AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  Les Bottins  Connexion  S'enregistrerS'enregistrer  



 

Le forum est présentement en HIATUS
Il vous reviendra très bientôt!!
Les inscriptions sont pour l'instant fermées

Partagez | 
 

 Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


kitsune
avatar

Messages : 314


MessageSujet: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Dim 14 Aoû - 17:20



Kaylann



& Dayan

Et si on jouait ?
Cela faisait déjà plusieurs jours que Paloma travaillait tard, beaucoup trop tard aux yeux de sa fille qui était contrainte de passer ses soirées seule chez elle. Pas qu'elle était effrayée à l'idée qu'un psychopathe toque à la porte, mais l'absence de sa mère se sentait de plus en plus dans leur appartement. Elles ne vivaient que toutes les deux, alors tout devenait triste lorsqu'elle disparaissait. Au début, Kaylann avait décidé de voir le bon côté des choses. Elle en avait profité pour faire tous ses devoirs par exemple, mais cela ne lui avait pas pris suffisamment de temps pour occuper tout ce temps libre qu'elle avait désormais. Elle avait lu quelques nouvelles aux pages peu nombreuses, dessiné deux ou trois croquis qu'elle mourait d'envie de jeter à la poubelle et retouché des photos stockées sur son ordinateur depuis un moment, mais finalement tout cela l'avait ennuyée. Elle avait besoin de faire autre chose, ne supportant plus cette solitude qui pesait tous les soirs dans l'appartement vide. Il fallait qu'elle voie quelqu'un, qu'elle sorte, qu'elle fasse cesser cette agaçante routine qui rythmait bien trop ses soirées à son goût. Cela ne devrait pas poser de problème à sa mère, et peut-être même qu'elle serait contente de voir sa fille commencer à s'habituer à sa nouvelle vie à Beacon Hills. Du moins elle l'espérait, parce qu'elle était tout bêtement incapable de lui mentir.

Allongée sur son lit, Kaylann se redressa et posa le livre qu'elle avait dans les mains sur sa table de chevet tout en laissant un doux soupir franchir ses lèvres. Elle récupéra son téléphone et commença à se demander qui elle pourrait voir. Elle songea pendant un instant à Kira, mais songea qu'il serait préférable de la laisser tranquille, histoire qu'elle ait le temps de s'occuper de son propre renard qui semblait constamment n'en faire qu'à sa tête. Elle savait que Gaëlle n'était pas disponible ce soir, ce qui la décevait quelque peu, même si elle n'allait pas lui en vouloir d'avoir autre chose à faire que gérer une gamine fatiguée d'être seule et éloignée de sa mère. Elle n'avait plus deux ans, et puis elle la reverrait sûrement bientôt. Ses yeux se posèrent ensuite sur un autre prénom : Dayan. Cela faisait un moment qu'elle ne l'avait pas vu, et puis passer un moment était toujours agréable - souvent assez drôle aussi, d'ailleurs. Elle se décida donc à lui envoyer un message pour lui proposer de sortir dans la soirée, tant qu'à faire pas trop tard puisque sa mère ne serait sans doute pas rassurer de la savoir dehors en pleine nuit, même accompagnée. Une fois cela fait, elle reposa son téléphone à côté d'elle et récupéra son livre pour reprendre sa lecture là où elle l'avait laissée, espérant une réponse positive de la part du jeune homme.

Un peu plus d'une heure plus tard, Kaylann fermait à clef la porte de l'appartement pour descendre les escaliers à toute vitesse. Elle n'était pas en retard mais qu'importe, elle aimait bien être légèrement en avance - en réalité elle détestait surtout être la dernière à arriver, mais soit. Elle avait finalement obtenu une réponse de Dayan, ce dernier lui proposant qu'ils aillent à la salle d'arcade de Beacon Hills. Néanmoins, le jeune homme n'étant pas libre tout de suite à cause de son travail, elle avait eu une bonne cinquantaine de minutes à attendre. Elle les avait passées dans l'appartement, en profitant pour ranger sa chambre avant de se préparer. Elle s'était vêtue d'un débardeur bleu clair assez long, d'un jean serré noir ainsi que d'une veste assortie, puis elle avait mis un peu de mascara - sans doute parce qu'elle l'avait le temps, n'y voyant pas grande utilité en fin de compte - et avait enfilé ses baskets de ville grises aux lacets d'un orange si vif qu'il pouvait semblait fluorescent. Son sac récupéré, elle y avait mis son téléphone, des chewing-gum, son porte-monnaie contenant un peu d'argent au cas où elle aurait à attendre Dayan en jouant, et puis deux ou trois affaires toujours utiles, laissant pour une fois son livre dans sa chambre. Elle voulait le voir pour lui parler, pas pour lui lire les dernières aventures d'Alice dans ce pays qui faisait tant rêver la jeune femme.

A présent, elle était prête et quittait enfin l'immeuble dans lequel elle restait seule beaucoup trop souvent à son goût. Elle avait la chance de ne pas habiter très loin de la salle d'arcade, ainsi il ne lui fallut que quelques minutes à pied pour la rejoindre. Elle en profita pour fourrer un chewing-gum à la menthe dans sa bouche, appréciant cette impression de fraîcheur qu'il lui offrait - quoique cela lui brûlait parfois le nez au début, mais qu'importe - ainsi que pour refaire les lacets de sa chaussure droite. Elle rejoignit ensuite l'Arcade Center et entra en évitant les regards - comme quoi elle avait toujours autant de mal à affronter des inconnus. Elle jeta un rapide regard à sa montre pour vérifier l'heure. 21h28. Dayan devrait être là dans deux minutes, du moins s'il était à l'heure. Après quelques instants d'hésitation, elle décida de s'installer devant un flipper pour faire une ou deux parties en attendant son ami. Elle inséra donc le montant demandé avant de river son regard noisette sur la bille qu'elle ne quitta plus des yeux, ne jetant même pas un coup d’œil à son score tandis qu'elle appuyait frénétiquement sur les boutons situés sur les côtés de la machine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Mar 16 Aoû - 11:33

Dayan Z. Greene & Kaylann Morino
Et si on jouait ?
Dayan n’avait, à la base, pas prévu grand-chose aujourd’hui. De toute façon, il travaillait jusqu’à la fermeture du garage, et il ne s’était guère demandé ce qu’il pourrait faire ce soir. Mis à part rentrer chez lui, il ne voyait pas trop. Et autant dire que cette idée ne l’enchantait pas des masses non plus. Peut-être qu’il pourrait s’entraîner, ça ne lui ferait pas de tort tiens… ouais, sauf que voilà, comme bien souvent, Dayan n’était absolument pas motivé pour une soirée entraînement. C’était un peu le dernier recours qu’il avait lorsqu’il s’ennuyait, autant dire que ce n’était pas une de ses activités préférées, loin de là. Alors il allait sûrement passer sa soirée devant la télé à rien foutre, pour ne pas changer de ses bêtes habitudes depuis qu’il était revenu à Beacon Hills. C’est vrai qu’en y repensant bien, il ne s’était rien passé d’extraordinaire depuis son retour dans sa ville natale… enfin, deux ou trois petites choses peut-être, mais rien d’intéressant à raconter. Il se demandait alors si c’était mieux ainsi ou pas.
C’est ainsi que Dayan s’était perdu dans ses pensées alors qu’il était en train de vérifier que tout était en ordre sous le capot d’une des voitures qu’on venait de réparer. Mais la sonnerie de son portable le sortit bien vite de ses songes, et tandis qu’il se nettoyait les mains, il se mit à imaginer qui cela pouvait bien être, bien qu’il ne trouva guère sur le coup. Aurant dire qu’il était plutôt étonné de voir apparaître le nom de Kaylann sur son écran. Qu’est-ce que la p’tite brunette lui voulait, encore ? Comble de l’ironie, elle lui proposait de sortir. Si il avait eu quelque chose de prévu, il aurait refusé de suite, seulement… bah ce n’était pas le cas. Et au moins ça lui éviterait de rester vautré dans le canapé toute la soirée. Il décida donc d’accepter, lui proposant d’aller à la salle d’arcade – le seul endroit qui lui passa par la tête à ce moment-là, à vrai dire – après qu’il ait terminé le boulot.
Et donc, une heure et des poussières plus tard, après qu’il ait fermé le garage comme il en était chargé aujourd’hui, il se rendit à l’Arcade Center. Il se rendit d’ailleurs compte qu’il n’y était pas allé depuis pas mal de temps… la dernière fois qu’il était venu, c’était avant qu’il parte de Beacon Hills. Ça remonte donc à loin, en effet. Arrivé devant le bâtiment, il jeta un coup d’oeil à sa montre, se rendant compte qu’il était en retard de quelques minutes – pour une fois que ce n’était pas d’une heure, on n’allait pas s’en plaindre. Les mains dans les poches de sa veste, il entra, puis jeta un regard circulaire pour tenter d’apercevoir Kaylann. Il la trouva rapidement, penchée sur un flipper, visiblement concentrée dans sa partie. Parfait pour Dayan qui n’hésita pas une seconde à lui faire une petite blague, comme à son habitude ; si il y avait bien une chose qu’il aimait faire avec elle, c’était la taquiner. Il se glissa sans bruit derrière la brunette, qui par chance ne l’avait donc pas encore vu, puis il posa brusquement ses deux mains sur ses épaules en lançant un bruyant «Bouh !». Effet garanti puisqu’elle fit un bond deux mètres, presque terrifiée alors qu’il n’y avait pas vraiment de raison pour qu’elle le soit. Dayan ne put s’empêcher d’éclater de rire devant la tête que tirait la jeune fille. Puis il posa son regard sur son score, affiché sur le tableau au-dessus.
Mouais, tu peux faire mieux. Je te lamine sans problème ! lança t-il, taquin, en la regardant de coin, sans même la saluer d’abord.
It's pretty fun to play with you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


kitsune
avatar

Messages : 314


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Ven 19 Aoû - 19:24



Kaylann



& Dayan

Et si on jouait ?
Alors qu'elle était concentrée sur la petite bille qui lui faisait gagner des points, Kaylann sentit deux mains se poser sur ses épaules. « Bouh ! » s'écria une personne derrière elle, lui faisant faire un bond en arrière tandis qu'elle poussait un cri aigu. Elle se retourna brusquement, sentant son cœur cogner violemment sa poitrine à cause de la peur. Ses yeux se posèrent alors sur Dayan qu'elle fusilla du regard, furieuse qu'il lui ait fait une telle blague. Il voulait qu'elle aie une crise cardiaque ou quoi ? Elle mit quelques instants à reprendre contenance, la frayeur ayant déformé son visage juvénile. Néanmoins, cela sembla beaucoup l'amuser puisqu'il éclata de rire, pas le moins du monde dérangé par l'air colérique de la jeune fille. De toute manière, il savait qu'elle ne lui ferait aucun mal. Elle ne faisait de mal à personne de toute manière. « T'es complètement fou ou quoi ? J'ai failli faire une attaque ! » fit-elle, encore essoufflée par le cri qu'elle avait poussé et la soudaine accélération de son rythme cardiaque. L'air du jeune homme aurait pu la vexer si elle ne le connaissait pas, pourtant elle n'en fit rien. Il adorait faire des blagues, au grand dam de sa pauvre victime qui avait souvent peur pour pas grand chose. Elle n'avait jamais été très courageuse de toute manière, du genre à sursauter au moindre bruit soudain et à crier à tort ou à travers. L'amener dans une maison hanté était la pire idée du monde.

Surprise par la farce de son ami, Kaylann avait évidemment lâché les commandes du flipper et la fameuse bille était donc tombée dans le trou, sonnant la fin de sa partie. Alors qu'elle ne l'avait tout d'abord pas remarqué, trop occupée à se calmer et à ralentir les battements de son cœur, la remarque du jeune homme lui rappela ce détail. « Mouais, tu peux faire mieux. Je te lamine sans problème ! » Ce à quoi elle répondit par un regard presque scandalisé, outrée qu'il lui tienne de tels propos alors qu'il l'avait fait perdre. « C'est de ta faute. Je n'aurais pas perdu si tu ne m'avais pas fait une telle frayeur, » affirma-t-elle en lui montrant du doigt l'endroit dans lequel s'était réfugiée la bille lorsqu'elle avait arrêté de jouer. « T'es qu'un idiot, » ronchonna-t-elle, ressemblant pendant un instant à une enfant mécontente. Kaylann était une mauvaise perdante, c'était bien connu. Ainsi, même pour un jeu aussi idiot, une défaite pouvait l'agacer. Cela pouvait semblait futile, insensé, pourtant c'était bel et bien le cas. Elle détestait perdre. Sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte, ses joues se gonflèrent tandis qu'elle croisait les bras au niveau de ses côtes. Elle jeta alors un coup d’œil à sa montre et esquissa un sourire triomphant tout en relevant son regard noisette vers lui. « Un idiot pas fichu d'arriver à l'heure, » ajouta-t-elle, le taquinant même si elle était bien moins douée que lui pour se moquer. Elle leva pendant un instant le bras, faisant en sorte qu'il puisse lire l'heure.  « Sept minutes, je ne suis vraiment pas fière de toi. » Néanmoins, l'air fier et espiègle de Dayan ne disparut pas, et elle voulut trouver un moyen pour que cela cesse. Décidément, il était bien plus doué qu'elle pour l'embêter. Une idée lui traversa alors l'esprit, rien de très brillant mais soit, cela suffirait. « Si t'es si doué que ça, prouve-le, » le défia-t-elle en désignant d'un coup de menton la machine. Pas qu'elle en doute réellement – elle ne jouait pas souvent à de tels jeux -, mais elle voulait se venger de la peur qu'il lui avait faite. N'étant en aucun cas violente, elle ne trouva pas de meilleure idée, et sans doute qu'il ferait un meilleur score qu'elle, oui, mais elle s'en moquait. Quelque part, même s'il l'agaçait, elle était heureuse d'être avec lui. Parce qu'elle n'était plus seule désormais, et que sa présence lui faisait du bien. Certes, ses blagues étaient stupides et il adorait l'embêter pour tout et n'importe quoi, mais elle ne pouvait nier apprécier le fait qu'il soit là. Même s'il lui avait fait peur, même s'il était arrivé en retard, même s'il avait ri face à sa frayeur, elle était heureuse qu'il soit avec elle ce soir. C'était toujours agréable d'avoir un ami avec qui passer un peu de temps, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Jeu 25 Aoû - 13:49

Dayan Z. Greene & Kaylann Morino
Et si on jouait ?
Sans grande surprise, Dayan se mit à rire de plus belle face au visage défiguré par la peur de Kaylann. C’est vrai qu’il avait une fâcheuse manie à embêter et taquiner tout le monde – ou presque, cela dépendait de la personne quand même –, autant dire que cela en énervait plus d’un. Normalement, cela devrait l’obliger à arrêter ce genre de blagues, mais en fait il n’en a rien à foutre de savoir qu’il a froissé telle ou telle personne à cause de ses gamineries ; au contraire, il continue davantage, histoire d’agacer encore plus la personne qui aurait eu la mauvaise idée de s’énerver pour si peu. Seulement, avec la jeune Morino, ce petit jeu devenait mille fois plus amusant, du moins pour Dayan, alors il ne voyait pas pourquoi il arrêterait un jour de l’embêter comme il a toujours eu l’habitude de faire depuis qu’ils se connaissent tout les deux. C’est plus amusant parce que, déjà, Kaylann n’est pas connue pour être très courageuse, ce qui donne un résultat à mourir de rire entre les sursauts de deux mètres, les petits cris aiguës et les têtes à mourir de rire. Et puis, aussi parce que la petite brunette n’était pas du genre à se venger comme certains, ou alors elle le faisait très mal, du coup Dayan avait toujours un avantage sur elle pour ces petites blagues effrayantes comme celles-là. Ce qui n’était pas pour lui déplaire, bien au contraire.
Oh, pauvre petite, s’exclama t-il, moqueur, avec un grand sourire imbécile.
Bien évidemment, elle ne se vexa pas non plus, ce qui était peut-être aussi une raison de plus pour laquelle le brun ne cessait de la taquiner comme un gamin. Il continua de lui sourire, toujours de la même manière, ce qui lui donnait un air encore plus idiot – même si ça ne semblait pas le déranger plus que ça.
Bien sûr, dis plutôt que t’es nulle !
Bon, là, elle lui avait tendu la perche. En la regardant – naturellement hein, il n’avait pas l’air d’un détraqué mental juste parce qu’il l’observait – tandis qu’elle gonflait les joues et ne cessait de ronchonner car elle venait de perdre la balle métallique et ainsi sa partie, Dayan se posa cette question qu’il se posait toujours lorsqu’il se retrouvait avec elle ; pourquoi il l’appréciait elle, alors que, normalement, il ne pouvait pas supporter les gamins de son genre ? Parce que, c’était quand même un fait, Dayan et Kaylann n’avaient absolument rien en commun, mis à part quelques détails futiles. Elle était studieuse, intelligente, sage et avait la tête sur les épaules. Lui, il enchaînait conneries sur conneries, n’était pas spécialement mature – ou alors rarement – et était loin d’être sérieux avec les études ou ce genre de choses. Raison pour laquelle il avait arrêté l’école assez tôt, d’ailleurs.
Un idiot pas fichu d'arriver à l'heure.
Sa remarque le sortit de ses pensées et il arqua un sourcil, croisant les bras d’un air presque exaspéré, se taisant un instant pour la laisser finir.
Sept minutes, je ne suis vraiment pas fière de toi.
Il roula des yeux en laissant échapper un rire, puis il regarda sa montre, comme pour vérifier qu’elle ne mentait pas. Bon, la sienne avait une minute de retard visiblement, mais elle avait plus ou moins raison.
Je travaille moi mademoiselle, répondit-il d’un air espiègle.
Il ne savait pas trop pourquoi il se justifiait ainsi, il pouvait très bien ne rien dire, mais ce n’était pas très grave car, enfin, elle déclara quelque chose d’intéressant à ses yeux ; elle le défiait de faire mieux qu’elle au flipper. Très mauvaise idée de sa part, il était certain qu’elle le savait d’ailleurs, car il se débrouillait pas si mal avec les jeux de ce genre et le score de la jeune fille n’était pas des plus fameux. Il haussa les sourcils, pointa son index sur elle en lui touchant presque le nez, puis il sortit une pièce de sa poche qu’il inséra habilement dans l’endroit prévu. Il se plaça ensuite devant la machine et débuta enfin sa partie avec un petit sourire malicieux.
Tu n’aurais jamais dû me dire ça, Kay, fit-il, sans quitter la balle métallique, qui partait déjà dans tous les sens, des yeux.
It's pretty fun to play with you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


kitsune
avatar

Messages : 314


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Jeu 25 Aoû - 19:18



Kaylann



& Dayan

Et si on jouait ?
Dayan lui avait fait une peur bleu, et ensuite il riait à gorge déployée, visiblement très amusé par ce qu'il venait de faire. Oui, sans doute que le visage de la jeune fille décomposée par la peur soudaine qu'elle avait eu était drôle à voir, mais elle ne s'était pas attendu à le voir rire autant face à sa remarque. D'ailleurs, il ne tarda pas à répliquer, sachant pertinemment que, même si elle voulait le lui faire croire, elle ne lui en voulait pas. « Oh, pauvre petite. » Les joues de la brune se gonflèrent un instant, comme si elle faisait mine d'être vexée. « Je t'ai déjà dit que je trouvais pas ça drôle, » protesta-t-elle. Evidemment, lui dire cela était vain puisqu'elle était certaine qu'il recommencerait dès qu'il en aurait l'occasion. Vraiment, ce garçon devait être une tête à claques pour beaucoup, heureusement qu'elle était purement et simplement contre la violence. Enfin, cela l'arrangeait sûrement puisqu'il était ainsi certain de ne jamais subir de représailles, ou alors rien de bien méchant. De quoi le faire rire sans doute, et puis cela n'allait jamais très loin. A croire qu'elle lui pardonnait toujours tout, et ce beaucoup trop facilement. Qu'importe, Dayan était ainsi et elle avait appris à faire avec. De toute manière, elle ne pouvait pas le changer, alors à quoi bon ?

« Bien sûr, dis plutôt que t'es nulle. » « Je ne suis pas nulle, » se défendit-elle. « C'est toi qui es idiot, c'est tout. » Ses joues finirent par se vider de l'air qu'elles contenaient et elle lui fit remarquer qu'il était en retard – rien d'inhabituel en fin de compte. A vrai dire, le jeune homme était loin d'être aussi ponctuel qu'elle, ainsi un regard de seulement sept minutes devrait, dans son cas, être félicité puisqu'il ne dépassait pas une heure, si ce n'est deux. Elle faisait cela plus pour se venger que pour autre chose, et ce même si ce n'était pas très efficace. Elle l'observa rouler des yeux puis croiser les bras, et enfin vérifier qu'elle ne disait pas de bêtise en jetant un bref regard à sa montre. Pourquoi aurait-elle menti de toute manière, elle qui le faisait si mal ? Comme si le fait qu'elle enchaînait les maladresses à l'oral ne suffisamment, il fallait en plus qu'elle soit de ces personnes à penser que l'honnêteté était la meilleure des stratégies. Rien de bien productif pour ce qui était de duper quelqu'un, c'était certain. « Je travaille moi mademoiselle. » Kaylann leva les yeux au ciel, geste dépourvu de toute insolence, simplement pour lui faire comprendre qu'elle trouvait cela stupide, d'autant plus que son ton avait pour seul but – encore une fois – de l'embêter. « Moi aussi je te ferai dire, et pourtant je suis à l'heure. » A vrai dire, aujourd'hui, elle ne travaillait pas, mais elle n'était pas obligée de lui préciser... si ? Tant qu'il ne lui demandait rien, elle pourrait garder le silence, quoique cela n'avait pas grande utilité en fin de compte. « T'es juste en retard, t'as pas d'excuse... Et se goinfrer de chips sur le canapé, ça ne compte pas, même si elles étaient sans doute très bonnes, » ajouta-t-elle, tentant à son tour de paraître espiègle, ce qu'elle faisait plutôt bien d'ailleurs – même si cela pouvait sembler étonnant.

Elle songea alors à le défier au flipper, ce qu'elle fit sans trop y réfléchir – et sans doute aurait-elle dû tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. Elle qui jouait très rarement à ce genre de jeu – et ce même si elle n'habitait pas très loin de la salle d'arcade – n'avait sans doute aucune chance face à Dayan, ce qu'elle comprit d'autant plus lorsqu'il arbora un air bien trop confiant à son goût. Vraiment, elle aurait dû se taire. De plus, elle était certaine qu'il n'hésiterait pas à se moquer d'elle une fois le défi remporté. Pas méchamment bien sûr, mais suffisamment pour rendre les joues de la jeune fille plus rouge que des coquelicots – ce qui n'était pas si compliqué finalement. Elle le vit alors récupérer une pièce de sa poche, la glisser sans grand souci dans la fente et se placer devant le flipper. Pendant une seconde, la jeune fille songea au fait qu'elle aurait pu la faire tomber et se trouva complètement idiote, n'en disant pourtant rien. Elle remarqua alors le sourire malicieux qu'arborait le jeune homme et afficha encore une fois une mine renfrognée tandis qu'il commençait sa partie. « Tu n'aurais jamais dû me dire ça, Kay. » « Macho va, » répliqua-t-elle en serrant un peu plus ses bras croisés. Sa moue boudeuse dura quelques instants puis elle s'approcha doucement de lui. Un sourire quelque peu étrange venait de fleurir aux coin de ses lèvres lorsqu'elle appuya par dessus la main de Dayan pour atteindre le bouton situé en dessous. Elle regarda la balle glisser jusqu'au trou sans qu'il ne puisse rien faire – à cause d'elle évidemment – puis releva son regard vers lui. « Perdu, » fit-elle, arborant à son tour un air espiègle qui semblait adorable sur son visage juvénile. Pas qu'elle soit spécialement une tricheuse – quoique si, en fait, il n'était pas rare qu'elle triche pour gagner à un jeu, étant excessivement mauvaise perdante –, mais elle devait reconnaître que faire cela l'avait beaucoup amusée, qu'importe la réaction de son amie qui devait désormais la considérer comme une véritable enfant, du moins s'il ne le savait pas déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Ven 26 Aoû - 18:37

Dayan Z. Greene & Kaylann Morino
Et si on jouait ?
Bien sûr, qu’elle ne trouvait pas ça drôle, parce que la seule personne qui riait comme un imbécile à une blague si futile n’était autre que Dayan. Il n’y avait que lui pour se comporter comme un idiot de cette manière, de toute façon, surtout pour si peu. La plupart des gens trouveraient ça franchement puéril, et ils auraient totalement raison, sauf qu’il n’en a rien à faire de ce que pensent les gens. Il parierait d’ailleurs n’importe quoi que les quelques personnes présentes dans la salle d’arcade les regardaient – ou plutôt le regardaient lui – avec surprise vu comment il rigolait, mais encore une fois, il s’en foutait royalement. Le ridicule ne tuait pas, et encore heureux car il serait déjà mort à l’heure qu’il est.
Pourtant je trouve ça très drôle moi, déclara t-il, sarcastique.
Encore une fois, elle gonfla les joues d’un air vexé, geste que Dayan trouvait franchement enfantin. La dernière fois qu’il avait vu quelqu’un faire ça, ce quelqu’un en question avait environ cinq ans. Au moins, et pour une fois, ils étaient à peu près sur la même longueur d’ondes ; ils paraissaient tout deux pour des gamins, ou alors à des idiots dont la cervelle faisait la taille d’un pois chiche. Pas sûr que cela soit très mature en soit.

Je ne suis pas nulle, c’est toi qui es idiot.
Avoue-le, t’es surtout nulle, répondit-il du tac au tac.
Il pencha ensuite légèrement la tête vers elle, la regardant du coin de l’œil, comme pour observer sa réaction bien que c’était plus pour l’embêter et se moquer d’elle qu’autre chose, histoire de ne pas changer. En fait, sur ce coup-là, elle n’avait pas forcément tort. En fait elle avait à moitié raison ; elle était nulle – enfin, moins forte que lui –, mais lui était un véritable idiot, en effet. Même lui le savait pertinemment, pas besoin de le lui rappeler parce qu’il se le disait souvent à lui-même – si, c’est tout à fait normal. Enfin, qu’importe. Le problème, c’est que, si on les comparait tout les deux, Kaylann avait plus souvent raison que lui. Peut-être parce qu’elle était un petit génie, ou peut-être parce qu’il était un imbécile de première – encore plus lorsqu’il traînait avec des gens qu’il appréciait, sûrement. Et Dayan, en plus de détester lorsqu’il avait tort, refusait toujours de l’admettre.
Puis elle renchérit sur le fait qu’elle avait elle aussi travaillé, ce qui démontrait que son excuse – quoique valable et honnête, pour une fois – ne marchait pas. Il se mit à réfléchir deux minutes, même si il ne le laissa paraître en levant légèrement les yeux au ciel pendant quelques secondes, pensant d’abord qu’elle parlait de l’école, jusqu’à ce qu’il se souvienne qu’elle avait un job à mi-temps dans un café, ou quelque chose de ce genre. Il ne comprenait pas trop d’ailleurs, il lui semblait qu’elle et sa mère – que tout le monde pensait être sa sœur, lui y compris, jusqu’à ce qu’il comprenne et découvre tout ce charabia sur les kitsunes dont il n’avait absolument pas connaissance jusqu’à sa rencontre avec Kay à vrai dire – n’étaient pas en difficulté financièrement. Il avait un peu de mal à imaginer les situations des autres alors que lui avait toujours été dans une merde pas possible avec sa famille, en fait. Elle rajouta ensuite que «se goinfrer de chips sur le canapé», comme elle le disait si bien, ne comptait pas non plus comme une excuse. Encore une fois, elle n’avait pas tort sur le fait que ça aurait pu être la véritable version, seulement pour une fois… ça ne l’était pas.
Crois ce que tu veux, pour une fois que je mens pas, avoua t-il avec un sourire de coin.

Désormais, il était totalement concentré sur sa partie de flipper, ne quittant pour rien au monde la petite balle métallique des yeux. Il appuyait énergiquement sur les boutons, se mordant même la lèvre inférieure tant il était concentré dans ce qu’il faisait. Il n’entendit même pas la petite remarque futile de Kaylann sur le fait qu’il serait apparemment un macho – ce qui n’était peut-être pas faux, en fait – tellement il était absorbé par le jeu. Qu’importe la tête qu’il avait, il préférait ça plutôt que voir son ego faiblir devant la brunette juste parce qu’il aurait un score plus bas que le sien, alors qu’il semblait persuadé – et était persuadé – qu’il ferait bien mieux qu’elle. Honte à lui si ce n’était pas le cas, vraiment. Les lumières du jeu ne cessaient de cligner au fur et à mesure des mouvements de la balle, tandis que le flipper laissait parfois échapper des petites mélodies ou des bruits d’une demi-seconde à peine, sûrement lorsqu’il faisait un «move de génie» comme il avait l’habitude de le dire. Seulement et soudainement, il sentit une étrange pression sur ses deux doigts eux-mêmes posés sur le bouton de gauche, ce qui fait que la balle, mal poussée par ce geste non voulu, tomba dans le trou et sa partie se termina ainsi. Il resta un instant bloqué, les yeux encore rivés sur le jeu alors qu’il ne se passait plus rien, puis il comprit enfin ce qu’il venait de se passer lorsqu’il entendit le petite voix de Kaylann, visiblement fière de ce qu’elle venait de faire. Il entrouvrit la bouche, prenant un air exagérément outré, puis tourna la tête vers la brunette à l’air espiègle.
Hey ! s’exclama t-il brusquement. C’est de la triche ça !
Il jeta aussitôt un coup d’œil à son score, priant presque pour que ce dernier ne soit pas plus bas que celui de la jeune fille. Visiblement non, car il avait… cent points de plus. C’était pas fameux, mais il avait quand même réussi le défi ; il esquissa alors un grand sourire moqueur et bomba le torse, victorieux.
Mais j’ai quand même fait mieux que toi, ah !
Et à ces dires totalement immatures et dignes d’un gosse de cinq ans et demi, il reprit de plus belle pour commencer sa deuxième partie, jetant tout de même un regard à Kaylann en lançant :
Et ne t’avise pas de recommencer, parce que sinon tu vas le regretter !
It's pretty fun to play with you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


kitsune
avatar

Messages : 314


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Ven 26 Aoû - 20:01



Kaylann



& Dayan

Et si on jouait ?
« Pourtant, je trouve ça très drôle moi. » A nouveau, son sarcasme ne le vexa pas et elle eut pour toute réaction un regard vers le ciel qui signifiait clairement qu'il était désespérant. Elle n'était même pas certaine d'être encore capable de se vexer à cause de ses paroles. Pas qu'elle n'était pas une personne susceptible – elle était tout de même une adolescente, et ce malgré son quotient intellectuel bien supérieur à la moyenne – mais avec lui tout était... différent. Elle avait l'habitude de ses taquineries en fin de compte, et elle avait même fini par y prendre goût, sans doute parce qu'un Dayan sans cet immaturité qui lui était propre n'était pas celui qu'elle connaissait et appréciait tant. Elle aimait ces moments qu'ils passaient ensemble malgré toutes les attaques minimes qu'il lui lançait. Ses blagues, ses petites moqueries... c'était quelque part la base de leur relation bien étrange, et cela lui convenait parfaitement. Avec lui, elle n'avait pas à être cette jeune fille de dix-sept avec deux années d'avance, un petit génie censé être irréprochable. Non, à ses côtés elle était une véritable enfant qui semblait même fière de se comporter ainsi. Et puis, il n'était pas franchement mieux alors bon, elle pouvait bien se le permettre. « Evidemment, seuls les idiots rigolent à leurs propres blagues, » se moqua-t-elle donc, sa voix pourtant dépourvue de toute once de méchanceté possible. « T'as pas encore remarqué ? » ajouta-t-elle, un fin sourire étirant ses lèvres d'adolescente.

« Avoue-le, t'es surtout nulle. » « T'es surtout idiot, » rétorqua-t-elle à son tour sans trop y réfléchir, véritable tête de mule qui ne voulait pas se démonter une fois de plus face à son aîné – et ce même s'il était un parfait idiot. Pas qu'elle était particulièrement douée au flipper – elle n'y jouait que rarement à vrai dire – mais elle tenait à lui tenir tête pour l'agacer surtout. Peut-être aussi pour se venger de la peur bleue qu'il lui avait faite en arrivant, et puis parce qu'elle était connue pour sa ferveur et sa détermination. Même pour quelque chose d'aussi idiot, elle n'avait pas l'intention de lâcher l'affaire, se moquant bien d'avoir l'air d'une enfant mécontente – ce à quoi elle devait sans mal ressembler lorsqu'elle gonflait ses joues, son visage juvénile n'aidant en rien.
Elle renchérit ensuite quant à son retard, et ce même s'il semblait infime. Qu'importe, c'était tout de même une petite victoire, n'est-ce pas ? Elle le taquina un instant par rapport à sa gourmandise évidente – quoiqu'elle n'était pas mieux concernant cela, mais soit, passons –, arborant un air qu'il devait sûrement trouver idiot sur elle. « Crois ce que tu veux, pour une fois que je mens pas. » Le sourire en coin du jeune homme l'obligea presque à répliquer, comme si elle voulait à tout prix lui prouver qu'elle avait raison et lui tort – pas malin venant d'une gamine de dix-sept ans purement pacifiste et affublée d'une timidité maladive.
« J'aime bien le "pour une fois" qui veut clairement dire que t'es un gros menteur en temps normal, » lui fit-elle remarquer, cherchant une fois de plus à l'embêter même si cela ne semblait pas tant le déranger que cela. « Fais attention, tu risquerais de culpabiliser pour tous tes retards... » Après un discret sourire taquin lui étant adressé, elle haussa brièvement les épaules, comme pour accentuer la nonchalance de sa dernière remarque tandis qu'elle cherchait une nouvelle manière de se venger.

Elle finit par trouver quelque chose de bien peu malin, le défiant de faire mieux qu'elle au flipper alors qu'elle était loin d'être la plus talentueuse à ce jeu là. Vraiment, pour un génie elle n'avait pas beaucoup réfléchi, et cette idée était d'une bêtise sans pareil. Néanmoins, espiègle mais surtout mauvaise perdante, la jeune fille décida de faire perdre Dayan beaucoup plus vite que prévu. Elle n'eut pas grand mal à le faire – à vrai dire il ne s'attendait sans doute pas à la voir agir ainsi – et le taquina, un grand sourire barrant son visage tant elle était fière d'elle. Il resta un instant sans bouger puis se redressa et la regarda, l'air presque scandalisé. « Hey ! C'est de la triche ça ! » « J'appelle ça de la légitime défense, » répliqua-t-elle tandis qu'un léger rire s'échappait de ses lèvres. « Mais j'ai quand même fait mieux que toi, ah ! » La jeune fille jeta un bref regard au score de son ami, déçue de constater qu'il ne mentait pas. Néanmoins, elle insista, décidée à ne pas se laisser faire si facilement. « De seulement cent points ? Toi qui te vantais d'être bien plus douée que moi, je t'avouerais être déçue par tes performances. » Elle esquissa un sourire légèrement moqueur, tout cela avec cette douceur juvénile qui prouvait qu'elle était incapable d'être méchante avec les autres. « En plus t'as l'air d'un enfant, tu devrais pas être fier. T'es censé être le plus mature de nous deux je te rappelle, » ajouta-t-elle face à sa position, notamment son torse bombé de manière absolument ridicule. Puis il se détourna et entama une deuxième partie, lançant un avertissement à Kaylann avant de braquer son regard sur la fameuse bille métallique qui parcourait l'intérieur coloré de la machine. « Et ne t'avise pas de recommencer, parce que sinon tu vas le regretter ! » « Comme si j'allais écouter un bébé de cinq ans, » répondit-elle simplement en se décalant d'un pas ou deux pour se placer juste derrière lui. Elle tenta alors de lui faire des chatouilles mais, voyant que cela ne fonctionnait pas, elle abandonna bien vite cette idée particulièrement immature pour se contenter de glisser ses deux mains sur les yeux de son ami, l'empêchant tout simplement de voir ce qu'il faisait. Vraiment, elle n'était sans doute jamais plus immature que lorsqu'elle était avec lui, prête à tout pour le voir perdre et avoir tout bêtement raison. Le pire étant qu'elle s'en moquait – du moins pour l'instant –, profitant simplement de sa présence qui lui faisait un bien fou après avoir passé de trop nombreuses soirées seule dans un petit appartement – quoiqu'il ne l'était pas tant que ça en fin de compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Ven 26 Aoû - 21:02

Dayan Z. Greene & Kaylann Morino
Et si on jouait ?
Ce qu’il y avait de plus marrant entre ces deux-là – du moins sûrement, et du point de vue de Dayan –, c’est que ni l’un ni l’autre ne voulait lâcher l’affaire lorsqu’il s’agissait de se lancer des piques et des taquineries en tout genre. Même si il était souvent le premier à commencer ces idioties de première catégorie, il faut dire que Kaylann pouvait être vachement bornée quand elle voulait avoir le dernier mot, même si elle n’était pas aussi doué que cet imbécile de Dayan pour taquiner ce dernier. Au moins elle essayait, et ça le faisait franchement marrer. Surtout qu’en y pensant, ils n’en finiront pas de si tôt, peut-être même qu’ils seraient encore là demain matin en train de se chamailler comme des véritables gamins.
Évidemment, seuls les idiots rigolent à leur propre blague. Elle sourit, étirant ses fines lèvres d’un air malicieux lui donnant un air encore plus enfantin que d’habitude. T’as pas encore remarqué ?
Dayan ne répondit pas de suite. Il sourit aussi, en fait il souriait depuis le début de manière idiote, gardant cette tête qui laissait penser qu’il était véritablement amuser de cette scène ridicule. Il se mit à la regarder, sans rien dire, la détaillant juste silencieusement. En fait, d’une manière ou d’une autre, elle lui rappelait considérablement sa petite sœur. Elles n’avaient pourtant pas le même âge, mais elles se ressemblaient tant – pas physiquement, mais de par leur personnalité. Peut-être que c’était pour ça qu’il l’appréciait plus que les autres gamines de son âge et surtout de son genre.
Mais ça ne veut pas dire que je suis idiot, répliqua t-il, après s’être ressaisi en abandonnant ses pensées quelque peu étranges, ça veut dire que je suis un génie incompris.
Dayan haussa les sourcils, puis son petit sourire s’agrandit, visiblement fier de sa petite remarque.

Mais t’es nulle.
Non décidément, leur petit jeu n’allait pas s’arrêter maintenant, bien au contraire. De son côté, Dayan pouvait faire ça pendant des heures, et il était sûr que la brunette aussi. Elle avait beau ne pas être aussi douée que lui pour le taquiner, il devait bien reconnaître qu’elle était bornée comme pas possible et qu’elle ne lâchait jamais aussi facilement une affaire comme celle-là. Avec cette pensée, il se rendit d’ailleurs compte qu’il commençait à bien la connaître, cette gamine – gamine seulement âgée de trois ans de moins que lui, m’enfin qu’importe, ça semblait déjà énorme, surtout lorsque l’on comparait ces deux-là. De toute manière, en y réfléchissant bien, Kay n’était pas une de ces personnes mystérieuses ou qui pouvaient très bien cacher leur jeu, ce qui amenait les autres à la décerner très facilement, même sans l’avoir fréquenté des années et des années, comme Dayan par exemple.
J'aime bien le "pour une fois" qui veut clairement dire que t'es un gros menteur en temps normal.
Il devait bien l’avouer, celle-là était bien joué. Il ne put d’ailleurs le cacher, car aussitôt la remarque sortie de la bouche de la jeune fille, Dayan se mit à rire en détournant un instant le regard. Le temps qu’il fasse ce geste, elle répliqua sur le fait qu’à force d’être aussi souvent en retard, il finirait par culpabiliser, ce qui laissa place à une sorte de surprise sur le visage du jeune homme. Lui, culpabiliser pour des retards ? Pas le moins du monde ! C’était dans sa nature, pourquoi il culpabiliserait pour quelque chose qui faisait indéniablement partie de lui ? Non en fait, en y réfléchissant, cette phrase était très mal choisie et ne lui convenait pas tellement, surtout en ce moment.
Laisse-moi rire, jamais je ne culpabiliserai d’être en retard, crois-moi ! finit-il par lancer malgré tout, l’air presque sérieux bien que l’on comprenait sans mal qu’il plaisantait au vu du ton qu’il avait employé.

Et voilà qu’elle se mettait à l’emmerder pendant qu’il jouait, tout d’abord en appuyant sur un bouton alors qu’il ne voulait absolument pas le faire, ce qui l’avait amené à perdre, forcément, sinon c’est pas drôle. Ceci dit, elle avait de la chance d’être Kaylann, car il ne l’aurait peut-être pas pris avec autant d’humour si c’était quelqu’un d’autre. Peut-être qu’il se serait même énervé, non parce que, il faut quand même l’avouer, ça obligeait certains à commettre des meurtres ce genre de comportements pendant que l’on jouait… non ?
J’appelle ça de l’anti-jeu moi, déclara t-il, toujours du tac au tac, en haussant les sourcils.
Puis elle enchaîna – encore et toujours, bien évidemment – sur le fait qu’elle était déçue de ses performances en sachant qu’il l’avait dépassé de très peu, et il devait bien l’avouer, il était déçu aussi. Parce que cent points, c’était pas énorme, il aurait préféré avoir une marge de mille points, voire plus, histoire de garder sa fierté intacte si vous voyez où je veux en venir.
En plus t'as l'air d'un enfant, tu devrais pas être fier. T'es censé être le plus mature de nous deux je te rappelle.
J’ai signé nulle part pour ça moi, désolé !
Il leva les deux mains, l’air totalement innocent – pour une fois il n’avait pas tout à fait tort, niveau maturité, ce n’était pas du tout le meilleur des deux en ce moment même, disons qu’il pouvait faire mieux… enfin sûrement. Ou peut-être pas, en fait, connaissant Dayan. Enfin, trève de bavardages, suite à ça il se remit aussitôt au boulot et commença sa nouvelle partie, encore plus concentré que la précédente, quoiqu’en réalité il ne l’était pas trop car il tentait surtout de surveiller la jeune fille, histoire qu’elle ne lui fasse pas un deuxième coup bas pour qu’il perde. Pour l’instant, il ne s’en sortait pas trop mal, même lorsqu’elle se plaça derrière lui pour le chatouiller. Il en lâcha un rire, mais seulement parce qu’il trouvait cela complètement ridicule en sachant qu’il n’était pas spécialement chatouilleux, ou du moins pas autant que certaines personnes. Il continua donc de jouer, déjà prêt à répliquer face au cuisant échec de la jeune fille et à son abandon pour le déstabiliser, mais il aurait parlé trop vite car voilà que maintenant, elle lui cachait la vue avec ses mains, ce qui eut cette fois-ci le don de le faire protester :
Hé ! Bouge de là l’Minimoy !
Heureusement pour lui, il réussit à regarder à travers ses doigts, et ainsi continuer sa partie dont le score avait largement dépassé son précédent et donc celui de Kaylann. Finalement, il perdit la balle après quelques minutes de jeu, mais en voyant son score s’afficher – et qui était cette fois-ci supérieur de plusieurs milliers de points à celui de Kaylann –, il recula soudainement de la machine et écarta les bras en lançant un «Boum !», les yeux rivés sur la jeune fille, visiblement fier de son exploit pourtant sans importance.
It's pretty fun to play with you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


kitsune
avatar

Messages : 314


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Sam 27 Aoû - 16:51



Kaylann



& Dayan

Et si on jouait ?
« Mais ça ne veut pas dire que je suis idiot, ça veut dire que je suis un génie incompris. » Elle ne put alors se retenir de rire à nouveau, trouvant sa remarque totalement absurde. Avait-il vraiment oublié qui elle était, ne serait-ce qu'un court instant ? Il allait vraiment devoir apprendre à tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler, cela devenait important. « Tu veux vraiment t'engager sur ce terrain là avec moi ? » fit-elle, une lueur de défi dans le regard tandis qu'elle ne cessait de sourire.« Si c'est ça, alors t'es encore plus idiot que ce que je pensais... vraiment. Ou alors t'as la mémoire courte, » supposa-t-elle de manière absurde, gardant ce sourire en coin presque espiègle qu'elle adorait arborer aux côtés du jeune homme. Vraiment, Dayan avait un don pour avoir l'air d'un parfait imbécile – si ce n'était pas sa véritable nature – et la jeune fille adorait s'en servir, n'ayant pas beaucoup de raisons de se moquer de lui autrement. A vrai dire, ses remarques n'avaient rien de méchant, et si elle l'embêtait autant c'était simplement parce qu'elle trouvait ses réactions presque hilarantes. Elle n'avait pas besoin de se prendre la tête et de faire attention à ses mots lorsqu'elle lui parlait, elle pouvait dire ce qui lui passait par la tête sans qu'il ne se vexe pour bien peu. Il avait au moins la maturité de comprendre qu'elle plaisantait et ne le pensait pas réellement, et puis il savait bien lui rendre la pareille en fin de compte. Notamment en lui répétant qu'elle était nulle, et ce même s'il savait pertinemment que la peur qu'il lui avait faite était la cause de sa défaite. Comment aurait-elle pu continuer à jouer après avoir fait un bon de deux mètres ? Evidemment, elle ne pouvait s'empêcher de rétorquer, détestant avoir tort, d'autant plus face à lui. « Mais t’es nulle. » « Non. » Elle semblait impartiale, comme si elle refusait à tout prix de le laisser gagner à ce petit jeu, et ce même s'il était complètement absurde. Têtue, bornée, rébarbative, elle l'était sans nul doute, d'autant plus lorsqu'elle agissait ainsi, mais puisque Dayan l'était tout autant cela ne la dérangeait pas tant que ça d'avoir l'air d'une enfant. « Est-ce que je dois vraiment te répéter que tu es un idiot ? » demanda-t-elle en affichant un sourire espiègle, ayant l'air d'une petite fille qui cherchait à embêter son monde en permanence.

Ils abordèrent ensuite le retard du jeune homme, ce dernier ne semblant absolument pas s'en vouloir pour cela. Alors qu'elle le taquinait, lui faisant remarquer que s'empiffrer comme il le faisait sans doute souvent n'était pas une excuse, il affirma ne pas avoir menti et avoir réellement travaillé avant de venir – ce dont elle ne doutait pas à vrai dire. Néanmoins, elle continua de l'embêter, profitant de son manque de ponctualité pour le chercher à nouveau. Elle qui n'aimait pas être la dernière à arriver quelque part pouvait bien en profiter pour une fois, quoique cette fois-ci elle aurait sans doute dû arriver plus tard pour ne pas être effrayée par son ami. « Laisse-moi rire, jamais je ne culpabiliserai d’être en retard, crois-moi ! » « L'espoir fait vivre, que veux-tu, » objecta-t-elle, haussant à nouveau les épaules. « J'ai bien le droit de rêver, non ? » Son sourire s'agrandit un instant, signe qu'elle le taquinait gentiment une fois de plus. Même si elle savait qu'il s'en moquait pas mal, elle trouvait cela très amusant et refusait de s'en priver, consciente que ça ne le blessait pas. Il n'était pas du genre à se vexer pour si peu à vrai dire, et elle n'avait jamais réussi à le mettre en colère d'ailleurs. Si, lorsqu'elle lui avait avoué sa vraie nature, il l'avait prise pour une folle pendant un moment, il avait fini par comprendre, et ce sans même se laisser emporter par la colère. Vraiment, ce calme dont il faisait preuve avec elle était assez impressionnant. Pas qu'elle soit méchante ou excessivement pénible, mais, comme toute adolescente, il lui arrivait sans doute d'être agaçante, même avec lui. Pourtant, il ne réagissait qu'à peine, gardant cet air imbécile au visage. Peut-être était-ce grâce à cela qu'ils étaient amis après tout.
« J’appelle ça de l’anti-jeu moi. » « Et c'est exactement ce que tu as fait en arrivant, donc tu es un tricheur et un idiot, et je ne suis pas nulle, » rétorqua-t-elle, la tête haute, comme toute fière de la vérité qu'elle venait de dire. Elle affirma ensuite qu'il était immature et que, pour un jeune homme de trois ans de plus qu'elle ce n'était pas normal, ce à quoi il répondit sans hésiter, levant les deux mains en l'air tout en arborant un air innocent complètement stupide, comme s'il venait d'être arrêté par la police mais en plus comique. « J’ai signé nulle part pour ça moi, désolé ! » « Pas besoin de signer Papi, ça arrive en même temps que les cheveux blancs. » Elle s'approcha alors de lui et se mit sur la pointe des pieds afin de pouvoir voir un peu mieux sa chevelure brune qu'elle ébouriffa ensuite. « J'en vois déjà quelques uns si tu veux savoir, » fit-elle remarquer, malicieuse tandis qu'elle reculait d'un pas, tout sourire face à sa petite victoire.

Il recommença alors à jouer, et cette fois-ci elle trouva un autre moyen de l'embêter. Les chatouilles furent un échec – de toute manière elle aurait dû s'en douter – alors elle tenta de lui cacher les yeux, peinant malgré tout à le faire puisqu'il était plus grand qu'elle. « Hé ! Bouge de là l’Minimoy ! » « Je ne suis pas une Minimoys ! » protesta-t-elle sans retirer ses mains – incroyablement petites comparées à d'autres d'ailleurs – du visage du jeune homme. Sa tentative fut néanmoins un échec puisqu'il semblait qu'il pouvait voir entre ses doigts pour jouer – ou alors quelque chose clochait vraiment chez lui, allez savoir. Il continua de jouer durant plusieurs minutes tandis que Kaylann ne pouvait pas voir ce qu'il faisait, trop occupée à masquer ses yeux du mieux qu'elle le pouvait. Lorsque la partie s'acheva enfin, il se dégagea sans mal de son étreinte, reculant vivement pour écarter les bras en criant : « Boum ! » Il avait l'air complètement idiot, et pourtant il semblait incroyablement fier de lui, comme si avait accompli un véritable exploit. La jeune fille jeta un rapide coup d’œil au score de son ami et faillit se décomposer. « Tu trouves ça drôle ? » maugréa-t-elle, ses joues se gonflant à nouveau tandis qu'elle le fusillait du regard, semblant vexée. Elle avait lamentablement perdu, et il l'avait magistralement écrasé de plusieurs milliers de points. De quoi la rendre grognonne sans nul doute, d'autant plus lorsque l'on connaissait son caractère de mauvaise perdante confirmée et souvent mauvaise joueuse qui plu est. « Ça n'empêche que tu n'es qu'un idiot sans cervelle ! » fit-elle, furieuse, trépignant presque tandis qu'il affichait cet air satisfait qui pouvait en agacer tant. « Arrête de sourire, tout le monde sait que c'est qu'un coup de bol ! » lança-t-elle afin qu'il cesse de se moquer d'elle ouvertement, malgré tout certaine qu'il n'arrêterait pour rien au monde de le faire. « Sans moi t'aurais fait beaucoup moins, c'est sûr, » ajouta-t-elle, se moquant bien de paraître de mauvaise foi. Elle pouvait bien l'être de toute manière, comme toute mauvaise perdante qui se respectait. Elle détestait échouer, et ce depuis qu'elle était petite. Déterminée, elle s'appliquait toujours au mieux pour réussir tout ce qu'elle entreprenait, refusant obstinément d'abandonner ou de renoncer. Tout comme elle détestait avoir tort, elle détestait aussi perdre, ce qui pouvait s'avérer très agaçant lorsqu'elle jouait à un jeu. Sans doute était-ce parce que, de par son intelligence quasiment exceptionnelle, elle n'avait pas l'habitude d'être contredite ou de se tromper. Pas qu'elle se sentait supérieure aux autres, mais elle ne supportait pas cela. C'était idiot, immature, mais après tout que pouvait-elle face à son propre caractère ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Lun 29 Aoû - 15:47

Dayan Z. Greene & Kaylann Morino
Et si on jouait ?
Pendant un court instant, Dayan parut quelque surpris de la manière dont elle lui sortit ça. Un peu hébété, il haussa les sourcils et sa tête eut même un geste de recul, exagérant certainement son air outré bien qu’il était vraisemblablement étonné des propos de la jeune fille. Depuis quand Kaylann prenait un malin plaisir à se vanter, d’abord ? Bon d’accord, ce n’était pas vraiment se vanter ça, il avait bien compris que c’était surtout pour l’embêter plus qu’autre chose, m’enfin quand même. Elle avait beau être bornée, il se rendit peu à peu compte qu’il l’avait toujours connue comme étant celle qui riait aux blagues et qui n’était pas spécialement douée pour renchérir par dessus une taquinerie qu’aurait pu lui lancer n’importe qui. À croire que ce soir, elle était décidée à ne pas se laisser faire – parce que, il fallait bien avouer que d’habitude, elle ne le faisait pas autant que maintenant. Ça avait un côté particulièrement drôle, c’est vrai, mais il avait l’impression que ça ne lui ressemblait pas vraiment. Comme si les paroles qu’elle débitait ne correspondait pas à la Kaylann Morino de d’habitude. Enfin, qu’importe, ce n’était pas non plus la fin du monde, elle avait bien le droit de lui rendre la pareille de temps en temps. Alors le jeune homme se contenta de l’imiter pour toute réponse à ses piques : il leva les yeux au ciel, puis mima des semblants de «bla, bla, bla» avec ses lèvres, le tout en jouant avec sa main droite qu’il ouvrait et fermait en rejoignant son pouce et le reste de ses doigts. C’était surtout parce qu’il n’y avait pas grand-chose à dire à ça qu’il faisait l’imbécile ainsi, en fait. Et puis, elle continua, insinuant cette fois-ci qu’elle devait peut-être répéter en disant qu’il était un parfait idiot. Encore une fois, il roula des yeux, puis un air faussement exaspéré vint s’installer sur son visage.
Non ça ira, garde ta salive au lieu de dire des mensonges, répliqua t-il alors en lui adressant un grand sourire imbécile.

D’un côté, cette attitude à toujours vouloir la taquiner pour la même, seule et unique chose montrait bien que Kay n’avait pas beaucoup d’idées pour l’embêter comme il le faisait. Il n’était pas aussi douée qu’elle pour ce qui était des mathématiques ou les cours en général, mais au moins, il était certain d’une chose : c’est qu’il était vachement plus douée qu’elle pour faire l’idiot de première. Oui, et bah pour une fois qu’il pouvait se lâcher avec quelqu’un, il n’allait pas se passer d’une occasion comme celle-ci. Si il faisait ça avec les gens avec qui il traînait habituellement, autant dire qu’il se ferait dire qu’il n’y aurait pas la même réaction du côté de ses interlocuteurs.
L’espoir fait vivre, que veux-tu, fit-elle remarquer. J’ai bien le droit de rêver, non ?
Bien sûr, fais-toi plaisir.
Suite à ça, il sourit et haussa lui aussi les épaules, continuant de regarder la demoiselle qui n’avait pas l’air de vouloir lâcher l’affaire, encore une fois, pour une chose aussi futile et inutile. Est-ce qu’elle s’ennuyait à ce point pour faire ça ? Sûrement, enfin ceci dit si elle lui avait proposé de venir la rejoindre c’était pas pour rien. Et si lui avait accepté, ce n’était pas pour rien non plus. Suite à cela, la brunette rétorqua qu’il avait agi de la même manière avec elle lorsqu’il était arrivé, ce à quoi il n’avait pas grand-chose à répondre car c’était plus ou moins la vérité. Enfin, lui l’avait fait pour rigoler, elle l’avait fait parce qu’elle était une mauvaise joueuse, ce n’était pas pareil. Cependant, il se contenta de faire semblant de réfléchir, puis d’hausser vaguement les épaules avec un air qui disait presque «Ouais, pas faux». Disons que, niveau arguments pour tenir tête à quelqu’un, Dayan n’était pas forcément le plus fort.
Pas besoin de signer Papi, ça arrive en même temps que les cheveux blancs, déclara t-elle ensuite lorsqu’il prétendit qu’il n’était absolument pas obligé de donner l’exemple à qui que ce soit.
Le jeune homme roula des yeux d’un air vraisemblablement exaspéré, et au même moment Kaylann s’approcha de lui, se mit sur la pointe des pieds afin d’atteindre sa taille, puis elle fit mine d’examiner ses cheveux tout en annonçant qu’elle voyait déjà des cheveux blancs, avant de les ébouriffer comme on le ferait à un gamin de six ans. Dayan chassa alors sa main comme si il chassait une mouche, puis il claqua sa langue contre son palais et prit un air faussement indigné, avant de lui répondre en levant la tête, les yeux fermés :
C’est à cause de toi ça, tu m’épuises tellement que je prends de l’âge.

Enfin, vient le moment de gloire pour le jeune homme qui venait de battre le score de Kaylann, gagnant ainsi haut la main le défi que lui avait lancé l’adolescente. Il venait à peine de lâcher les commandes du jeu – avant de faire son petit numéro qui n’était pas forcément des plus matures, mais que voulez-vous, c’est Dayan – qu’elle commençait déjà à se plaindre et râler sans même lui lancer le temps de répliquer. Du genre mauvaise joueuse, il ne pouvait pas y avoir pire qu’elle, très sérieusement. À la regarder bouder ainsi, elle ressemblait sans nul doute à une enfant à qui on venait de refuser de lui donner une friandise ou à qui on avait confisqué son jouet favori. En soit, elle n’avait pas l’air très maline, à se vexer et se fâcher pour si peu, continuant de débiter des remarques qui n’avaient presque aucun sens. Comme il n’avait pas le temps de parler entre deux tant elle enchaînait ses phrases – qui montraient d’ailleurs à quel point elle était ridiculement stupide de se comporter ainsi, même si il n’était pas le moins du monde étonné de sa réaction – Dayan la regarda donc sans rien dire, les bras croisés, un sourire narquois au coin des lèvres et un sourcil arqué, l’air presque amusé.
C’est bon, mademoiselle a terminé ? lança t-il dès qu’elle eut enfin terminé.
Il haussa cette fois-ci les deux sourcils, puis il reprit un air moqueur, histoire de l’embêter encore un peu.
Sois pas dég’, je t’avais bien dit que t’étais nulle.
Puis, de nouveau, il afficha un grand sourire aussi hypocrite que taquin, avant de décroiser les bras pour les lever et les faire retomber le long de son corps une demi-seconde plus tard, comme pour lui faire comprendre qu’il lâchait l’affaire avec ce petit jeu. Il regarda ensuite autour de lui, jetant un coup d’oeil circulaire dans la salle d’arcade qui accueillait encore pas mal de clients, même à cette heure assez tardive. Il se tourna ensuite vers elle, l’observant quelques secondes à peine tout en mettant ses mains dans les poches de sa veste.
On a qu’à jouer à autre chose, qu’est-ce que tu veux faire ?
It's pretty fun to play with you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


kitsune
avatar

Messages : 314


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Mer 31 Aoû - 18:52



Kaylann



& Dayan

Et si on jouait ?
Kaylann n'était jamais aussi immature qu'avec Dayan. Peut-être parce qu'à l'université elle tentait de ne pas paraître trop anormale pour ne pas attirer l'attention, ou alors parce qu'à son travail elle devait être sérieuse et ne pas faire n'importe quoi – vous n'imaginez pas la concentration qu'il lui faut pour servir un café lorsqu'elle réfléchit encore à son exercice de mathématiques, ou alors au prochain dessin qu'elle va faire, ou même à ses pouvoirs. Face à sa mère elle tentait toujours de faire la grande fille, souhaitant à tout prix lui donner l'impression de devenir autonome et indépendante malgré son jeune âge et ses quelques difficultés sociales, et ce même si elle n'était pas encore des plus douées. Avec Kira, elle l'était forcément puisque leurs discussions portaient généralement sur les manifestations plus ou moins claires de ses dons de kitsune, ainsi elle devait rester suffisamment mature pour y réfléchir posément. Et même si Gaëlle jouait un rôle de grande sœur auprès d'elle, elle tenait à paraître intelligente et naturelle devant elle, refusant l'idée de la décevoir en agissant comme une enfant. Ainsi, elle ne l'était qu'avec Dayan. Avec lui elle n'avait pas à trop songer, elle pouvait dire ce qui lui passait par la tête sans risquer d'être regardée de travers ou jugée. Elle pouvait être naturelle, il ne lui en tenait pas rigueur, d'autant plus qu'il était généralement aussi puéril qu'elle, si ce n'est plus. Preuve que l'âge ni le QI ne sont des indices quant à la maturité d'une personne.
Ainsi, ils passèrent de longues minutes à se qualifier l'un et l'autre d'idiot et de nulle, deux adjectifs n'ayant évidemment rien de méchant. Lorsqu'il prétendit être un génie incompris, elle ne put s'empêcher de se vanter de manière réellement excessive. Ayant plutôt l'habitude de se dévaloriser en permanence, sans doute que cela n'avait rien de très naturel mais soit, elle ne tenait pas à l'être en fin de compte. Quoiqu'elle ne dirait pas non à un peu plus de confiance en elle parfois. Elle eut le droit à une imitation grotesque pour toute réponse, ce qui la fit évidemment rire tant il avait l'air ridicule. S'il n'avait pas énormément de répartie quant à une argumentation un peu plus intelligente que celle de deux enfants répétant les mêmes mots, il avait un véritable talent pour faire l'imbécile. « Non ça ira, garde ta salive au lieu de dire des mensonges. » Après avoir levé les yeux au ciel, il lui adressa un grand sourire idiot, preuve qu'une fois de plus il la cherchait. « Je vais peut-être le répéter alors, » fit-elle en haussant les épaules, gardant son sourire espiègle face à son air.

Ils en vinrent ensuite à parler du retard du jeune homme – que Kaylann avait évidemment mis le tapis pour se défendre face à ses nombreuses taquineries – et en parlèrent un moment sans que cela ne possède un intérêt soudain. C'était simplement pour discuter, et puis surtout parce qu'ils ne cessaient de se contredire ou de se lancer des piques si doux qu'ils ne se blessaient jamais. « Bien sûr, fais-toi plaisir. » Elle lui répondit seulement par un sourire amusé, laissant ses yeux se glisser sur les machines tandis qu'elle sentait son regard braqué sur elle. Elle n'aimait pas se sentir observée, mais sans doute ne lui dirait-elle rien et se contenterait-elle d'attendre qu'il se lasse. Il n'y avait rien de bien intéressant à voir de toute manière, mis à part le fait qu'elle paraissait de deux années moins âgée que ce qu'elle était. Elle affirma ensuite qu'il devait être mature et montrer l'exemple parce qu'il était l'aîné, ce qui ne le fit même pas sourciller. A vrai dire, cela n'aurait pas du l'étonner, Dayan était loin d'être un exemple à suivre, surtout pour elle. Il lui arrivait même de se demander comment il pouvait réellement être l'aîné de sa famille, lui qui ne s'était jamais montré très mature avec elle – mis à part lorsqu'il avait appris pour ses pouvoirs, certes.
La jeune fille lui ébouriffait les cheveux sans cacher son amusement lorsqu'il chassa sa main d'un geste avant de faire un drôle de bruit avec sa bouche pour finalement feindre l'indignation tout en fermant les yeux. « C’est à cause de toi ça, tu m’épuises tellement que je prends de l’âge. » « Tu te fais vieux, c'est tout. Arrête de te chercher des excuses, » répondit-elle alors qu'il avait cet air à mourir de rire collé au visage. D'ailleurs, elle ne put se retenir très longtemps et finit par éclater de rire, plaquant sa main sur sa bouche pour se calmer – en vain. Il avait un don pour apparaître comme le parfait imbécile, c'était indéniable. « C'est pas de ma faute si t'es devenu un papi ! » ajouta-t-elle entre deux éclats de rire.

Malheureusement pour la jeune fille, il s'avérait que Dayan était bien plus douée qu'elle pour jouer au flipper, ainsi il n'eut aucun mal à écraser de plusieurs milliers de points son score qui, de toute manière, n'avait rien de bien impressionnant. Evidemment, il ne se priva pas pour s'en vanter, s'attirant les foudres de la mauvaise perdante qu'elle était ainsi que sa mauvaise foi qui ne tarda pas à s'exprimer par des phrases aussi stupides qu'insensés. Vraiment, il fallait qu'elle arrête de jouer... surtout de perdre en fait. « C’est bon, mademoiselle a terminé ? » Elle ne répondit pas, feignant presque l'ignorer. A vrai dire, elle aurait pu continuer encore des heures, pouvant faire preuve du mauvaise foi incomparable lorsqu'elle perdait à un jeu – ce qui était réellement stupide, cela ne faisait aucun doute – alors il valait mieux qu'elle ne réponde pas. « Sois pas dég’, je t’avais bien dit que t’étais nulle. » Elle leva les yeux vers lui tandis qu'il souriait, puis elle haussa les sourcils, preuve qu'elle était vexée d'avoir perdue – réaction puérile et immature, cela va sans dire. « J'suis pas nulle, t'as juste eu de la chance, » répéta-t-elle en insistant sur le dernier mot. Il sembla finalement renoncer – de toute manière lutter contre une mauvaise perdante était souvent vain – tout en laissant retomber ses bras le long de son corps, puis elle vit son regard glisser sur les autres personnes présentes dans la salle ce soir. Elle songea alors à jeter un coup d’œil à sa montre, ce qu'elle fit tout en glissant son autre main dans sa chevelure brune pour coincer quelques unes de ses mèches derrière son oreille. Au vu de l'heure, ils étaient relativement nombreux ici, preuve qu'elle n'était pas la seule à s'ennuyer le soir. Sérieusement, certains étaient vraiment capables de passer toutes leurs soirées ici ?
Le jeune homme se tourna alors vers elle puis fourra ses mains dans les poches de sa veste. « On a qu’à jouer à autre chose, qu’est-ce que tu veux faire ? » « Si on joue à ces trucs-là, tu vas forcément gagner, » fit-elle, désignant d'un coup de menton les machines présentes partout dans la salle tout en tentant une énième fois de justifier sa défaite. « J'suis sûre que lorsque tu manges pas des chips ou des pizzas, t'es ici à jouer. » Elle mentait évidemment, il n'avait pas besoin de beaucoup d'entraînements pour être plus douée qu'elle à de tels jeux. Elle excellait bien plus par ses dessins, ses notes et ses écrits que par ses performances sportives ou sur de tels engins. Preuve qu'elle n'aurait pas dû le provoquer lorsqu'il était arrivé. « Je sais pas... jouons à autre chose... » Elle réfléchit un instant, fronçant légèrement les sourcils sans s'en rendre compte. Son regard glissa sur les machines de la salle tandis qu'elle faisait du tri dans son esprit, tentant de trouver une idée un peu moins stupide qu'un shifumi. « Pourquoi pas un action-vérité ? » proposa-t-elle alors en relevant les yeux vers lui. Finalement, c'était peut-être pire que sa précédente idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Lun 5 Sep - 13:40

Dayan Z. Greene & Kaylann Morino
Et si on jouait ?
Tout avait toujours été bon enfant entre eux. Pas une fois l’un se vexait pour les dires de l’autre, peut-être parce que Dayan n’était pas du genre susceptible à proprement parler – quoique, cela dépendant quand même des personnes, disons qu’il était plus facile pour lui de s’énerver lorsque les piques venaient de quelqu’un qu’il n’appréciait pas. Et puis, aussi parce que Kaylann avait cette allure de gamine qui ne donnait pas le moins du monde envie de se fâcher contre elle. D’un côté, c’était aussi pour ça que Dayan avait toujours eu du mal avec les adolescents de son genre, mis à part sa sœur – quoique, elle n’était pas tout à fait pareilles lorsqu’il y réfléchissait bien. Non, décidément, ils étaient si perturbants parfois. Comment pouvaient-ils être aussi intelligents et immatures à la fois ? À ses yeux, ces deux traits de caractère étaient presque, voire totalement contradictoires. C’est comme si ils avaient deux personnalités et qu’ils usaient de l’une ou de l’autre selon les personnes devant eux. Du coup, si elle était si espiègle et enfantine avec lui, il y avait bien une raison ; et il ne savait pas trop comment le prendre. Ceci dit, il préférait largement qu’elle soit ainsi en sa compagnie, plutôt qu’elle se montre studieuse et sérieuse comme lorsqu’elle est en cours. Quand ils se connaissaient encore à peine, il avait pu la voir à l’oeuvre, et autant vous dire que ce n’était pas le côté de Kaylann qu’il appréciait le plus.
Alors qu’elle venait de s’amuser avec ses cheveux noir de jais – ou plutôt sa touffe, qui serait le terme le plus adéquat pour qualifier ce qui lui servait de coiffure –, il n’attendit pas une seconde de plus pour repousser sa main, détestant que l’on touche à ses cheveux. Non pas qu’il y tenait particulièrement – quoiqu’il serait vachement triste si il devait un jour s’en séparer –, mais disons que… bah qu’elle l’humiliait un peu en public, pour parler très franchement. Le ridicule ne tuait pas, et Dayan était le premier à faire l’idiot devant les gens, mais disons que la brunette avait parfois tendance à le mettre dans l’embarras avec ses petits gestes de gamine de huit ans.
Ouais c’est ça, je vais t’envoyer mon dentier dans la face tu vas voir, la menaça t-il en mimant un air faussement sérieux.
Bien sûr, qu’il plaisantait, comme à son habitude, et d’ailleurs il ne put jouer la comédie bien longtemps lorsque la jeune fille explosa littéralement de rire, sans qu’il ne sache vraiment pourquoi. Il croisa les bras en haussant les sourcils, comme si il attendait qu’elle finisse, mais malgré tout un sourire amusé s’afficha sur le coin de ses lèvres et il roula simplement des yeux. Ce qu’elle pouvait être idiote quand elle s’y mettait.

Puis, la demoiselle termina enfin son cinéma après qu’il ait gagné haut-la-main la partie, se montrant d’une mauvaise foi presque incroyable. Enfin, «terminer» n’était peut-être pas le mot adéquat car il mettrait sa main à couper qu’elle n’en avait pas encore fini et qu’elle serait prête à remettre le sujet sur le tapis deux heures plus tard. Du Kay tout craché, quoi.
J’suis pas nulle, t’as juste eu de la chance, s’exclama t-elle.
Qu’est-ce que je vous disais ; pas une minute elle ne s’arrêterait. Dayan prit une grande inspiration, et bien qu’il restait parfaitement droit, il sembla se tasser sur lui-même pour feindre un air totalement exaspéré. Il leva les yeux au ciel exagérément, puis soupira, comme découragé. C’était bien compliqué de la suivre, cette gamine. C’est donc sans plus attendre – et ignorant royalement sa remarque, quoique son air moqueur en était devenu une parfaite réponse – qu’il lui proposa de faire autre chose, et ainsi mettre cet épisode de côté une bonne fois pour toute. Ou presque, mais qu’importe, on comprenait le message. Il s’appuya contre le flipper, les jambes tendues et croisés, les bras toujours entremêlées sur son torse. Il l’écouta donc parler un moment, sans qu’elle ne daigne donner sa réponse bien évidemment, préférant encore une fois lui lancer des piques sans la moindre subtilité ou délicatesse – toujours du Kay tout craché. Deux ans auparavant, il lui aurait dit qu’elle avait totalement raison, mais depuis son retour à Beacon Hills… disons que ses hobbies avaient changé et qu’il faisait autre chose de son temps libre, désormais. Il se contenta donc d’un sourire hypocrite l’air plus ironique qu’autre chose, tandis qu’il restait une nouvelle fois muet face à ses remarques qui n’attendaient sûrement pas de réponse, à vrai dire. Du moins, c’est ce qu’il pensait.
Autant vous dire que, lorsque sa proposition tomba enfin, Dayan eut du mal à dissimuler son air surpris – voire même ébahi. Disons qu’il ne s’était pas le moins du monde attendu à ce que ce soit la brunette qui propose un jeu comme celui-là, elle qui n’avait pas l’air d’être du genre à y jouer souvent. L’étonnement retombant enfin, il lâcha un petit rire, détournant les yeux quelques secondes tout en se décollant de la machine.
Mademoiselle veut jouer à action-vérité ? s’enquit-il, le ton faussement surpris. Pincez-moi je rêve.
Il haussa les épaules, la regardant avec un petit sourire, puis il continua un peu plus sérieusement, quoi qu’avec toujours le même petit sourire espiègle aux lèvres et avec un ton à la limite solennel :
Très bien, va pour un action-vérité. Aucune règle, mis à part le droit d’aller ailleurs qu’ici. Je te laisse commencer, mademoiselle Morino.
It's pretty fun to play with you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


kitsune
avatar

Messages : 314


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Jeu 8 Sep - 15:44



Kaylann



& Dayan

Et si on jouait ?
Kaylann était une tête de mule, ce n'était plus à prouver. Le problème, c'était que Dayan, malgré ses trois années de plus, n'était pas franchement mieux qu'elle – quoiqu'il faisait sans doute tout ce cirque pour l'embêter. Ainsi, c'était un débat qui fut lancé, d'abord concernant le retard puis l'âge du jeune homme. Rien de très intéressant en somme, simplement de quoi les distraire. Une manière, en quelque sorte, de se retrouver, de parler à nouveau. Evidemment, ils n'étaient pas d'accord, renchérissaient sans cesse, et puis ils ressemblaient à deux enfants en plein débat. Ce n'était pas la chose la plus extraordinaire de la journée, mais cela amusait grandement la jeune fille qui se rendait compte de la puérilité évidente de son ami. Il pouvait bien la prétendre immature, il n'était pas franchement mieux du haut de ses vingt ans. Trois ans, ce n'était rien d'énorme finalement, mais c'était un bon prétexte pour que la brunette puisse le taquiner un tantinet, elle qui trouvait si peu d'occasion de le faire. Ce n'était ni constructif, ni spectaculaire, mais elle s'en souciait bien peu en fin de compte. Elle trouvait malgré tout très amusant de l'appeler Papi, elle ne pouvait le nier. « Ouais c’est ça, je vais t’envoyer mon dentier dans la face tu vas voir, » A vrai dire, la jeune fille ne put pas répondre tout de suite, trop occupée à calmer son fou rire à cause des imitations de Dayan. Pas qu'il soit particulièrement doué – quoiqu'il y avait bien pire, c'était certain –, mais il avait l'air aussi idiot que ridicule, tant et si bien qu'elle n'avait pas pu se retenir. Au bout d'une vingtaine de secondes, elle finit par reprendre pied pour regarder son interlocuteur, jetant au passage un coup d’œil à ses cheveux qu'elle avait décoiffés – quoique, faudrait-il encore qu'ils aient été coiffés avant pour ne plus l'être désormais. « Je ne te pensais pas aussi grossier, » fit-elle avec un air faussement surpris très peu crédible. Elle haussa alors les épaules puis ses yeux glissèrent sur tous les jeux de la salle d'arcade sans grand intérêt. Elle préférait largement la bibliothèque, c'était certain. Cela pouvait paraître très stéréotypé, mais quoi de mieux qu'un livre pour échapper à la réalité qu'était cette vie pour une adolescente incapable de s'affirmer ou même de se sentir intégrée qui possédait depuis peu des pouvoirs dont elle ne savait quasiment rien, et dont elle n'était même pas sûre de vouloir ? Pas grand chose, assurément. Qu'importe, parler avec Dayan de choses aussi idiotes lui suffisait parfaitement pour ne pas songer à tout ce qui pouvait la tracasser en temps normal, c'était le plus important. « Ne dit-on pas que les personnes âgées sont parmi les plus polies ? » Elle ramena son regard sur lui tout en haussant légèrement les sourcils, « Dans le genre Papi, tu dois pas être très agréable à vivre, » supposa-t-elle avec un mince sourire, tentant de l'embêter une fois de plus malgré le manque d'efficacité évident de ses remarques sur lui. Il semblait s'en moquer, mais à vrai dire cela ne l'étonnait pas tant que cela. Pas qu'il l'ignore – du moins elle espérait que ce ne soit pas le cas –, mais il savait pertinemment que, quoiqu'elle dise, ce n'était jamais pour le blesser. Pour le taquiner tout au plus, quelques piques pour qu'il réagisse, comme une minuscule vengeance pour la peur bleue qu'il lui avait faite. S'il n'était pas susceptible, elle était loin d'être douée pour


Alors qu'elle commençait déjà à regretter ses paroles, Kaylann remarqua l'air surpris de son ami et fut d'autant plus gênée. Elle détestait prendre des décisions, n'ayant absolument aucune qualité de leader si ce n'est l'intelligence et – parfois – la stratégie, préférant laisser cela aux autres. Le genre de personne à passer dix minutes à choisir ce qu'elle voulait manger dans un restaurant, oui. Exaspérante sans nul doute, et bien trop gênée pour s'imposer réellement, elle passait son temps à hésiter sur telle ou telle chose, souvent des bêtises d'ailleurs. Il lui était déjà arrivé de souhaiter remonter le temps pour ne pas parler, ou ne pas faire un choix qui n'aura pourtant aucune importance pour la suite de son existence. Elle avait encore des siècles devant elle – cette idée l'effrayant quelque peu à vrai dire –, alors pourquoi se tracassait-elle avec de telles futilités ? Que voulez-vous, elle avait un véritable don pour se compliquer la vie. « Mademoiselle veut jouer à action-vérité ? » fit-il après avoir ri doucement et s'être écarté du flipper. Son ton faussement surpris l'aurait bien faite rire si elle ne se sentait pas suffisamment idiote comme cela. Quelle idée avait-elle eu en proposant un tel jeu, sérieusement ? « Pincez-moi je rêve. » A vrai dire, elle ne savait pas si elle devait se réjouir ou non. Peut-être parce qu'elle n'était pas sûre que ce soit une bonne idée, ou alors parce qu'elle ne pouvait plus faire marche arrière. Vraiment, s'il devait réfléchir avant de dire des idioties, elle pourrait tout aussi bien faire de même de temps à autre, ce ne serait pas un mal. « Très bien, va pour un action-vérité. Aucune règle, mis à part le droit d’aller ailleurs qu’ici. » Vraiment, cela ne lui disait rien qui vaille. Et puis, le ton qu'il utilisait était excessivement grave, comme si ce qu'il disait était d'une importance capitale – et ce n'était absolument pas le cas. Vraiment, il aurait dû être comique, et non un garagiste truand à ses heures perdues. D'autant plus que Dayan était suffisamment taquin – emmerdeur – pour trouver un excellent moyen de l'embêter, chose qu'elle avait quant à elle beaucoup plus de mal à faire. « Je te laisse commencer, mademoiselle Morino. » Et en plus, c'était à elle de trouver une idée, et ce quelle que soit sa réponse. Vraiment génial. Génie ou pas, elle aurait dû se taire, c'était aussi simple que cela. « D'accord, » se contenta-t-elle de répondre, haussant les épaules avant de continuer. « Action ou vérité ? » Evidemment, elle n'avait pas protesté quant au fait qu'il n'y ait aucune règle, tout simplement parce qu'elle était incapable de s'imposer. Encore moins face à Dayan qui avait trois bonnes années de plus qu'elle. De toute manière, même un chat pouvait avoir le dessus sur elle – elle adorait les félins, et ceux-ci tout particulièrement. Surtout ce avec de beaux yeux. Quoique, tous les chats avaient des beaux yeux en fin de compte, qu'importe la couleur. Se rendant compte que ses pensées n'avaient aucun sens, Kaylann passa sa langue sur ses lèvres pour y mettre un terme, se trouvant complètement idiote sans pour autant le montrer – du moins elle essaya de ne rien laisser paraître, et elle n'était pas franchement douée pour cela non plus. Vraiment, il fallait qu'elle travaille son problème d'assurance, ça commençait à être ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Lun 12 Sep - 14:02

Dayan Z. Greene & Kaylann Morino
Et si on jouait ?
Dayan avait toujours une raison pour paraître ridicule et complètement stupide lorsqu’il était avec Kaylann. C’était plus fort que lui, alors que normalement il devait être le plus mature des deux, étant son aîné de trois ans de plus qu’elle… Ceci dit, même en faisant le pitre, ce n’était pas bien compliqué de paraître plus adulte qu’elle, et il pouvait franchement être pire parfois. Bien évidemment, la brunette partit dans un fou rire qu’on aurait pu croire instoppable, et pour aucune véritable raison en plus. Une vraie gamine, celle-là. Qu’est-ce qu’il y avait de si drôle dans ce qu’il venait de dire ? Bon, en y réfléchissant bien, ce n’était sûrement pas ses paroles qui la faisaient rire autant, peut-être sa tête – il avait un don pour faire des têtes étranges, ce ne seraient donc pas étonnants. Enfin, ceci dit, Kaylann faisait partie de ces gens dont la moindre petit chose pouvait les amuser et les faire rire pendant des heures. Il suffisait de lui dire un seul mot complètement puéril pour qu’elle ait un fou rire, il en mettrait sa main à couper. Enfin, tout ça pour dire que Kaylann était donc une vraie gamine, et que ça ne surprenait personne, encore moins Dayan. Et, comme dit plus tôt, il n’était donc pas compliqué pour lui de se donner un air mature de temps en temps, entre deux comportements dignes d’un imbécile de première. Il faut dire qu’au début, lorsqu’ils s’étaient rencontrés, elle avait très bien caché son jeu. Toute timide qu’elle était, elle marmonnait et bredouillait ses paroles, rougissait pour rien et ressemblait ensuite à un véritable poivron, et en plus de ça, elle croyait absolument tout ce qu’il lui disait. Même si elle avait ramené plus d’une fois sa science infuse pour l’embêter – chose qui marchait parfaitement tant il pouvait haïr ça –, elle croyait quand même un idiot de vingt ans qui aurait été prêt à lui annoncer qu’il y avait un signe volant dans le ciel pour la voir lever la tête et ainsi éclater de rire pour se foutre littéralement de sa gueule. Et puis, tel un Pokemon – Dayan et les comparaisons ça fait deux –, il faut croire que Kaylann évoluait quand on apprenant à bien la connaître. La changement avait été long mais efficace ; maintenant elle était bien plus naturelle avec lui, mais elle restait cette enfant de dix-sept ans – un peu grande, pour une enfant, tout de même.
Je ne te pensais pas aussi grossier.
Alors tu ne me connais pas bien, Kay !
Et il n’avait pas totalement tort, à vrai dire ; Dayan et la vulgarité, ça faisait un. Il faut dire que les bonnes manières n’ont jamais été son fort, surtout dans une famille comme la sienne ; et pourtant, il ne l’était pas autant qu’habituellement avec Kaylann, en fait il l’était beaucoup moins. À croire que son côté d’aîné prenait le dessus et l’obligeait à se limiter, surtout avec la brunette qui donnait deux fois moins en âge – physiquement et mentalement, en plus.
Elle fit alors remarquer que les personnes âgées devaient, en général, être polies, ce qu’il n’était absolument pas – ce qu’elle ne manqua pas d’ajouter en disant qu’il devait être désagréable à vivre. Ce à quoi Dayan répondit, sur un ton désinvolte et purement ironique, tout en lui tapotant gentiment le dessus de la tête :
Pauvre petite… si jeune et si naïve…

Et donc, qu’elle ne fut pas sa surprise lorsque la p’tite Kaylann lui proposa de jouer à Action-Vérité, d’abord un jeu en total contraire avec une personnalité comme la sienne, et qui n’avait, en plus de ça, rien à voir avec l’endroit où ils étaient. Ceci dit, c’était lui qui lui avait proposé de venir ici, mais elle aurait très bien pu refuser si c’était pour finir la soirée en boudant parce qu’il était soit-disant plus fort qu’elle à n’importe quel jeu de l’arcade – ce qui n’était pas totalement faux, mais soit – et sortir finalement une heure plus tard pour aller jouer à un jeu totalement stupide, il faut se le dire. Mais bon, Dayan avait beau râlé intérieurement – lui qui pensait pouvoir dépenser quelques pièces dans les bornes d’arcade qu’il adorait, voilà que son plan tombait à l’eau –, il devait bien avouer que l’idée de la brunette ne le rendait pas si indifférent que ça. Lui qui adorait les défis et foutre aux gens la honte de leur vie rien que pour se moquer d’eux, il était servi. Un action-vérité était le jeu parfait pour un type de vingt ans qui n’avait pas totalement grandi dans sa tête.
Il voyait cependant bien que la jeune fille n’était pas du tout à l’aide, elle semblait même gênée face à la réaction qu’il avait eu, se mordant la lèvre et étant soudainement bien moins joyeuse et taquine qu’il y a quelques secondes. Pauvre petite, si elle avait su ce qui allait lui arriver, elle n’aurait jamais osé proposer une telle chose à monsieur Greene. Il pouvait vraiment être cruelle avec des gamins, quand même. Alors qu’elle se dandinait sur place, tandis que Dayan l’observait, les mains dans les poches et un grand sourire moqueur sur les lèvres, elle lui demanda de choisir entre action ou vérité. Bon, il avait beau ne pas avoir peur du ridicule, il avait quand même des limites – même si il doutait fortement que Kaylann puisse trouver un défi totalement loufoque qui lui foutrait la honte de sa vie, elle n’avait pas le même don que lui pour ça.
— Vérité. Je commence doucement.
Il ne savait pas trop pourquoi il se justifiait ainsi, après tout il avait tous les droits de choisir ce qu'il voulait... pas vrai ? Enfin, "commencer doucement" était un bien grand mot, parce que si les garçons savaient mettre les filles dans des situations délirantes, ces dernières avaient un talent inné pour trouver la question parfaite afin de mettre les types dans l’embarras. Mais on parlait quand même de Kaylann Morino, la petite génie qui n’avait pas beaucoup d’amis et qui n’avait sûrement jamais réellement joué à ce jeu – peut-être qu’il se trompait, mais qu’importe, ça l’étonnerait grandement et dans sa tête c’était bien plus logique. Ainsi, il sourit davantage en fixant la brunette devant lui, attendant avec impatience la question qu’elle lui poserait.
It's pretty fun to play with you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


kitsune
avatar

Messages : 314


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Mar 11 Oct - 14:00



Kaylann



& Dayan

Et si on jouait ?


Kaylann n'avait pas vu le temps passer depuis qu'elle était arrivée. Peut-être que cela faisait plusieurs heures qu'elle était ici, ou alors seulement quelques minutes. Elle n'en avait pas réellement pris conscience, et même lorsqu'elle regardait sa montre, c'était plus pour avoir un point de repère que pour réellement réfléchir aux secondes qui s'écoulaient. Sans doute que son dialogue quelque peu absurde et très certainement risible avec Dayan l'avait suffisamment stimulée pour qu'elle n'y songe plus, ou alors était-ce simplement sa présence qui lui donnait l'impression que le temps était une notion superflue dont ils n'avaient pas besoin. A vrai dire, elle n'en avait pas la moindre idée, se contentant de répondre à la dernière remarque du jeune homme alors qu'ils abordaient le sujet de sa grossièreté coutumière. « T'es pas aussi mystérieux que ce que tu penses, » ronchonna-t-elle simplement pour l'embêter. En réalité, le problème n'était pas le fait que Dayan veule ou non être mystérieux mais bel et bien le fait que la jeune fille soit incapable de différencier un mensonge assez bien mené de la réalité. Vraiment, sa naïveté était déplorable, et il ne faisait aucun doute que même un enfant de dix ans un tantinet talentueux dans l'art de duper son monde saurait se jouer d'elle sans grande difficulté. Le pire étant qu'elle semblait le savoir sans pour autant être en mesure d'aller contre cela : elle avait cette fâcheuse habitude de croire tout ce qu'on lui disait pour la simple raison qu'elle ne se faisait que rarement confiance. Ainsi, lorsque l'on ne pense pas pouvoir compter sur soi-même, on espère pouvoir s'appuyer sur autrui sans vraiment se rendre compte des intentions de chacun à son égard. S'en suit une croyance excessive en n'importe qui et une incapacité flagrante à discerner le vrai du faux, tout cela faisant de l'adolescente une cible parfaite pour des personnes mal intentionnées. Si certains petits truands tels que Dayan avaient suffisamment de cœur pour la laisser en paix, d'autres n'hésiteraient sans doute pas à l'utiliser pour parvenir à leur fin. Nul doute que cela lui porterait préjudice à l'avenir, néanmoins elle ne savait ni quand ni comment, et semblait à peine s'en rendre compte. Peut-être qu'elle comprendrait un peu mieux le fonctionnement du monde et surtout des êtres humains qui l'entouraient si elle levait un peu plus souvent la tête de ces fameux livres.
Alors que la jeune fille taquinait à nouveau son ami en affirmant qu'il était un papi bien peu agréable à vivre, elle le vit prendre un air ironique et parfaitement désinvolte, ce qui lui fit esquisser un sourire amusé. « Pauvre petite... » Et il tapota le haut de son crâne, moqueur. « Si jeune et si naïve... » Il s'apprêtait à recommencer lorsqu'elle se décala, évitant sa main avant de ramener quelques mèches en arrière à l'aide de la sienne. « Laisse mes cheveux tranquille va, » grommela-t-elle avant de lui tirer la langue, ajoutant avec un sourire presque fier : « C'est mon privilège de te décoiffer, pas l'inverse. » Il y avait de grandes chances qu'il la trouve ridicule mais elle n'en avait pas grand chose à faire, aimant ses moments où elle pouvaient être parfaitement détendues sans rien craindre, ne se souciant plus d'avoir l'air d'une adolescente qui se moquait gentiment ou d'une petite fille manquant cruellement de maturité. Au fond, elle était un mélange des deux, alors être avec Dayan lui permettait de ne pas être obligée à se restreindre dans une seule de ces catégories, ce qui était un soulagement indéniablement agréable.

Plus les secondes s'écoulaient et plus Kaylann avait l'impression d'avoir fait la plus grosse erreur de sa vie en choisissant ce jeu auquel elle jouait si peu souvent. La dernière fois remontait à deux ans et demi, bientôt trois, à l'époque où elle vivait encore à Atlanta. Une idée de sa meilleure amie qui lui avait plutôt plu, mis à part le fait que certaines questions étaient très étranges, si ce n'est gênantes. Sans grande surprise, elle avait bien peur que son actuel camarade de jeu s'arrange pour que cela tourne de cette manière, et c'était loin d'être son but. Le sourire moqueur qui barrait son visage et sa posture nonchalante ne la rassurait pas non plus, à vrai dire elle se sentait absolument ridicule. Le jeune homme finit par choisir, se justifiant même sans qu'elle ne lui ait rien demandé. Se rappelant alors qu'elle devait réfléchir à une question à lui poser - on félicitera Sherlock plus tard -, elle recommença à se balancer d'avant en arrière, les lèvres bougeant de temps à autre parce qu'elle réfléchissait. Elle ne savait vraiment pas quelle question lui poser. Si elle avait d'abord souhaité le mettre mal à l'aise, persuadée qu'il n'hésiterait pas à en faire de même une fois son tour venu, elle se rendit bien vite compte qu'elle n'avait absolument pas comment faire, loin de posséder son talent. Elle manqua de se renfrogner, décidant finalement de profiter du jeu d'une autre manière, espérant simplement qu'il serait honnête - quoiqu'elle serait sans doute incapable de faire la différence. « Pourquoi passes-tu ton temps à me taquiner ? » demanda-t-elle alors, sans le moindre préambule. Si elle devait avoir l'air ridicule et passer pour une fillette de dix ans, alors autant que ce jeu lui serve à quelque chose, non ? Et puis cela ne coûtait pas grand chose à Dayan de lui répondre, alors pourquoi ne pourrait-il pas le faire honnêtement ? Malgré tout, elle se sentit obligée de se justifier, ayant sans doute l'air encore plus idiote qu'après avoir seulement posé cette fameuse question. « Je veux dire... vraiment, enfin... Je comprends pas pourquoi... parce que m'embêter ça te sert à rien en fait donc... Pourquoi tu le fais ? Tu fais ça juste pour t'amuser ou il y a autre chose ? » C'était terriblement formulé, et elle bafouillait bien trop pour s'en rendre compte d'elle-même, peinant à trouver ses mots sans que cela ne soit bien discret. D'ailleurs, ses phrases semblaient discontinues, disloquées et éparpillés, tant et si bien que réunir les différents bouts donnerait quelque chose de particulièrement grotesque, complètement dépourvu de sens. Assurément, la jeune fille sentait ses joues chauffer, ses dernières devenant doucement plus rouges que des coquelicots en pleine saison, mais essayer de ne pas baisser les yeux. Même si ce jeu était d'une idiotie quelque peu risible, ces derniers brillaient doucement, comme si elle attendait une réponse sincère et pas seulement une énième taquinerie. En était-ce désolant ou touchant, à vous d'en juger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Sam 15 Oct - 10:31

Dayan Z. Greene & Kaylann Morino
Et si on jouait ?
Bien évidemment, Dayan n'en attendait pas moins de la paart de Kaylann comme remarque aussi enfantine et stupide que celle qu'elle venait de sortir. Franchement, il se demandait parfois si elle le faisait exprès ou si elle était vraiment… comment dire, spontanée ? Parce qu'elle n'était pas comme ça d'habitude, il le savait très bien, la brunette pouvait être très mature et réfléchie, alors qu'avec lui, c'était tout le contraire. Soit elle se lâchait et se montrait enfin comme elle était réellement, soit il déteignait sur elle. Ce qui n'était pas une option à mettre de côté puique, connaissant monsieur Greene, il ne faisait franchement pas des gens les plus sérieux de cette planète, bien au contraire. Et il suffisait de prendre une adolescente aussi naïve et facilement manipulable comme Kay' pour que ça donne… ce duo surprenant, disons. Enfin, ça aurait pu être pire, il aurait pu la faire tourner du mauvais côté – le côté Obscur comme on le disait si bien – qui avait beau être plus drôle, mais qui n'allait pas avec une personnalité comme celle de la brunette. Et puis, il n'était pas de ce genre-là, Dayan. Il préférait largement la voir telle une gamine de cinq ans que telle une adolescente en manque d'adrénaline qui ne faisait que des conneries alors qu'elle pourrait faire bien mieux de ses capacités. Comprenez là l'allusion à Day', imbécile de première catégorie qui avait fini par choisir la première option parce que personne ne le lui avait interdit – au contraire, on l'avait plus poussé de ce côté, et voilà où il en était maintenant.
Même si il était légèrement pensif, Dayan portait toujours son attention sur la demoiselle qui lui parla un instant – ou plutôt qui ronchonna des idioties, ce qui fait qu'il ne s'y attarda pas longtemps, mais qu'importe –, mais dont il attendait toujours la question par rapport au jeu qu'ils avaient commencé et qui tardait à venir. Néanmoins, elle finit par tomber, sous une hésitation et une certaine gêne de la part de Kay', et un soupçon d'étonnement du côté de Dayan. Lui qui s'attendait à une autre gaminerie de sa part, il fut un pris de court avec cette question. Elle était peut-être anodine, mais il comprit bien vite qu'elle était très sérieuse et qu'elle attendait une réponse sincère, ou du moins un peu d'honnêteté de sa part – ce qui allait être compliqué à faire, mais bon.

Le jeune homme se mit à réfléchir, ayant d'ailleurs lâché un petit rire après quelques secondes de silence. Pourquoi passait-il son temps à la taquiner ? Et bien, ça paraissait évidemment pourtant ; ou peut-être que ça ne l'était que pour lui, ce qui était visiblement le cas sinon elle ne lui aurait jamais demandé. Seulement il ne savait pas trop comment formuler ce qu'il voulait dire sans trop passer dans le côté «émotions» de la chose, parce que Dayan n'aimait pas ça du tout. Comme la plupart des garçons de son âge, il avait une certaine fierté qui ne laissait jamais tomber, même avec ses plus proches amis comme Kaylann. Cette dernière continua d'ailleurs de parler, peut-être parce qu'elle sentait que sa réponse tardait à venir et qu'elle se sentait soudainement honteuse, puisqu'elle ne cessa de brédouiller des mots sans aucun sens – même si Day' avait capté l'idée, il avait eu du mal à comprendre où elle voulait en venir sans qu'il ne cherche un minimum ce qu'elle disait là. De nouveau, il laissa échapper un nouveau rire qui n'avait rien de méchant, mais qui était forcément un peu moqueur, puis il leva les yeux au ciel quelques secondes, toujours souriant mais avec un léger froncement de sourcils, comme si il se mettait à réfléchir.
Autre chose ? Comment ça autre chose ?
Il haussa les épaules, puis reporta son regard sur la brunette qui ne cessait de le fixer et qui avait presque l'allure d'une enfant qui attendait patiemment le cadeau qu'on llui avait promis, ce qui l'amusa encore plus.
J'en sais rien moi. Parce que «qui aime bien châtie bien» je suppose ?
Qu'est-ce qu'il pouvait répondre d'autre, si bien ? Ou plutôt ; qu'est-ce que Dayan Greene pouvait répondre d'autre ? Lui-même ne savait pas, c'était la réponse la plus logique qu'il avait eu alors elle allait devoir s'en contenter – au moins, elle pouvait se réjouir d'une chose, c'est que Dayan avait été plus ou moins sincère sur le coup. Peut-être pas autant qu'elle l'aurait souhaité, mais c'était déjà.
Bon allez, à toi, enchaîna t-il, pressé de changer de sujet – parce que ça en devenait limite gênant tout ça –, action ou vérité ?
Et, vu son air taquin, voire limite narquois et faussement machiavélique, il était certain que Dayan avait déjà une petite idée en tête pour la pauvre Kaylann – ce qui n'étonnait personne, surtout venant de la part du jeune Greene.
It's pretty fun to play with you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


kitsune
avatar

Messages : 314


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Dim 16 Oct - 15:08



Kaylann



& Dayan

Et si on jouait ?
Action-vérité, vraiment. Kaylann se demandait encore pourquoi elle avait proposé ce jeu. Il semblait si... anodin, pourtant tout le monde savait qu'il pouvait créer de nombreux malentendus - ou plus simplement des conflits - entre des amis, ce qui n'était en aucun cas le but de la jeune fille qui ne voulait surtout pas se mettre à dos le jeune homme actuellement à ses côtés. De toute manière, elle n'était pas le genre d'adolescente à vouloir se faire des ennemis en prétendant qu'ils la jalousent, loin de là même puisqu'elle est persuadée que personne n'est suffisamment idiot pour lui envier quoi que ce soit. Pacifiste et pacifique, elle ne cherchait ni ne créer de conflits, purement et simplement contre la violence qu'elle considérait comme inutile, superflue et fondamentalement mauvaise. Alors quel serait son intérêt à se disputer avec Dayan, honnêtement ? Aucun, évidemment, alors pourquoi avait-elle choisi ce jeu parmi tant d'autres ? Elle n'en avait absolument aucune idée, et c'était presque agaçant.

En tout cas, ce n'était pas pour l'aspect pratique puisqu'il lui fallut plusieurs minutes - une éternité à ses yeux au vu du regard du jeune homme braqué sur elle au point de la stresser encore plus - pour enfin trouver une question à lui poser, question relativement étrange qu'elle tenta ensuite de justifier, bégayant, honteuse. Ses paroles avaient perdu toute cohérence, tout comme ses phrases qui n'avaient plus ni queue ni tête la plupart du temps. Elle ne sut dès lors plus où se mettre, hésitant entre un trou à rat de la taille d'une canette de soda ou un nuage si haut que personne ne pourrait l'atteindre. Mais puisque ni l'un ni l'autre n'était accessible, elle dut rester face à Dayan qui semblait assez surpris par sa question et ses maigres explications aussi vaines que pitoyables. « Autre chose ? Comment ça autre chose ? » Visiblement, elles n'étaient pas non plus claires, ce qui acheva la jeune fille qui devint instantanément rouge, ses joues ne pouvant plus l'être plus désormais. Elle la brûlait affreusement, et elle ne cessait de se dire qu'elle ne finirait jamais par s'y habituer, et ce même si elles fonctionnaient ainsi depuis toujours. Peut-être faudrait-il d'abord qu'elle règle son sérieux manque de confiance en elle, ça ne serait pas un mal ? « J'en sais rien moi. Parce que « qui aime bien châtie bien » je suppose ? » N'osant rien ajouter, Kaylann garda le silence tandis que le regard de son ami était braqué sur elle comme si elle était une bête curieuse. Elle aurait sans doute dû masquer un peu bien son envie d'honnêteté qui avait longuement brillé dans ses yeux, quoiqu'elle n'était pas mécontente du résultat. Évidemment, elle aurait pu s'attendre à beaucoup d'autres réponses, néanmoins celle qu'elle avait obtenue lui semblait sincère quoique pas excessivement précise, mais cela lui suffisait amplement.

Qui aime bien châtie bien... Elle n'avait jamais trop compris cette expression. Peut-être parce qu'elle prônait la non-violence, ou alors parce qu'elle était tout simplement minable en ce qui concernait l'art d'embêter les autres. Évidemment, elle réussissait à taquiner Dayan, tout comme elle savait le faire avec sa meilleure amie, mais elle avait l'impression de ne parvenir à le faire qu'avec eux. Parce qu'ils étaient les seuls avec qui elle était suffisamment à l'aise pour cela, ou alors simplement parce qu'elle savait qu'ils ne se vexeraient pas. Le grand brun parce qu'il ne se vexait jamais - incroyable don, si seulement il pouvait l'apprendre aux autres habitants de leur chère planète -, et la jolie blonde parce qu'elle savait pertinemment que si Kaylann se montrait un tantinet blessante ou touchait un point sensible ce n'était pas intentionnellement dans le but de blesser mais simplement par maladresse. En dehors d'eux, il était évident que la brunette était des plus mauvaises pour faire quelques blagues de plus ou moins bon goût pour amuser la galerie. Soit, elle se contentait de ce qu'elle avait, et puis ces moments qu'elle passait avec Dayan lui faisait un bien tel qu'elle ne ressentait pas le besoin d'embêter outre mesure d'autres personnes, et ce même si sa meilleure amie n'était pas là et lui manquait terriblement.

« Bon allez, à toi, action ou vérité ? » Le jeune homme avait bien vite repris la parole, et elle n'aurait su dire si c'était par désir de clore le sujet ou simplement pour ne pas laisser un silence gênant s'installer puisqu'il paraissait évident que la brunette n'aurait pas réussi à continuer de parler. Cette dernière réfléchit un instant, se mordillant la lèvre. « Vérité, » décida-t-elle finalement. A vrai dire, elle s'apprêtait à choisir l'autre proposition lorsqu'elle avait remarqué le sourire certes exagéré mais néanmoins bien présent de son ami qui lui fit craindre un défi trop effrayant, si ce n'est trop gênant puisqu'il ne faisait aucun doute que Dayan n'hésiterais pas longtemps avant de s'engager sur ce terrain là. Si elle, simple gamine de dix-sept ans pas très douée socialement, avait du mal à trouver des idées un tantinet originales et pas trop stupides, elle ne doutait pas un seul instant des immenses capacités du brun dans ce domaine, ce qui ne la rassura pas quant à la suite de leur partie. Qu'importe, il fallait simplement qu'elle se dise que cela serait amusant et qu'avec un peu de chance il ne serait pas trop méchant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Lun 17 Oct - 14:45

Dayan Z. Greene & Kaylann Morino
Et si on jouait ?
Non vraiment, elle l'avait troublé, la petite Kaylann, avec cette question qu'il l'avait quand même pas mal surpris il devait bien l'avouer. C'était surtout parce que, la connaissant, il s'était plutôt attendu à une question débile, voire enfantine, dans le style de miss Morino disons, du moins à ses yeux. Pas une question aussi sérieuse… enfin, ceci dit, était-elle aussi sérieuse qu'il le pensait ? Peut-être que oui, peut-être que non, on ne pouvait savoir qu'en étant dans la tête de la jeune fille, sûrement, bien que Dayan avait de suite vu et compris qu'à la seconde où les mots étaient sortis, Kaylann attendait une réponse un minimum sincère de sa part. Même pour si peu, même pour une question aussi anodine que celle-ci, elle avait voulu qu'il soit honnête avec elle, sans pour autant le dire explicitement. C'était surtout ça qui l'avait étonné, Day'. Le pire, c'est qu'il avait, du coup, totalement raison dans ce qu'il disait ; les filles étaient les reines pour les questions embarrassantes, même quand ce n'était pas forcément voulu, ce qui était très certainement le cas de Kaylann. Le pire, c'est qu'au moment où il avait répondu, la brunette n'avait pipé mot, et il s'était alors de suite demandé si il avait fait une boulette – même si ce n'était pas rare avec elle, ni même important, sachant qu'elle le battait largement sur ce domaine… n'empêche que ça l'avait travaillé, au moins l'espace de quelques secondes. Elle n'avait rien répondu, rien du tout, muette comme une carpe. Et encore une fois, elle l'avait troublé, à se renfermer dans ce mutisme étrange. Décidément, il avait beau dire, il ne la comprendrait jamais parfaitement, la p'tite Kaylann. Il était peut-être observateur parfois, mais certaines personnes échappaient à cette règle de Dayan, dont Kay'. Autant pour certains ça l'agaçait un peu, parce qu'il avait l'impression de ne pas pouvoir avoir le contrôle de la situation avec eux – ce qui était souvent le cas, mais bon, on allait pas lui en vouloir à ce pauvre Dayan –, autant avec Kaylann, il s'en fichait un peu. Elle non plus, n'était pas douée pour comprendre les gens, elle était même pire que lui à ce niveau, au moins ça le réconfortait un minimum.

Enfin, bref, trêve de bavardages, il était préférable de ne pas s'attarder sur le sujet trop longtemps au risque que sa tête ne commence à fumer. Trop de réflexion tue la réflexion, du moins, surtout pour Dayan. Pour si peu en plus… il avait mieux à faire, du genre faire le con. C'était bien plus intéressant que n'importe quoi, de faire le con comme Dayan savait si bien le faire. Alors, forcément, lorsque la réponse de la demoiselle tomba et qu'elle choisit elle aussi «vérité», une moue déçue s'installa sur son visage, remplaçant l'air faussement diabolique qu'il arborait depuis quelques secondes. Bon, il ne pouvait pas trop lui en vouloir après tout, lui aussi avait choisi «vérité» tout à l'heure… n'empêche qu'il était déçu parce qu'il avait déjà préparé une sacrée action à lui faire faire, et son plan était littéralement tombé à l'eau. Pas grave, il le réserverait pour le prochain tour, ce n'était pas très grave. Seulement voilà, Dayan n'avait pas cherché pour vérité, comme certain qu'elle allait choisir action alors que… bah du coup, pas du tout. Alors il se mit à réfléchir, en plissant le nez et en levant les yeux vers le ciel, se donnant un faux air de penseur. Finalement il souffla, presque découragé, puis il mit ses mains dans les poches de sa veste tout en faisant un petit mouvement de la tête vers la sortie de la salle d'arcade.
Viens, on bouge un peu le temps que je réfléchisse. Je crève la dalle.
Ni une ni deux, il se rendit jusqu'à la porte, sachant que Kaylann n'allait sûrement pas s'opposer à sortir de là afin d'aller ailleurs. Dayan ne savait pas encore où exactement, mais il allait bien trouver sur le chemin. Il ouvrit donc la porte, laissa la brunette passer – tel le parfait gentleman qu'il était… quoi, ça pouvait bien marcher au moins une fois non ?–, puis sortit après avoir salué les employés – tel le parfait citoyen qu'il était… ouais non, toujours pas.
Une fois à l'extérieur, il se mit à marcher tranquillement, balayant distraitement la rue des yeux afin de repérer un endroit où il pourrait trouver de quoi se remplir l'estomac, estomac qui criait d'ailleurs famine toutes les cinq minutes.
OK, alors, une question… euh…
Il souffla, recommençant à réfléchir, en vain. Non vraiment, il était bien plus doué pour les actions, Dayan.
Bon, au pif : le dernier gars avec lequel tu t'es rincé l'oeil. Et me dis pas «personne», parce que j'suis sûr que c'est pas vrai !
De toute façon, si c'était un universitaire, il y avait peu de chance que Dayan le connaisse, même si il avait encore quelques contacts qui étudiaient là-bas. Pour le coup, il avait été plutôt sympa… enfin c'était simplement parce qu'il n'avait eu aucune idée d'autres questions, le pauvre Day'.

It's pretty fun to play with you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


kitsune
avatar

Messages : 314


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Mer 19 Oct - 8:50



Kaylann



& Dayan

Et si on jouait ?
Après une brève hésitation, Kaylann choisit l'option qui lui paraissait la moins risquée, à savoir une question sans doute gênante plutôt qu'un défi sûrement loufoque si ce n'est complètement dingue. Pas qu'elle n'avait pas confiance en Dayan mais... Non, en fait elle n'avait aucunement confiance en lui pour ce genre de jeu, c'était certain. Elle allait se retrouver à faire n'importe quoi à cause d'un simple action-vérité, et il était certain qu'il ne se priverait pas d'en profiter - cela se lisait dans ses yeux, son sourire presque machiavélique aidant. Elle n'aurait jamais dû proposer cela, c'était une grossière - stupide, accablante, risible, grotesque, énorme, incroyable - erreur. « Dois-je comprendre que j'ai évité le pire ? » l'interrogea-t-elle en réponse à sa moue déçue. Pas peu fière de son effet, elle esquissa un sourire malicieux, tentant tant bien que mal de reprendre contenance après la gêne qui s'était installée à cause de sa propre question. L'air penseur de son ami lui en arracha un plus sincère, puis il soupira et lui proposa de sortir pour manger un bout, accompagnant sa demande d'un geste en direction de la porte. Elle eut à peine le temps d'approuver d'un hochement de tête que déjà il se dirigeait vers la sortie, la laissant passer avec une galanterie qui la fit doucement rire puis saluant les employés tandis qu'elle s'avérait trop timide pour prononcer le moindre mot à leur égard. Elle ne se vexa pas, songeant qu'il la connaissait suffisamment bien pour savoir que l'Arcade Center n'était pas le lieu qu'elle préférait à Beacon Hills - quoiqu'il existait pire, et surtout bien plus effrayant. Ils se mirent ensuite à marcher côte à côte, ne pipant mot puisqu'il semblait réfléchir, quoiqu'il ne paraissait pas très doué pour cela, d'autant plus lorsque son regard glissait de bâtiment en bâtiment, sans doute à la recherche d'un endroit où manger puisqu'il avait manifesté quelques instants plutôt sa faim grondante. Kaylann aussi commençait à la ressentir, pourtant elle ne se plaignait pas. Elle aurait rêvé d'une bonne glace - cette gamine était capable de manger des glaces durant n'importe quelle saison, ne cherchez pas une quelconque logique là-dedans -, ni plus ni moins, mais il était certain qu'elle suivrait le jeune homme qu'importe là où il l'amènerait, quoiqu'il ne semblait pas mieux le savoir qu'elle pour l'instant.

Finalement, la question arriva, et elle rétorqua bien vite, comme si elle espérait détourner son attention parce que la question était excessivement gênante. « J'aime pas cette expression. » Sublime échec puisque son regard lui fit clairement comprendre qu'elle ne pouvait pas se défiler. Arf, au moins elle aurait essayé. Peut-être... « J'ai le droit à un joker ? » Toujours pas ? Bon, bah ce n'était pas sa journée, que voulez-vous. Evidemment, ses joues étaient désormais coquelicot, et ce même si elle tentait de calmer ses rougeurs. Un nouvel échec, elle ressemblait à une véritable tomate, une catastrophe. Commençant à triturer ses mains par nervosité, elle se rendit compte qu'elle devait avoir l'air parfaitement ridicule, surtout pour une question aussi insignifiante. Enfin bon, allez dire ça à une jeune fille de dix-sept ans qui, en plus d'être incapable de comprendre le monde et surtout les personnes qui l'entouraient, était gênée pour bien peu de choses, bégayait à la moindre occasion et ne comprenait rien aux habitudes sociales des autres adolescents de son âge. Entre maladresses et paroles stupides, pas étonnant qu'elle se débrouille aussi mal. Souvent, elle songeait au fait que si elle comprenait aussi bien le psychisme et la manière d'un individu que le comportement de ses cellules, alors elle serait enfin considérée comme normale, ce qui était pour l'instant loin d'être le cas.

Particulièrement gênée par la question de Dayan, elle ne cessait de se mordiller la lèvre, ne sachant pas quoi répondre. Elle trouvait cela vraiment étrange, d'avouer à son ami le garçon qu'elle avait maté - parce que c'était le mot - alors qu'il en était lui-même un. « Donc... si je te dis personne, tu me crois pas, » commença-t-elle, l'air hésitante. « Et si j'te dis que c'est toi... » En l'espace d'une seconde, Kaylann venait de prouver qu'il existait quelque chose de plus écarlate qu'une tomate restée trop longtemps au soleil : son visage à cet instant précis. Et tandis que son esprit lui hurlait qu'elle était la pire des idiotes et qu'elle aurait mieux fait de se taire, ses joues la brûlaient et son cerveau bouillonnait dans l'espoir de trouver une manière de se rattraper. Faire croire à une blague ou à une supposition ridicule, oui, c'était bien ça. Est-ce que c'était vrai ? Non, mais qu'importe, il n'avait pas à le savoir - quoiqu'en fait il était le principal concerné mais qu'importe. Bon, maintenant il ne restait plus qu'à le convaincre. « Non plus...plus... » Première hésitation, les mots se bloquaient dans sa gorge alors que son esprit bouillonnait. Ça commence bien. « Plus sérieusement je... » Il est vrai que cinq secondes de blanc ça aide à convaincre, c'est même connu. « Je l'ai croisé à l'université... je connais pas son prénom... » La crédibilité de la demoiselle mériterait quelques applaudissements, vous ne trouvez pas ? « A la bibliothèque... je crois qu'il est en deuxième année... Ni... Nila doit le connaître. » Un subtil bégaiement pour conclure ce spectacle aussi ridicule que catastrophique, formidable. Vraiment, s'il existait un concours de maladresses, la brunette battrait des records, soyez-en certains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Jeu 20 Oct - 14:30

Dayan Z. Greene & Kaylann Morino
Et si on jouait ?
Bien évidemment, Dayan ne fut pas le moins du monde surpris par la réaction de la jeune fille face à sa question. Même si il trouvait qu'il avait été plutôt gentil pour le coup, il était certain que ce n'était pas toujours pareil selon les personnes ; et pour Kaylann, cette question faisait très sûrement partie des dernières questions auxquelles elle souhaitait répondre sincèrement. La connaissant, elle allait vite être mal à l'aise, parce que ce n'était pas du genre de Kay de parler de garçons – surtout avec un autre garçon, si vous voyez ce que je veux dire –, en partie à cause de sa timidité… enfin sûrement. Parce que Dayan n'en savait trop rien, par rapport à tout ça, lui qui n'avait jamais eu l'habitude d'avoir des amis aussi réservés, ayant toujours fait partie des groupes un peu «sans-gênes» sur les bords – alors il avait souvent eu du mal à la comprendre, Kaylann, simplement parce qu'elle était la seule introvertie qui faisait partie des amis de Dayan… disons cela comme ça. Les autres, il n'en avait rien à faire, simplement parce qu'il ne savait jamais comment se comporter avec eux. D'une manière ou d'une autre, il fallait avoir une certaine technique pour les comprendre et les apprécier un minimum, technique que Dayan n'avait absolument pas. Et puis, sachant qu'il n'était pas vraiment déterminé avec les personnes – du genre à ne jamais insister si on le repoussait, contrairement à d'autres qui ne lâchaient jamais l'affaire –, il avait forcément abandonné depuis bien longtemps le fait d'avoir des gens réservés dans son cercle d'amis. Pour le coup, Kay' avait l'honneur d'y faire partie quand même, bien qu'elle n'était pas spécialement timide avec Dayan… peut-être que c'était pour ça, du coup.
Mais au moins, si il savait une chose, c'est qu'elle n'était absolument pas crédible pour le coup. Parce qu'elle avait beau essayé d'échapper à la question, demandant même un joker, elle devait savoir qu'il n'était pas aussi facile d'échapper à l'emprise de Dayan Greene, surtout lorsque ce dernier avait une idée bien en tête comme maintenant. Pour ça, il savait être déterminé celui-là.
Nop, pas de joker. Ou alors c'est un gage, et ce sera pire.
Pour le coup, elle ne pouvait douter de son honnêteté, parce qu'il disait la stricte et pure vérité. Il était largement préférable qu'elle réponde à cette question, parce qu'il était clair qu'il ne la ménagerait pas si elle se rabattait sur le fameux gage… Ce qu'il pouvait être puéril des fois, celui-là. Oui enfin bon, pas besoin de le lui rappeler, sa conscience le faisait déjà – et puis de toute façon il le savait pertinemment… et visiblement il n'avait aucune envie de changer.

Seulement voilà, à croire que ça en devenait son jeu favori depuis ces dernières minutes, Kaylann le surprit une nouvelle fois. Mais clairement pas pour la même raison – quoique, ça s'en rapprochait un peu… mais si, d'une façon ou d'une autre, il avait pu s'y préparer tout à l'heure – parce qu'il avait de suite su que sa question allait être quelque peu étrange, connaissant Kay' –, cette fois-ci c'était une toute autre histoire… mais genre vraiment. Au début, il l'avait écouté distraitement, un petit sourire aux lèvres – même si il n'y avait eu aucune raison pour qu'il sourit à ce moment-là, juste qu'il était plus ou moins amusé par le comportement de Kaylann –, et puis quand sa réponse sortit de sa bouche, il haussa aussitôt les sourcils et écarquilla les yeux, prenant un air des plus surpris sans que son sourire ne disparaisse pour autant. Est-ce qu'elle était sérieuse ou elle le faisait marcher ? Parce qu'il ne serait pas surpris que ce soit la deuxième option, elle qui était souvent en train de le taquiner pour si peu, là elle aurait vraiment réussi son coup. Dommage, parce qu'apparemment, elle avait été tout à fait sérieuse. Elle ne le dit pas explicitement, mais Dayan comprit aussitôt lorsqu'elle se remit à parler, plaçant des phrases sans aucun sens, ou du moins presque, sauf que le bégaiement gêné de la jeune fille n'aidait en rien. Elle avait aussitôt rougi, le regardant d'un air étonné aussi, comme si elle se surprenait elle-même. Et elle tenta ensuite de faire passer ça pour une blague, comme il l'avait auparavant pensé, sauf qu'il la connaissait bien maintenant la petite Kaylann. Quand sa taquinerie était prévue depuis le début, elle était tout à fait naturelle, ce qu'elle n'était absolument pas en ce moment même. Non vraiment, si elle pensait le convaincre comme ça, c'était totalement raté. Dayan avait beau être un imbécile fini, il n'était pas dupe pour autant. Mais pourtant, dans sa tête… ça n'avait juste aucun sens. En fait, tout lui disait qu'elle était tout à fait sérieuse dans ses propos, ou du moins qu'elle le pensait mais qu'elle essayait de se rattraper parce que l'option «être honnête» n'était d'abord pas prévu, mais Dayan n'arrivait pas à se convaincre lui-même. C'était un peu difficile à expliquer… mais dans tout les cas, pour ne pas être pris au dépourvu – parce que sa fierté en prendrait un coup sinon –, il eut un sourire malicieux ainsi qu'un air faussement narcissique, levant légèrement le menton pour l'accentuer davantage.
Ne mens pas… je sais que je suis très charmant, on me le dit souvent.
Puis il la regarda d'un air amusé, et lui donna un petit coup dans l'épaule, amicalement bien sûr. Il comprenait un peu la gêne de son amie, après tout, même si il ne le montrait pas, lui-même allait commencer à devenir mal à l'aise. C'était son amie après tout… il la considérait presque comme une petite sœur. N'était-ce pas étrange, dans ce cas ?
Tu me le présenteras un de ces quatre. Je vérifierai si il est assez intelligent pour toi… tu t'ennuierais sinon, déclara t-il, toujours avec le même air amusé sur le visage.

It's pretty fun to play with you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


kitsune
avatar

Messages : 314


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Dim 4 Déc - 5:46



Kaylann



& Dayan

Et si on jouait ?
Dayan était visiblement un spécialiste des questions qui mettaient mal à l'aise, mais pas de la même manière que son amie. Cette dernière n'avait jamais compris l'obsession qu'il avait à propos de ses relations avec les garçons. Voulait-il réellement qu'elle se trouve un petit-ami au plus vite, elle qui n'en avait jamais eu un de sa vie ? De toute manière, qui voudrait d'une gamine aussi étrange, pas capable de se faire confiance, de vaincre sa timidité, de se trouver une qualité. Elle ne voyait en elle que des défauts, tous plus ridicules les uns que les autres, ainsi l'idée que l'on puisse un jour l'aimer lui paraissait incongrue. Pourtant, elle en rêvait parfois, s'imaginant dans une vie qui ne serait jamais sienne car idéale. Sans doute trop normale pour une fille aussi particulière...
Et c'était cette même idée qui revenait sans cesse dans la bouche du jeune homme, ce qui l'aurait bien vexée si elle ne s'était pas tant attachée à lui. Vraiment, elle était irrécupérable. « Nop, pas de joker. Ou alors c'est un gage, et ce sera pire. » Arf, pas de bol, il n'était pas aussi compatissant que ce qu'elle aurait souhaité. Mais à quoi s'attendait-elle finalement ? Après tout, il l'avait bel et bien précisé lorsqu'ils avaient commencé à jouer, juste après son idée complètement idiote de proposer un tel jeu – elle n'aurait jamais dû. Aucune règle, mis à part le droit d’aller ailleurs qu’ici. se souvint-elle, retenant un soupir. Elle était bel et bien coincée par sa stupide question. « Pourquoi est-ce que je n'arrive pas à en douter ? » demanda-t-elle en se mordant la lèvre. Frustrée, elle baissa les yeux, réfléchissant à une réponse, ce qui sembla vain puisqu'elle allait tout de même finir par passer pour une idiote – pour changer.

Bafouiller, se mélanger les pinceaux, dire n'importe quoi, avoir l'air d'une parfaite imbécile, voilà tout ce que Kaylann était parvenue à faire en quelques secondes qui lui parurent interminables. Elle avait commencé par une phrase pas complètement idiote, pour enchaîner avec une vérité qu'elle n'aurait jamais dû prononcer – surtout devant Dayan, bon sang mais qu'est-ce qui lui était passé par la tête ? –, et enfin conclure par une vaine tentative de rattraper cette énorme bourde qu'elle venait de commettre. Mal qui plus est puisqu'elle ne savait tout simplement pas mentir. Fantastique, maugréa-t-elle en son fort intérieur tout en retenant un soupir, anxieuse à l'idée qu'il lui réponde. Allait-il vraiment croire en son mensonge complètement décousu, absurde, incohérent, ou allait-il comprendre et lui demander des explications ? Elle ne savait même pas ce qu'elle préférait à vrai dire, trop perturbée par le capharnaüm qui résonnait dans son crâne pour réfléchir. Elle se contenta de l'observer tandis qu'il souriait – bon signe ? Elle n'en avait absolument aucune idée – pour ensuite prendre ce fameux air narcissique qu'il aimait bien arboré et garder la tête bien droite, le menton levé, le tout de sorte à paraître hautain. « Ne mens pas… je sais que je suis très charmant, on me le dit souvent. » Le prétentieux par excellence, en effet, mais Kaylann savait qu'il plaisantait. Elle décida donc de sauter sur l'occasion pour se rattraper du mieux qu'elle le pouvait aux branches, presque désespérée. Elle en avait assez d'être ainsi, ne supportant plus être celle qui mettait tout le monde mal à l'aise, bafouillait pour un rien, mentait plus mal qu'un enfant de six ans. C'était ridicule, et elle se sentait ridicule. « Evidemment... Pas le plus modeste cependant, » sembla-t-elle supposer alors que c'était bel et bien une affirmation, penchant légèrement la tête sur le côté – une habitude dont elle ne pouvait expliquer l'origine. Elle tenta d'esquisser un sourire qui s'écroula rapidement, se mélangeant à une grimace hésitante, presque anxieuse. Absurde.

« Tu me le présenteras un de ces quatre. Je vérifierai si il est assez intelligent pour toi… » « Comme si j'allais plaire à quelqu'un, » fit-elle en lâchant un soupir qui se moquait d'elle-même. Elle ne s'était jamais trouvée jolie, ni particulièrement laide, seulement trop invisible pour qu'un jour on la remarque et l'aime réellement avec cet amour que l'on contait dans les histoires qu'elle lisait enfant. Elle avait décidé que c'était stupide, invraisemblable, futile, et pourtant la fillette qui sommeillait encore en elle refusait cela. Fillette qu'elle taisait pour ne pas paraître ridicule. « A mon avis, il ne sait même pas que j'existe, » opina-t-elle sans paraître le moins du monde affectée. Elle avait l'habitude d'être ce fantôme dont on connaissait à peine le prénom, et encore moins le visage. Cette petite silhouette qui parlait rarement, que l'on ne voyait pas, qui se faisait aussi discrète qu'une ombre, elle avait choisi de l'être. Sans doute était-ce plus simple d'agir ainsi plutôt que d'affronter les autres, ceux-là même qu'elle était incapable d'approcher parce que trop timide. Elle s'en éloignait, devenait toute petite, se taisait souvent, parce qu'elle craignait malgré tout que son passé ne refasse surface. Et face à des ados d'au moins dix-huit ans, il était certain qu'elle n'aurait aucune chance et que son calvaire serait plus atroce encore que celui qu'elle avait vécu enfant. Non, elle préférait disparaître. Peut-être était-ce lâche, mais cela avait le mérite de la protéger. Du moins un tant soit peu.

Puisqu'il fallait bien reprendre le jeu à un moment ou un autre – Dayan ne la laisserait sûrement pas s'en tirer ainsi après l'avoir proposé, surtout qu'il ne faisait que commencer –, Kaylann releva la tête vers lui, esquissant un léger sourire. « Action ou vérité ? » Vraiment, tout cela était ridicule. Ils ressemblaient à deux enfants dans la cour de récré, ou alors à deux jeunes adolescentes durant une soirée pyjama. Le pire de toute cette histoire, c'était qu'ils parvenaient à être mal à l'aise en faisant cela, notamment parce que l'honnêteté innocente et intempestive de la brunette paraissait incapable de se taire, et parce qu'elle était une très mauvaise menteuse. Heureusement que lui était aveugle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


werewolf
avatar

Messages : 222


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Mar 20 Déc - 18:35

Dayan Z. Greene & Kaylann Morino
Et si on jouait ?
Pour le coup, et peut-être pour la première fois depuis bien longtemps, Dayan regrettait un peu la question qu'il venait de poser à Kaylann. Il avait pris pour habitude de l'embêter avec ça, parce que taquiner la brunette faisait désormais partie de ses activités préférées et était presque devenu son passe-temps favori, mais surtout parce qu'il savait très bien comment cela se passait entre les garçons et elle. Entre les gens et elle, même. Plus timide que Kaylann, jamais il n'avait connu, ou peut-être qu'il n'avait encore jamais rencontré quelqu'un d'aussi réservé qu'elle puisque Dayan faisait surtout partie des «audacieux», des extravertis, ceux qui n'avaient peur de rien et encore moins de la populace. Alors, traîner avec une timide maladive avait été une grande première pour lui… Bref, tout ça pour dire qu'il connaissait très bien Kaylann maintenant, et qu'il savait comment l'embêter avec une subtilité qu'il n'avait pas toujours. En parlant des garçons, tout simplement. Mis à part quelques amis étranges qu'elle pouvait avoir à l'université et lui-même, Dayan n'avait vu Kaylann flirter ou même bavarder avec un garçon, ce que la plupart des filles de son âge faisaient pourtant depuis belles lurettes. Alors, évidemment, en la connaissant aussi bien, c'est un peu comme si elle lui tendait la perche. C'était aussi simple qu'un jeu d'enfant pour lui.
Sauf que cette fois-ci, elle avait bien réussi à retourner la situation d'une manière des plus étranges. Si tout était prévu depuis le départ, si c'était vraiment fait exprès, qu'elle avait calculé son coup pour lui renvoyer ses taquineries dans la face… et bien, il tirait son chapeau et s'avouait vaincu. C'était franchement bien joué, et il avait failli le dire, avec cet air faussement impressionné bien qu'il l'était vraiment.
Seulement voilà, au vu de son comportement, rien n'était prévu. Elle avait sorti ça, d'un coup, sans réfléchir, puis avait commencé à bafouiller, à rougir, vraisemblablement gênée. Et ça risquait d'être son cas aussi si ça continuait. Comme il l'avait si bien dit, il lui arrivait d'être vraiment stupide parfois, mais de là à gober ce mensonge… pas à ce point, tout de même.

Alors en réfléchissant à toute vitesse, Dayan avait fini par opter pour l'option «jouer l'idiot de service qui n'a rien compris», qui était en soit l'option la plus simple à réaliser. Déjà parce qu'il le jouait en permanence, l'idiot de service, puisqu'il en était un en chair et en os, mais aussi et surtout parce qu'il se voyait mal demander des explications à Kaylann. Oui, ce qu'elle avait dit était tout à fait sérieux, elle le pensait réellement, bien qu'elle aurait visiblement préféré ne pas le dire. Ça, il l'avait très bien compris parce que ça se voyait sur son visage à trois mille kilomètres, et ça, ça le mettait dans une position quelque peu délicate. De toute manière, il n'avait pas besoin d'explications, c'était déjà assez clair ainsi. Il était préférable autant pour lui que pour elle qu'il tourne cette bourde signée Kaylann Morino en une plaisanterie toute banale, et le tour était joué. C'était un peu son job, de rattraper les bêtises de Kay', parce que ce n'était clairement pas la première fois que ça arrivait. Ceci dit, c'était peut-être la première fois que sa bêtise avait un rapport avec lui… Enfin, bref. Tout revenait à la normale, ou du moins à peu près, et c'était terminé – ce qui, au fond, n'était pas plus mal.
Ainsi, l'air tout à fait naturel – ce qu'il pouvait être bon comédien Dayan, surtout avec sa brunette, parce qu'elle n'était franchement pas douée pour déceler les réels émotions des gens, et encore moins les siennes – et malicieux, comme à son habitude, Dayan avait repris le fil de la conversation, avait joué l'idiot qui ne comprenait rien à rien, l'imbécile qui croyait à la blague et au mensonge pourtant peu crédible de Kaylann. Puis il avait fait le faux prétentieux, peut-être pour qu'elle en rit et qu'elle se détende un tant soit peu, il ne savait pas trop. Elle avait très certainement déjà deviné qu'il ne la croyait absolument pas, mais à moins de vouloir empirer son cas, elle ne dira sûrement rien – ou sinon il ne pouvait plus rien faire pour elle, clairement. La conversation prenait alors une tournure quelque peu étrange, devenant un condensé de mensonges qui cachaient bêtement et tout bonnement leurs vraies pensées. Et d'une certaine façon, il se demanda si cela allait continuer toute la soirée, voire même toutes les fois où ils allaient se voir… puis il se rappela qu'il parlait de Kaylann, Kaylann qui n'arrivait jamais à tenir sa langue, alors ça le rassura. Enfin, plus ou moins.
Évidemment… pas le plus modeste cependant.
Dayan comprit rapidement qu'elle essayait de se rattraper, du mieux qu'elle le pouvait, grâce à cette remarque ironique, et à cette pensée il ne put s'empêcher de trouver ça aussi étrange qu'amusant. Alors, tout naturellement, il se contenta d'un sourire, puis d'un haussement d'épaules, et même si il ne parla pas, il semblait presque lui dire «T'inquiète, on oublie tout et on fait comme si de rien n'était.», ce qu'il était déjà en train de faire finalement.

Pourtant, lorsqu'elle lui assura qu'elle ne lui plaisait pas, Dayan ne put s'empêcher de redevenir le super type qui console la demoiselle qui n'avait pas confiance en elle, simplement parce que la demoiselle en question était Kaylann et qu'il avait toujours eu cet instinct de la rassurer depuis qu'ils se connaissaient. Surtout qu'elle n'était franchement pas moche, Kaylann. Dayan n'était pas spécialement difficile questions filles – enfin un peu quand même, mais vous voyez le genre –, et il n'était pas non plus expert en beauté féminine, mais tout de même. Et il ne disait certainement pas ça parce qu'elle était son amie, même si il ne la connaissait pas, il aurait dit exactement la même chose, il en était certain. Seulement, il se garda bien de lui dire, du moins pour le moment. Peut-être pour éviter un nouveau moment gênant. Il ne savait pas trop, au fond. Ou peut-être parce qu'il ne savait pas trop comment le formuler, maintenant qu'il avait trop réfléchi, ça ne sortirait pas de façon spontanée et Kaylann le sentirait. Autant ne pas passer pour un con, au moins pour une fois.
Mais si tu ne fais rien pour qu'il te remarque aussi…
Il la regarda, sourit, haussa de nouveau les épaules. Ce n'était pas méchant, loin de là, et il avait pris soin de prendre le bon ton pour qu'elle le sache. Mais il savait comment elle fonctionnait, Kaylann, et pour le coup il était certain d'avoir raison. Même si ce type de l'université n'existait pas – et quand bien même il existerait, les choses se passeraient exactement comme il l'imaginait, il en était sûr à cent pourcent.
Fais en sorte qu'il te remarque, et ça ira comme sur des roulettes.
Avec son bras, il mima le geste d'un skate-board, tout en effectuant le bruitage avec sa bouche. Dayan dans toute sa splendeur. Ceci fait, il lui adressa un petit sourire, comme fier de lui – alors qu'il n'y avait franchement pas de quoi… genre vraiment –, puis il ébouriffa gentiment ses cheveux.
Fais confiance à Hitch, lança t-il d'un air taquin.
Comble de l'ironie quand on savait à quel point sa propre vie sentimental était un vrai désastre… m'enfin bon.

Alors que Kaylann lui posait cette fameuse question de «Action ou vérité», continuant ainsi le jeu qu'ils avaient commencé il y a à peine quelques minutes, ils arrivèrent au bout de la rue qu'ils étaient en train de remonter depuis qu'ils étaient sortis de la salle d'arcade. Sans même hésiter une seconde, Dayan tourna à droite, là où il connaissait le plus d'endroits qui vendaient de la nourriture, quelle qu'elle soit. Dans l'instant, il mangerait vraiment n'importe quoi tant il avait faim. Malgré sa physionomie plutôt élancée, Dayan avait l'habitude de manger comme quatre, et il était clairement impossible pour lui de sauter un repas, mis à part le petit-déjeuner quand il faisait grasse mat', certainement.
Allez, action !
Seulement, avant qu'elle ne puisse lui donner son gage, Dayan la stoppa net dans son élan en s'arrêtant de marcher, puis en se tournant vers elle et en levant l'index, les sourcils haussés, l'air presque autoritaire. Ou plutôt ridicule, selon les points de vue.
Mais d'abord tu choisis où on va manger, sinon je fais rien, finit-il par annoncer en prenant soudainement un air malicieux.
It's pretty fun to play with you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


kitsune
avatar

Messages : 314


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   Lun 16 Jan - 16:54



Kaylann



& Dayan

Et si on jouait ?


Kaylann ne pouvait décrire le soulagement qu'elle ressentit lorsque son ami haussa les épaules avec un bref sourire, comme s'il n'allait pas lui tenir rigueur de sa maladresse. Si elle était ne serait-ce qu'un tant soit peu capable de contrôler sa franchise naturelle, sans doute passeraient-ils moins de moments aussi gênants ensemble. Mais elle ne savait pas ce qui était le pire. Qu'elle passe pour une idiote, soit, mais ce qu'elle trouvait plus étrange encore c'était bien ce bandeau qui semblait recouvrir les yeux du jeune homme. Comment pouvait-il ne rien voir ? Être aveugle au point d'ignorer tout ce qui se cachait derrière ces deux yeux noisettes qui l'observaient à présent, de ne pas réaliser l'ampleur des sentiments qu'ils masquaient, de ne pas se rendre compte de leur sincérité. Il ne verrait jamais rien, semblait-il, et sans doute était-ce mieux ainsi. Peut-être valait-il mieux qu'elle reste seule et lui aveugle, afin que tout cela ne s'achève pas douloureusement et qu'elle n'ait aucune désillusion. Sa première désillusion.

Si elle n'était définitivement pas douée pour le mensonge, elle bénéficiait au moins d'une imagination débordante qui – une fois n'est pas coutume – allait lui être utile. Il ne lui fallut donc que quelques instants pour inventer un universitaire de deuxième année, malheureusement ses bégaiements incessants ne l'aidèrent pas à convaincre Dayan. A vrai dire, elle fut assez surprise lorsque ce dernier sembla mordre à l'hameçon et la croire, lui demandant même de le lui présenter. Quelque peu perturbée par sa tentative terriblement bancale de rattrapage, elle ne sut si c'était ou non de l'ironie et se mordit légèrement la lèvre. Lui présenter un garçon ? Horriblement gênant, qu'il n'y songe même pas. De toute manière, elle ne se trouvait pas suffisamment jolie pour plaire à l'un d'entre eux, alors à quoi bon ? Elle était loin d'être laide pourtant, mais était capable de se trouver plus d'un millier de défauts devant un miroir, parce qu'elle avait une bien piètre image d'elle-même. D'ailleurs, elle se rendit à peine compte qu'elle le disait à voix haute, sans doute parce qu'elle le pensait réellement et trouvait cela normale. Comment pouvait-elle faire le poids face à des adolescentes de dix-huit ans bien plus belles qu'elle, qui n'avaient pas l'air de fragiles poupées timides ? Pas grand chose, effectivement. Elle aimerait y croire pourtant, mais à quoi bon se bercer d'illusion et avoir l'air ridicule pour si peu ? Qu'importe, elle n'avait peut-être pas besoin de cela en fin de compte, nombreuses étaient les personnes à vivre sans. Sans doute en ferait-elle partie d'ailleurs.

Autre problème majeur chez Kaylann : la discrétion. Elle était de ces personnes dont on connait à peine la voix, dont on remarque peu le visage et dont on oublie régulièrement le prénom. Cela ne lui posait pas vraiment de problème finalement, mais le fait est qu'elle allait avoir du mal à construire une relation avec quelqu'un qui ne la voyait pas. Presque invisible, silencieuse et timide, elle n'allait pas vers les autres naturellement et préférait se cacher dans un coin de la bibliothèque plutôt qu'affronter la dureté du monde réellement qui lui semblait bien austère. Et puis, elle avait les livres, alors cela lui suffisait amplement pour l'instant. Une histoire, du fantastique ou de la fantaisie, et des personnages intéressants. Pas de quoi l'effrayer, les petits bonhommes de papier prenaient forme dans sa tête jusqu'à ce que l'intrigue s'y déroule sans la moindre erreur. Aucune fausse note, seulement des personnages qui lui donnaient l'impression de ne plus être seule. Elle avait l'impression de les comprendre. C'était tellement plus simple ainsi. Face à de réelles personnes, c'était différent, et bien souvent effrayant puisqu'elle ne savait jamais exactement comment agir, et cela avait plus tendance à lui faire peur qu'autre chose. Elle ne parvenait pas à trouver une logique dans tout cela, notamment en ce qui concernait les réactions d'autrui lorsqu'elle parlait. Toutes ces émotions qui peignaient leurs différents visages, elle aurait préféré les dessiner plutôt que les décrypter, notamment parce qu'elle n'était pas douée pour cela et qu'elle était souvent considérée comme bizarre à cause de cela. Preuve que l'on ne pouvait pas tout avoir puisque la jeune fille avait hérité d'un QI anormalement élevé sans que cela ne l'empêche d'être une pléthore de maladresses sociales à elle toute seule, vraiment. Si elle ne bafouillait pas pour une quelconque raison, alors elle hésitait, pâlissait, tremblait, et il lui arrivait même de pleurer lorsqu'elle ne parvenait plus à penser de manière cohérente. Elle ne parvenait pas à comprendre pourquoi chacun pouvait réagir différemment à une même remarque, que ce soit en s'énervant, en ayant l'air peiné, agacé voire exaspéré, en se montrant mystérieux - souvent en ressemblant à un parfait imbécile, mais soit, sans doute que cela plaisait à certains -, en paraissant vexé, en maugréant... Il existait des milliers de possibilités qui n'étaient ni quantifiables ni logiques, ainsi Kaylann ne s'y retrouvait plus, complètement perdue. Elle préférait définitivement les personnages qu'elle imaginait à partir des nombreux livres qu'elle dévorait chaque semaine. Elle préférait la simplicité, on pouvait dire cela ainsi.

Cette discrétion était valable à la fois vis-à-vis des filles que des garçons, mais il fallait reconnaître que pour une jeune fille comme elle c'était bien plus problématique par rapport à ces derniers. A dix-sept ans, la brunette n'avait jamais eu de petit-ami. Si cela pouvait semblait naturel de par son caractère craintif et sa timidité, le fait est qu'à son âge c'était tout de même assez problématique. Qu'importe, elle avait fini par se convaincre que ce n'était pas pour elle. Elle finirait sa vie seule avec des chats, oui, c'était bien ainsi. Vraiment bien. Sans même s'en rendre compte, Kaylann se retrouva à dire ce qu'elle pensait à voix haute, sans doute parce que son honnêteté refaisait surface pour qu'elle ait l'air complètement ridicule. Lorsqu'elle réalisa ce qu'elle venait de dire – c'était exactement ce qu'elle pensait en fin de compte, mais soit –, elle voulut rectifier le tir, trop tard puisque Dayan répondit avant même qu'elle ouvre la bouche pour réagir. Qu'il la remarque ? Quand bien même il existait, les nombreuses maladresses de la jeune fille n'étaient-elles pas suffisantes pour qu'il la voie ? Question stupide, il n'avait jamais existé, où avait-elle la tête ? Le jeune homme insista alors, et après un léger bruitage de sa part elle sourit avant de grimacer légèrement. « Et s'il sait que j'existe mais qu'il ne ressent pas la même chose ? » demanda-t-elle avant de réaliser de qui elle parlait réellement. Trop tard, elle n'avait plus qu'à espérer. « Ça sert quand même à quelque chose ? » Elle avait l'air désespérée, c'était navrant, mais qu'importe, il la connaissait à présent. Alors, sans prévenir, Dayan ébouriffa les cheveux de son amie qui grommela immédiatement. « Hé ! » Pourquoi avait-il lui aussi cette manie de la décoiffer en permanence ? « Fais confiance à Hitch, » lança-t-il alors qu'elle fronçait les sourcils, surprise. « Hitch... » Elle posa un instant ses mains sur ses hanches avant de croiser les bras. « Mais il est pas super nul en drague lui ? » demanda-t-elle, peu sûre d'elle.

Kaylann finit par remettre en marche le jeu en levant les yeux vers son ami, se demandant si la partie durerait longtemps. Sans doute oui puisqu'elle n'avait pas envie de rentrer chez elle de si tôt. A quoi bon si c'était pour se retrouver seule ? Elle n'avait même pas de chat, voilà qui était malheureux. Alors qu'il répondait et qu'elle commençait à chercher pour trouver une idée un tant soit peu convenable, il s'arrêta soudainement et se tourna vers elle. Elle fronça les sourcils, ne comprenant pas son air un peu idiot. Elle esquissa néanmoins un sourire lorsque ses yeux se remplirent de malice. « Euh... » Légère hésitation, elle sortait rarement par ici pour manger. « Le deer hunter's grill, ça te va ? » A vrai dire, elle avait choisi un peu au hasard mais qu'importe, ça avait l'air plutôt bon là-dedans. Il ne lui restait plus qu'à trouver un défi à imposer à Dayan... pas une mince affaire néanmoins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et si on jouait ? [Dayan & Kaylann]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le distributeur de billets jouait au Père Noël...
» Je viens aux nouvelles ♣ June [HOT]
» Et si on jouait à Indiana Jones ?!
» (m) Sortir à deux de dessous la couette, tout décoiffés, et dire " On jouait au monopoly "
» They will just be jealous of us - Ft. Zachary Dayan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EVERY MONSTER - TEEN WOLF ::  :: Sujets Terminés-
Sauter vers: