Tears in the dark [Malia & Milo]



 
Every MonsterRECRUTE -- Vous avez jusqu'au 31 octobre pour participer ♥️

Tears in the dark [Malia & Milo]

 ::  :: Sujets Terminés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
were-coyote
avatar
Messages : 225
Lun 19 Déc - 7:10

Tears in the dark
Hey, brother, there’s an endless road to re-discover. You can count on me, I won't lay you down.

J'ai retrouvé le sommeil, comme si le retour de Théo y avait fait quelque chose. Réussir à pouvoir m'endormir sans avoir le ventre serré par la peur de faire des cauchemars est fabuleux. Malheureusement, avec ces troubles du sommeil, j'ai un retard monstre à rattraper dans mes cours ce qui fait que je suis bloquée dans ma chambre le nez dans un bouquin au lieu de profiter pleinement de mes vacances comme le font les autres étudiants de mon âge. Enfin, je ne vois pas vraiment ce que j'aurais pu faire d'autre, je sors simplement pour aller travailler à l'animalerie et cela me suffit amplement. J'ai l'impression d'être totalement redevenue humaine. Même si le coyote en moi ne me quittera jamais, j'agis de plus en plus comme ceux qui m'entourent et je ressens cette même envie de réussite. J'ai envie de réussir mes études, de mener une vie presque normale dans une famille presque normale. Car si ma famille biologique, les Hale, n'est pas totalement normale, mon père a accueilli récemment un jeune loup-garou qui ne semble pas comprendre ce qui lui arrive. Le pauvre, à seulement 11 ans il se retrouve confronté à ce gène. Il ne m'en a pas parlé, mais son odeur en dit long sur son espèce. Il a la même odeur que Scott et Liam, cette odeur si spécifique aux loups.

Nous sommes à table et je vois son regard se perdre. Depuis que les cauchemars se sont arrêtés, j'essaie d'être un peu plus présente dans la vie familiale, même si mes cours prennent une place assez consistante dans mon temps libre. J'ai remarqué que le petit Milo prend souvent un air triste, un peu perdu pendant les repas. Mais ceci ne dure pas généralement puisqu'il essaye d'avoir l'air un peu plus heureux lorsque son regard croise le mien. Je finis par baisser les yeux et me concentre sur mon repas. Mon père lance un sujet anodin afin de combler le silence qui c'est installé et nous commençons à discuter, mais le petit loup ne participe pas à la discussion. Le repas se finis rapidement et nous vaquons tous à nos activités. Pour ma part, j'ouvre mon livre de socio et essaie de mettre en évidence les informations importantes. Rapidement, mes notes se retrouvent couverte de orange, de verts et presque aucune trace de rouge. L'heure indique qu'il est onze heures passées. Moi qui aurait voulu aller voir le petit Milo avant qu'il ne dorme... Je m'étire, prends mon pyjama et me dirige vers la salle de bain. Soudain, des sanglots attirent mon attention. Je pose ma brosse à dents et me rince la bouche avant de me suivre les pleures qui raisonnent dans ma tête. Je suis à la fois surprise et pas du tout lorsque je tombe nez à nez avec la porte de la chambre de Milo. De qui d'autre auraient pu provenir ces pleurs d'enfants ? Je frappe doucement à sa porte et l'entre-ouvre avant de demander en chuchotant.

- Milo ? Quelque chose ne va pas ? Tu sais, après mes premières transformations, j'étais dans le même état que toi, alors si tu as besoin de parler, je suis là...

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
werewolf
avatar
Messages : 86
Jeu 22 Déc - 18:48
Le temps passait et les mois s’écoulaient depuis le terrible drame qui avait frappé ta famille. Tu ne t’en étais toujours pas remis, continuellement tu te demandais où pouvait bien se trouver ta sœur et tous le temps tu repensais à tes parents. Leur visage doux, les petites rides sur le front de ton père lorsqu’il te souriait, la manière douce qu’avait ta mère de passer sa main dans tes cheveux. Mais le pire de tout ça, outre le manque incroyable que tu ressentais encore dans ton cœur, c’était de revoir le visage de ce chasseur chaque fois que tu fermais les yeux. Parce qu’il te terrorisait même si tu savais qu’il est mort, chaque fois que tu te retrouvais seul dans ta chambre, tu avais encore l’impression de sentir son regard glaciale sur toi et tu te sentais impuissant, caché dans ta couette, sombrant aux larmes. Mais tu vivais avec sans en parler à personne. Tu avais été recueilli par les Tate depuis, et tu leur était très reconnaissant de t’avoir fait une place au sein de leur famille. En un rien de temps tu les avais apprécié, bien-sûr, ils ne remplaçaient pas tes parents, mais peu à peu la vision que tu avais d’eux changeait, Henry prenait doucement l’image d’une figure paternelle et Malia celle d’une grande sœur. Tu n’étais pas du tout le cliché de l’orphelin pénible car tu avais peur d’être tout seul, c’est pourquoi dès ton premier jour au sein de leur famille, tu t’étais montré agréable et souriant. Tu ne te plaignais jamais et même si ton caractère turbulent, tu ne parvenais pas à le dissiper, tu faisais tout de même tout pour ne pas trop t’attirer d’ennuis et jusqu’à maintenant cela portait ses fruits. Mais tu devais gérer à côté de ça de plus en plus de problème, comme tes transformations en loup qui approchait d’avantage. Jusqu’à maintenant, elles ne s’étaient jamais manifestées pleinement mais tu sentais que quelques choses changeaient en toi. Tu te sentais plus énervé, plus à fleur de peau. Un rien pouvait t’énerver et te faire sortir de tes gons alors que tu étais plutôt de natures joyeuses. Sans compter que tu avais déjà été hors de contrôle plus d’une fois, te laissant trahir par tes yeux et tes mains, heureusement cela n’avait jamais été en présence d’humain. Mais qu’arriverait-il lors de la prochaine pleine lune, tu craignais de faire du mal à Malia et Henry mais tu ne savais pas quoi faire. Tu avais peur de les effrayer en leur révélant ton secret mais tu ne savais pas comment les protéger autrement. Tu te sentais perdu et cela augmentait encore plus tes inquiétudes.

Tu étais à présent dans ta chambre seul, tu ne l’avouais pas mais tu t’étais branché une petite veilleuse à côté de ton lit mais rien n’y faisait, tes angoisses persistaient mais tu refusais d’en faire part à quelqu’un. Comme chaque soir, le repas c’était bien passé. Tu avais essayé de resté souriant et de montrer joyeux à chaque fois qu’ils s’adressaient à toi, que tu ouvrais la bouche ou encore que tu croisais le regard de Malia. Mais dès qu’ils discutaient ensemble, tu ne pouvais t’empêcher de repartir dans tes pensées. Tu ne pouvais pas laisser transparaitre cette image de bonheur constamment encore plus depuis que tes préoccupations augmentaient. Tu étais immédiatement monté te doucher avant d’aller trouver refuge dans ta chambre. Tu avais bataillé avec tes devoirs pendant une partie avant d’abandonner sans aucune autre forme de procès. Tu n’aimais pas ça, tu n’y comprenais rien et tu n’avais pas envie de perdre ton temps avec ça. Tu avais été éteindre ta lumière puis tu avais essayé de dormir. Mais comme chaque soir, c’était impossible, tes pensées te hantaient, tes craintes te retenaient et tu devais attendre de tomber de sommeil. Les minutes s’écoulaient et tu sombrais d’avantage dans la tristesse, jusqu’à ce que tes larmes tu submerge. Tu pouvais te lâcher, Henry et Malia devaient dormir, ça te faisait du bien, un peu, d’évacuer tout ça. C’est alors que tu entendais frapper à ta porte, alors subitement tu tentais d’arrêter de pleurer même si des sanglots te trahissaient encore, tu frottais ton bras nu contre ton visage et regardais qui venait te voir. Tu fus surpris de voir Malia, te demandant ce qui n’allait pas. Mais ce qui te surprenais surtout c’était qu’elle te parle de transformation, des siennes. Alors elle aussi était un loup ? C’était étrange, tu ne l’avais pas remarqué et Henry aussi l’était-il ? Une fois la surprise passé, tu bondissais de ton lit, posant tes pieds nus contre le sol pour courir dans sa direction, l’entourant de tes bras et posant ton visage contre son ventre pour recommencer à pleurer sans savoir t’arrêter. Et il te fallait de longues minutes à te calmer, à reprendre ton souffle et à cesser de hoqueter à cause des sanglots. Tu étais retourné t’asseoir sur ton lit et tu avais invité Malia à te rejoindre. « Je savais pas que vous étiez des loups aussi… C’est pour ça que vous m’avez prit ? » Dans ta tête il était logique de te dire qu’il n’existait que les loups comme were-créature et que si Malia en était une, alors son père aussi. Après tout tu ne connaissais rien de son passé. « J’ai peur… Peur parce que je veux pas me transformer à la prochaine pleine lune et parce que plus ça passe et plus je me sens bizarre. » Tu baissais la tête, te sentant coupable que tes gênes de loup ressorte ainsi. « J’ai vraiment peur Malia… »
Revenir en haut Aller en bas
were-coyote
avatar
Messages : 225
Ven 23 Déc - 22:33

Tears in the dark
Hey, brother, there’s an endless road to re-discover. You can count on me, I won't lay you down.

Dévoiler ma nature aussi vite n'est pas habituelle chez moi, mais Milo étant lui aussi embarqué dans quelque chose qui se contrôle difficilement et il aura besoin d'aide. Mes yeux s'habitue peu à peu à l'obscurité et je peux discerner la lueur de surprise qui traverse son visage. Apparemment, Milo ne s'attendait pas à ce que je lui face cette confidence. Ne l'a-t'il pas senti ? A sa surprise, j'en déduis que non. Alors ce petit loup a encore plein de choses à apprendre... Je n'ai pas le temps de réfléchir plus à cela car son étreinte aussi chaude que ses chaudes larmes me tirent de mes pensées. Je glisse une main dans ses cheveux châtain et lui caresse doucement la tête en attendant qu'il se calme. J'aurais aimé faire ça avec ma petite sœur, la réconforter lorsqu'elle a du chagrin, l'écouter parler de ses problèmes. Mais malheureusement, c'est impossible. C'est pourquoi, si je peux faire quoi que ce soit pour Milo, je le ferai sans hésiter. Le voir pleurer ainsi tout contre moi sans savoir si je pourrais apaiser son chagrin me brise le coeur. Je me sens un peu impuissante, j'aimerais le comprendre, mais ce n'est pas le peu que j'ai vu en psycho qui va m'aider. Je me contente de lui caresser les cheveux et de serrer ce petit être tout contre moi. Une larme m'échappe mais je ne la laisse pas glisser le long de ma joue. Je ne connais pas ce petit bout depuis longtemps, mais une chose est sûre, il fait parti de notre famille.

Il se détache lentement de moi et je le regarde s'asseoir sur son lit avant de comprendre qu'il faut que je l'y rejoigne.

- Je savais pas que vous étiez des loups aussi… C’est pour ça que vous m’avez prit ? »

A ces mots, je lui souris gentiment avant de lui répondre simplement.

- Non, papa ignorait que tu était un loup car il ignore l’existence des créatures comme nous. Quant à moi, je ne suis pas un loup mais un coyote, c'est presque la même chose.

Le petit enchaîne rapidement, il parle vite et je dois m'accrocher à ses paroles pour ne pas perdre le fil.

- J’ai peur… Peur parce que je veux pas me transformer à la prochaine pleine lune et parce que plus ça passe et plus je me sens bizarre. J’ai vraiment peur Malia…

Je passe un bras protecteur autour de ses épaules et remis une mèches de ses cheveux en place. Je comprends bien ce qu'il ressent car, à deux reprises, j'ai été confronté à cette peur de soit. Je pose une main sur sa tête et lui caresse délicatement les cheveux. Je ne dis rien, le berçant légèrement en espérant que cela le calme. Je soupire profondément et dis en regardant le vide.


- J'étais un peu plus jeune que toi lorsque je me suis transformée pour la première fois. Et je n'ai pu apprendre que très récemment comment me contrôler car j'ai eu... Une sorte d'empêchement. Je peux t'apprendre les bases si tu veux, mais il ne faut pas que tu aos peur de ce que tu es. Si tu as peur de ce que tu deviens, cette peur prendra le dessus et bloquera tout progrès. Je serais là pour t'aider, après tout, on est une famille non? Par contre, notre père ne doit rien savoir de tout ça. Il ne faut pas en parler car des personnes mal intentionnées pourraient nous faire du mal. Tu as compris ?
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
werewolf
avatar
Messages : 86
Lun 2 Jan - 12:31
Tu avais été surpris lorsque Malia t’avais parlé de ses premières transformations, peut-être parce que de ce que tu savais du surnaturelles, c’était quelques choses dont on ne parlait pas forcément mais surtout parce qu’elle te l’avait dit en sachant clairement que c’était ce que tu traversais. Et ça t’avait vraiment étonné, tu ne t’en étais absolument pas rendu compte et tu ne savais vraiment pas comment Malia l’avait deviné. Tu n’avais pourtant jamais montré le moindre signe de ta véritable nature devant elle, au contraire tu faisais même attention. Mais ça t’avais soulagé, de savoir que tu avais quelqu’un avec qui parlé de ça, confier tes peurs et tes craintes et tu n’avais pas pu te retenir de l’étreindre de toute forces, te déversant de toutes ces larmes que tu contenais depuis tous ce temps. Tu n’aimais pas cela, tu te disais qu’un garçon n’avait pas le droit de pleurer comme ça, tu étais encore bloqué dans ce genre d’idée et pourtant, te libérer dans les bras de Malia, de ta grande sœur t’aidait tant à te sentir un peu mieux. Tu ne te sentais plus seul pour affronter tout ça et au fond tu te sentais rassuré, apaisé par sa main dans tes cheveux, calmé par sa respiration que tu ressens avec les mouvements de son ventre à chaque fois que son corps inspire puis expire de l’air. Et tout devenait clair, tu ne connaissais rien de la véritable histoire de Malia alors tu te disais immédiatement que si elle était aussi un loup, Henry devait l’être aussi. En toute logique, à moins qu’elle n’ait été mordue… Et c’était pour ça qu’il t’avait prit, pour ne pas laisser un danger dans la nature. Mais peu importe les raisons de ton adoption, enfin de ton recueil plutôt, tu leur en étais reconnaissant. Maintenant assis sur ton lit, tu attendais les réponses à tes questions en te sentant déjà plus rassuré. Ta question semblait l’avoir fait sourire juste avant qu’elle n’y réponde. Son père ne savait pas et ne dois surement pas savoir que tu es un loup puisqu’il ignore l’existence des créatures surnaturelles. Tu avais aussi appris qu’elle n’était en réalité pas un loup mais un coyote. Tu ne t’attardais même pas sur les raisons de sa transformation, tu savais que tu aurais l’occasion de les poser, tu préférais te confier à elle sur tes craintes et tes peines. Tu ne te rendais même pas compte que tu parlais vite, que tu articulais peu et que tes paroles n’étaient pas forcément simples à suivre. Sa seule réponse fut avant tout de passer un bras autour de tes épaules avant de replacer une mèche rebelle de tes cheveux. Tu te blottissais contre elle, te laissant bercé légèrement moins submerger par tes peurs jusqu’à ce que tu te sois entièrement calmé. Ton cœur avait repris des battements plus calmes, ta respiration était donc moins saccadée et tes yeux étaient moins humides. Jusqu’à ce que Malia reprenne la parole, tu l’écoutais attentivement buvant totalement ses paroles. Elle s’était transformée pour la première fois lorsqu’elle était plus jeune que toi et n’avait appris qu’il y a peu comment se contrôler. Mais elle proposait de t’apprendre les bases ce qui te fit plaisir, cela se voyait dans le regard que tu lui portais, pleins d’étoiles dans les yeux. Il ne fallait cependant pas avoir peur de ce que tu étais. Ce n’était pas le cas, tu avais grandi aux côtés d’autres loups, tu avais peur de ce que tu pouvais faire. Au fond, cela revenait sans doute du pareil au même. Mais il ne fallait pas car ta peur prendrait le dessus et t’empêchera de progresser. En revanche tu ne devais en parler à votre père, ni à personne car des personnes mal intentionnées pour vous faire du mal. Tu hochais positivement de la tête, heureux depuis qu’elle t’avait dit que vous étiez de la même famille. Jamais tu n’avais senti d’exclusion de sa part mais l’entendre dire ces mots te touchaient, toi qui souffrais encore parfois du manque de ta famille biologique. « Je n’en parlerais à personne c’est promis… » Tu n’avais pas forcément envie qu’un autre chasseur te tombe dessus. « Je ne veux juste faire de mal à personne… Tu crois que j’arriverais à me contrôler ? » Tu baissais les yeux passant une main dans tes cheveux pour les mettre derrière ton oreille. « Des fois quand je m’énerve vraiment, j’ai… J’ai envie de leur faire du mal et je dois vraiment respiré pour reprendre mes esprits… C’est même arrivé que mes griffes sortent… Et ça devient de plus en plus dur de rester calme et je crois que la pleine lune arrivera bientôt… » Malia t’aiderait tu en étais sur et tu avais une entière confiance en elle, tu savais que tu pouvais lui faire confiance. « Comment tu as su que j’étais un loup ? »
Revenir en haut Aller en bas
were-coyote
avatar
Messages : 225
Mar 4 Avr - 13:15
Tears in the dark
Hey, brother, there’s an endless road to re-discover. You can count on me, I won't lay you down.
Voir tant de joie sur le visage de Milo m'inonde de chaleur. Cette petite bouille si mignonne me regarde avec espoir et bonheur. Je lui rend un sourire chaleureux tout en écoutant le flot de paroles qui sortent de sa bouffe.

- Je n’en parlerais à personne c’est promis… Je ne veux juste faire de mal à personne… Tu crois que j’arriverais à me contrôler ? Des fois quand je m’énerve vraiment, j’ai… J’ai envie de leur faire du mal et je dois vraiment respiré pour reprendre mes esprits… C’est même arrivé que mes griffes sortent… Et ça devient de plus en plus dur de rester calme et je crois que la pleine lune arrivera bientôt… Comment tu as su que j’étais un loup ?

Il faut que je réponde à toutes ces questions. Je ne sais pas vraiment comment calmer ou rassurer quelqu'un et j'espère pouvoir y arriver tant bien que mal... Seul soucis, par où commencer ? Ce petit a tant de questions en tête, je suis même sûre qu'il a oublié de m'en poser certaines... Me remémorant ces questions, j'essaie de lui répondre du mieux que je puisse faire.

- Ne t'en fais pas, tu y arriveras, ça pourrait être long et dur, mais je ferais en sorte que tu y arrives. La pleine lune n'aura pas d'effets sur toi, je ne sais pas si tu as remarqué, mais il y a une sorte de dôme au-dessus de la ville. Ce dôme nous empêche de sortir de la ville et bloque nos pouvoirs... Par rapport à ta dernière question, c'est parce que tu sens le loup, tout simplement.

Je me baisse pour être à sa hauteur et le prends dans mes bras dans une étreinte qui se veut rassurante. Puis, je m'éloigne légèrement de lui afin de lui demander.

- Tu te sens mieux maintenant ? Tu penses pouvoir dormir ou tu veux que je reste avec toi pendant le restant de la nuit ?
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar
» Dark Angels + Ultra Marines + titan Ork VS GI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERY MONSTER - TEEN WOLF ::  :: Sujets Terminés-
Sauter vers: