d'être une pauvre fille désespérée et moche, je t'assure. T'es tout sauf moche et désespérée Saleem.
Il n'était pas doué pour les speech improvisés afin de consoler les gens, mais au moins, il faisait de son mieux. Ainsi, après être certain que le message était bien passé du côté de la jeune fille, il lâcha sa main et sortit enfin de la voiture. Il fit le tour pour ouvrir la portière de Saleem, puis il l'aida à se lever en pensant un bras dans son dos, tout en verrouillant sa voiture avec sa clé.
Bon, attends… marmonna t-il alors qu'ils étaient tous les deux debouts sur le trottoir. Il se baissa pour passer son autre bras derrière ses genoux, puis chose faite, il la souleva afin de la porter. …ça ira plus vite comme ça, Madame JeSuisDéchirée.
Il lui adressa un sourire, puis il remonta l'allée jusqu'à arriver devant la porte. Chose faite, il lui lança soudainement un regard suspicieux, l'air ironique, alors qu'il la tenait toujours dans ses bras.
T'as pas perdu tes clefs, j'espère ?

You got me in chains for your love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Au diable toi et tes apôtres , je m'en vais. {D&S
» Zelda Curtis - Au diable toi et tes apôtres, je m'en vais
» Corne du Diable = Psycopathe
» L'ENFER EST SUR LA TERRE MAIS LE DIABLE EST EN AFRIQUE DU SUD !
» SI ARISTIDE EST UN DIABLE ,DUVALIER EST-IL UN DIEU ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERY MONSTER - TEEN WOLF ::  :: Sujets Terminés-
Sauter vers: